GOLD SAVE THE GREEN
par CECILE

On a plissé des yeux devant la violence de « Lord of War ». On s’est repassé en boucle « Blood Diamond » (pas que pour Léo, on préfère Nicolas Cage d’abord) et on a bien décrypté le processus : le diamant, c’est définitivement pas du propre côté social, pas plus qu’environnemental d’ailleurs. La puissante De Beers a dû plier sous la pression des associations et la filière diamantaire, gouvernements et industriels réunis, a mis un peu d’ordre dans ses tablettes même si tout n’est pas encore brillant-brillant.

Qu’en est-il de nos gourmettes, alliance, collier, piercing (il en faut pour tous les goûts) ? D’où provient l’or qui pend à mon cou ? Une autre responsabilité me pend-t-elle au nez ?

bague-JEL-b4668

Hyperconsommatrice de mercure et de cyanure, l’extraction de l’or génère des tonnes de déchets toxiques. L’exploitation minière artisanale contribue au déboisement, à la dégradation des sols, à la pollution de l’air par le monoxyde de carbone, du sol et de l’eau… N’en jetez plus ?!!! Ben si : sur le plan sanitaire, elle peut engendrer des maladies respiratoires par l’inhalation de gaz et poussière…

Ma chaînette en métal jaune n’a plus le même éclat, là ?

Gold save the green :  c’est la ruée vers l’or vert !

La marque française J.E.L. – pour Jewellery Ethical Luxury – prend le problème à bras-le-corps et l’or éthique devient fantastique ! Dans la joaillerie, plus que jamais, la valeur n’attend pas le nombre des années : Erwan Le Louer, 25 ans, emblème de cette jeune génération de créateurs qui militent pour une luxe et une mode pleine de sens, a fondé J.E.L en mai 2009 avec pour mots d’ordre esthétique, transparence et responsabilité.

jel

J.E.L. a ainsi choisi de travailler un or vert, extrait en Colombie sans aucun ajout de composants chimiques et toxiques. Les pépites récoltées suivent un parcours de traçabilité et pour éviter tout gaspillage, un processus de recyclage a par ailleurs été mis en place.
In fine, les collections sont ultra raffinées et la beauté est soluble dans le DD !

Si vous n’êtes que presque convaincus, rendez vous aux ventes privées les 4 et 5 décembre à Saint-Germain des Près.

Plus d’information et vente en ligne sur le site www.j-e-l.fr/

Egalement en vente chez Colette et Franck & Fils

Tags : , , ,

VOIR TOUS LES ARTICLES DE CECILE

4 réponses à “GOLD SAVE THE GREEN”

  1. Ducrot lochard dit :

    Je passe demain soir a la vente privée, les belles pieces a prix doux!!! Aussi rare que de l’or vert !:)

  2. vincent boucheron dit :

    euhhhhh… Concernant Nicolas Cage – outre quelques réserves capillaires et un charisme proche de celui de l’huître – ça voudrait dire que l’on oublie volontairement Bangkok Dangerous, Predictions, Ghost Rider (le 1 et le 2), Astro Boy, Benjamin Gates (le 1 et le 2), World Trade Center, Next, Bad Lieutnant (le remake), The Wicker Man, The Weather Man, Capitaine Corelli, Les Associés, Rock, Con Air, La Cité des Anges et 8mm juste pour citer quelques perles récentes?
    Perso, en tant que membre de la Smile Team, je me dissocie de cette petite préférence sur Nic Cage ;-)
    Quant à JEL, en revanche, j’approuve !

  3. cecile ducrot-lochard dit :

    bahhh…. je le concède il ressemble plus à un mollusque aujourd’hui qu’à un beau rital :) et sa filmo,est digne des westerns spaghettis….Mais !!!!! tu sais ça fait encore de l’effet le sang Coppola :)