I LOVE MY BIKE. AGAIN.
par ISABELLE

J’avais perdu la clé de mon vélo depuis… je ne peux pas l’avouer tellement j’ai honte. Puis, suite à quelques discussions avec Alec, un vrai amoureux de la bicyclette qui m’a suggéré d’aller voir ce projet One Less Car -une belle initiative dans le Maryland- ; quelques coïncidences avec le vélo de Thomas ; un dégoût du métro devenu insupportable avec la chaleur, j’ai pris la décision de la retrouver. Ma technique magique consiste à m’allonger, la tête en arrière, me détendre complètement, et repenser au moment où j’avais rangé caché le fameux objet. Ne riez pas, ça a marché.

Je ne sais comment décrire mon bonheur d’avoir reconquis mon cher vélo. Il y a quand même eu une petite phase d’adaptation. D’abord, il a fallu réparer la bête. C’est bien simple, je ne sais même pas regonfler un pneu. Mon portefeuille et moi avons amplement fait connaissance avec le mécano-vélo. Ensuite, pendant tout ce temps « bikeless », il m’était arrivé d’être au volant d’une automobile, j’en avais gardé des réflexes bizarres, comme rétrograder pour ralentir. Oops.

Et puis, Paris n’a plus la même tête en deux roues ! Ce n’est pas encore le paradis Amstellois, mais il y a énormément de pistes cyclables, un nombre incalculable de petites rues autorisées à contre-sens. J’ai dû retrouver mes repères. Vive l’Iphone et son GPS.

Le seul ennui, c’est le danger. J’ai déjà eu quelques frayeurs, dont un scooter qui a grillé un feu et m’a évitée de justesse. Mais on ne vit qu’une fois, et c’est tellement bon ce petit air frais qui vous grise les épaules !

Paris est tout petit pour ceux qui ont un si grand amour du vélo. Ce plaisir se révèle la meilleure façon de se désintoxiquer… du pétrole.

BP-quit-oil-go-green-buy-a-bike

Photo Marée noire BP ©  Dave Martin

PS. Un article avec plan sur la circulation à contresens dans Paris.

PPS. J’adore le vélo rose de Tiffany. J’ai donc repeint le mien, qui ne ressemblait à rien, en violet pâle. I really love my bike.

velo2

Tags : , , , ,

VOIR TOUS LES ARTICLES DE ISABELLE

Une réponse à “I LOVE MY BIKE. AGAIN.”

  1. [...] j’ai pu confier l’entretien de mon vieux -et néanmoins très mignon et adoré- vélo. En fait, la spécialité de la maison n’est pas l’atelier de réparation, mais plutôt [...]