Archive pour la catégorie ‘CULTURE’

11 août 2010

ARLES / PHOTO 2010 par ISABELLE

Les Rencontres Internationales de la Photographie ont lieu tous les étés « en » Arles. Cette année est placée sous le regard d’un rhinocéros « lourd et piquant », avec beaucoup d’expositions très Rock’n Roll, et un focus sur les années Punk. (Re)voir feu le CBGB grandeur nature, Joe Strummer vibrant de réalité, vénérer l’icône Mick Jagger dans une église, shooter son propre portrait au fusil. Mmmmmh c’est bon.

Une des expositions est présentée par un photographe Arlésien, François Deladerrière. Son travail que j’aime beaucoup, axé sur le paysage, devient ici presque narratif. La série intitulée « NICE ET SAVOIE, UN REGARD CONTEMPORAIN », montre côte à côte des illustrations du début du XXème siècle et le même point de vue aujourd’hui.

C’est très beau, et la comparaison AVANT/MAINTENANT, absolument affolante : la mer de glace en peau de chagrin, ce n’est pas dans les contes de fées.

La mer de Glace
1926-final

32-1 La Mer de Glace

La mer de Glace et la Vallée de Chamonix
mer-de-glace

La Mer de Glace et la vallée de Chamonix

Nice
François-deladerrière-nice-et-savoie

ad73_Nice-et-Savoie

Photographies par François Deladerrière / Galerie Le Réverbère, Lyon.

Rencontres Internationnales de la Photographie / Arles / Jusqu’au 19 septembre.

30 juillet 2010

KOYAANISQATSI par ISABELLE

Koyaanisqatsi est un film produit par Francis Ford Coppola en 1983. Le réalisateur Godfrey Reggio voulait une suite d’images sans aucun commentaire, comme un état des lieux du monde. Il ne souhaitait pas même un titre, mais a dû se conformer à la loi qui impose de nommer chaque film. « Qatsi », en langue indienne Hopi, veut dire littéralement « vie » tandis que « Ko-yaa-nis » signifie « tumultueux, déstabilisé, out of balance ».

La musique sublime est composée par Philip Glass. A mes yeux l’alternance de rythmes et les paysages sont tout aussi splendides qu’ils soient citadins ou sauvages.

Je l’avais vu au cinéma quand j’étais petite, il me restait en souvenir quelques rares sensations, mais très fortes.

Le film est toujours aussi beau aujourd’hui. Le monde a changé mais tient encore -PRESQUE- debout, ouf. Mais il faudrait peut-être faire attention, non ?

9 juillet 2010

KOUDLAM / EAGLES OF AFRICA par ISABELLE

Directed by artist Cyprien Gaillard.
Just because I like it. Strange mood. Nature. Sun. Heat…

26 mai 2010

GREEND par ISABELLE

Greend, c’est un jeu de mots entre green et grind. « Grinder », c’est faire frotter le truck de son skateboard sur un élément urbain. Une des bases des figures de skate, donc.

Le lien entre green et grind ? Pierre-André Sénizergues.
Le champion du monde de skateboard a fondé la marque Etnies -dont nous avons récemment fêté les 20 ans au Palais de Tokyo-. Aujourd’hui à la tête d’une multinationale basée en Californie, le big boss atypique n’a pas perdu ses valeurs (ou sont-ce ses valeurs qui l’ont amené si haut ?).

Environnementaliste convaincu, il engage aussi son entreprise dans le respect de la nature, avec entre autres le projet de la rendre neutre en émissions de CO2 en 2020. Il a souhaité partager sa philosophie de vie. À travers le cinéma, d’abord, en produisant « La 11ème Heure » film engagé de Léonardo di Caprio. Puis à travers l’art en initiant ce nouveau projet artistique mixte – photos / installation / film- de Lucas Mancione et Nanda Fernandez-Brédillard, présenté à la galerie Wanted.

LE FILM.
Une merveille qui passe en boucle. J’ai dû le voir environ 20 fois, sans m’ennuyer, et ce n’était pas grâce au champagne. Les plans alternent le bord de mer à Malibu, des morceaux nature, des séquences un peu floues de PAS -et un autre skateur- sur leur board, et surtout, des images surréalistes d’un skate, manié avec dextérité par… une paire de sneakers.

J’aime beaucoup ce mélange de la technologie et ses effets spéciaux hallucinants de précision, avec la simplicité des images et du propos. La musique -électronique, signée par la djette Chloé- vient glisser dessus, pertinente.

Malgré mes questions, je n’ai pas réussi à savoir si ce film a été compensé en émissions de CO2.
Mais récompensé, il le sera sans doute.

Galerie Wanted, 23 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris. Jusqu’au 10 Juin. www.greend.fr

greend-film

greend-film-2

greend_film-pierre-andre-senizergues

pierre-andre-senizergues-skateboard

greend-film-senizergues

greend-film_senizergues

greend-film

22 mai 2010

THREE SEVEN par ISABELLE

Jeudi, alors que le soleil brillait, que j’allais à un rendez-vous pour une fois sans courir, j’ai pris le temps. La vitrine d’une boutique de décoration que j’aimais bien il y a quelques années a attiré mon regard, mais déception, TOUT me semblait artificiel. On sentait que la perfection était recherchée, sans succès. Ce qui a été trouvé à la place a la froideur de la résine synthétique fraîchement importée d’une usine certes lointaine, mais qui ne fait pas rêver. Tout brillait mais sonnait faux. Est-ce moi qui ai changé à ce point ?

Et puis le soir même, je me suis retrouvée presque par hasard à l’Espace Vertbois, pour la présentation d’une collection de meubles et objets avec un air de bois flottés et un look légèrement exotique.

Caroline Petit (soeur de la créatrice de Heimstone) et Jonas Mason, photographe américain, les ont sélectionnés durant un tour des Etats Unis. Ils ont écumé les brocantes et les campagnes américaines, à la recherche de pièces patinées par le temps, un peu déglinguées, avec une âme et beaucoup de charme. Parfois même ils ont eu l’impression d’avoir été interpellés, comme par cette chaise qui dépassait à peine d’un tas de feuilles mortes.
Ils ont collecté, réparé, inventé de nouveaux meubles (et même un jeu de backgamon) en collant de petits morceaux venus d’ici et là. Les coussins sont faits de vieux sacs à grains en toile de jute. Chaque objet raconte son histoire, un peu comme à un retour de voyage. Effectivement, ces pièces ont traversé l’atlantique en bateau, et leur histoire ne date pas d’hier. Le résultat est très beau, à mi chemin entre l’ambiance shabby-chic d’un garage sale dans le Vermont et le bazar d’un atelier New Yorkais.

J’ai compris alors que loin des lignes modernistes et des matériaux de synthèse, on peut trouver son bonheur.

Three-Seven / 40-44 rue du Vertbois, 75003 Paris / Jusqu’au 30 juin 2010.
Événements tous les mardis et jeudis soirs.

three-seven-heimstone-vert-bois

three-seven-heimstone-vert-bois-

three-seven-meubles_

21 mai 2010

DAVID LYNCH’S ORGANIC COFFEE par ISABELLE

« Everyday, once a day, give yourself a present. Two cups of good, black hot coffee. Like this. »

David Lynch aime indiscutablement le café, jusqu’à en vendre sur son site www.davidlynch.com -au design très Lynchien et léché-.

Les bénéfices sont reversés à la David Lynch Foundation, pour aider les enfants en Colombie, et les cafés sélectionnés sont tous BIOLOGIQUES. « You, know, this is… excuse me… a damn fine cup of coffee. »

23 avril 2010

1.618 : LE BEAU EST L’AMI DU BIEN par CECILE

Votre vieille malle (ou encore mieux votre jeune mâle, veinarde !) a commandé une escapade compensée carbone sur Fregate Island, la plus écolos des îles des Seychelles ?

Votre piscine naturelle de Saint-Jean-Cap-Ferrat menace de tourner si vous ne lui offrez pas un abri de prestige en bois certifié ( ou comment damer le pion à vos voisins Paul Allen et Adam Clayton) ?

Vos épaules sont déjà parées d’une tunique Cangiari  et votre peau préparée aux solutions bios SheerinO’kho ?  Vos doigts de JEL griffés, or éthique tracé, s’impatientent sur le volant de votre Tesla électrique ? 

Nul doute que vous appartenez à cette néo-tribu de riches dont la carte d’identité et les aspirations ont changé, éco-conscients et humainement soucieux, décryptés par les sociologues … et Monaco-Matin de ce jour !  

Si vous aspirez à gonfler les rangs de ces happy-bio-few, si vous êtes esthète ou simple curieux, courrez vous bercer de luxe et volupté décomplexée au Palais de Tokyo du 6 au 10 mai ; 1.618 Sustainable Luxury Fair y dévoilera sa nouvelle sélection.Image1

1.618 est définitivement le chiffre avec lequel il faut compter dans l’univers du luxe. A la fois salon commercial et exposition arty pointue, soutenu par le Ministère de la Culture et le WWF, l’événement propose pour la seconde année consécutive, le must des innovations alliant art, créativité et développement durable au service d’un nouveau luxe.

Barbara Coignet a fondé 1.618 en 2009, avec l’intention d’en faire une vitrine mais aussi un véritable think-tank d’un luxe engagé qu’elle aime « éthique, esthétique et immatériel ». Jeunes marques aux initiatives audacieuses mais à l’ADN forcément bio, ou maisons plus anciennes valorisant leur savoir faire et la qualité de leurs produits, avec toutes ce tempérament fonceur et précurseur a su nouer des liens durables et privilégiés, bien déterminé à faire raisonner l’exceptionnel et le naturel hors les murs du palais.

Parmi les exposants adoubés par le comité d’experts en DD, on aura plaisir à retrouver les créations de Valentine Gauthier , JEL et Fritsch mais aussi à découvrir Parsua, Edenismes, Valcucine, ST Dupont, et bien d’autres….

fregate-island-seychelles

L’exposition artistique proposera quant à elle dix artistes de la jeune scène, les plus soucieux d’écologie et de durabilité, sous la houlette de Lauranne Germond, la plus jolie des commissaires d’expo, par ailleurs figure de Coal, association pour la promotion de l’Art engagé que l’on ne présente plus.

Dans le souci constant d’informer et sensibiliser, quelques nouveautés sont programmées cette année. Un cycle de conférences BtoB accessibles sur réservation, et la création de deux prix : celui du public et le couronnement des pros avec le HEC&1.618 Sustainable Luxury Award.

untitled

CONSEILS SMILE&SAVE

- Pour les « saint-thomas » du luxe écolo : participez au prix du public ! Chaque visiteur devient acteur, élit le plus désirable des produits présentés et a la chance de gagner une expérience unique de luxe écolo (package « Luxe Responsable » nuité, soins et restauration bio au Fouquet’s Barrière, 1 an de conciergerie John Paul…)

- Pour les  « green business » assidus :  les 6 et 7 mai, un programme de conférences luxe et DD réservés aux pros, dense et formateur. Il reste quelques places, contactez vite julie en direct au 01 42 86 00 01 ou par mail julie@1618-paris.com

- Pour les privilégiés : un service de Conciergerie assuré par John Paul sera présent sur toute la durée du salon pour des visites privées et commentées.

- Pour les érudits : le nom énigmatique 1.618 = Phi = nombre d’or. C’est la résultante d’un calcul mathématique qui définit la proportion divine issue de la nature au service de l’esthétisme.

- Et pour tous les lecteurs de smile&save :  une visite personnelle du salon>  demandez Cécile, ultra-renseignée, ultra-présente car ultra motivée par un programme chargé… de sens :-)

 

INFOS PRATIQUES

 www. 1618-paris.com

Du jeudi 6 au lundi 10 mai 2010 au PALAIS DE TOKYO
13, avenue du président Wilson 75116 Paris
Tarifs entrées : 18 € (dont 10% reversés au WWF)
Tarifs réduits : 13 €
Gratuit pour les – de 12 ans

concept1

15 mars 2010

SMILE+PARTY=SAVE THE PLANET at THE BLITZ ! par ISABELLE

Vous aimez jouer ? Vous aimez gagner ? Vous aimez danser ?
Vous aimez voyager et ça plombe votre bilan carbone ? Vous aimez les arbres, les petites fleurs et la nature ? Vous aimez tout simplement la Tequila, et les magnifiques cocktails Blitz ?
Venez sauver la planète avec nous le 23 mars !

smile-at-the-blitz-tequila-bar

-

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20h/22h : BINGO ! Animé par l’incroyable ERICKA KELLER

OPEN BAR BLITZ TEQUILA – Desserts 100% bio par COCOCOOK

Carte de Bingo 20 € = 20 arbres plantés !
avec l’association Planète Urgence. www.planete-urgence.org
Réservation impérative des cartes : smileandsave@me.com

Les heureux gagnants repartiront avec des présents green et précieux :
DOUX ME, LES JEANS NU, MISERICORDIA, ABSOLUTION, SORT OF COAL, présentés dans les sacs BAROCKINES.

partenaires-cadeaux-smile

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

22h/02h : MUSIC !
avec
///CHERRY BIBI
///JANE L’INCANDESCENTE : www.myspace.com/janenan
///POLOCORP : www.myspace.com/polocorp

Un cocktail BLITZ = 1 arbre planté !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20h/0h : PERFORMANCE
WAITING FOR THE PEAK OIL #1

par Nils Thornander & Mildred Simantov, production THE NICE INSTITUTION

ecologist1
www.theniceinstitution.com/

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Guest list : smileandsave@me.com

Comme and join us ! Be happy, be green !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

le 23 mars 2010 de 20h à 02h

logo-blitz
40, av. Pierre 1er de Serbie
75008 Paris.

Facebook Event

8 mars 2010

A LITTLE PEE par ISABELLE

Do not forget to save water ! And paper !


Vitalic – Second Lives (from the album Flashmob)

Via graphism.fr

23 février 2010

SIGN OUT / SOLD OUT par ISABELLE

I love advertising, I find it fun and creative, when it’s well done. But it is usually perceived as a symbol of over-consumption. What if billboards on the highway had nothing to wear ?

Artist Joseph Schulz has taken pictures across the USA, digitally retouched them, and entitled the work « SIGN OUT ».

Then, are naked billboards the symbol of slowlife ? I don’t know, but the images look awesome. Less is more !

sign-out-by-josef-schulz

sign-out-by-josef-schulz-4

sign-out-by-josef-schulz-5

www.josefschulz.de

14 février 2010

HAPPY CHINESE NEW YEAR par ISABELLE

Aujourd’hui la Chine compte 24 automobiles pour 1000 habitants, contre 598 en France, et 813 aux USA.

Les Etats Unis, pour une population 5 fois moins importante que la Chine, consomment plus de 20 millions de barils de pétrole par jour, contre 6 millions en Chine. Hugo Chavez le mentionne dans le fameux discours dans lequel il cite « Si le climat était une banque, il aurait déjà été sauvé ».

Les chinois représentent 22% de la population mondiale. Seulement  7% des terres agricoles mondiales sont en Chine.

La Chine produit 56% des chaussures dans le monde, 54% des lecteurs de DVD, 28% des téléphones cellulaires, 50% des appareils photos, 30% des téléviseurs, 75% des montres et horloges, 46% des porcs et 65% des canards.

Ces produits sont exportés mais la pollution liée à leur production, elle, reste dans l’Empire du Milieu.

La ville écologique la plus vaste du monde verra bientôt le jour sur une île au Nord de Shanghai : elle se nomme Dongtan : 东滩. Plusieurs projets similaires sont en cours.

dongtan-chine-ville-ecolo-verte-

Une nouvelle loi oblige les constructions à être 50 % moins énergivores que celles de 1980. La Pearl River Tower à Canton est une parfaite illustration de ces nouveaux buildings. Elle n’a rien d’exceptionnel à première vue, mais le cabinet d’architectes qui l’a conçue la vante comme le « building le plus écologique du monde » ! http://www.som.com

A Canton, une somme d’environ 5 milliards RMB (540 millions d’Euros) est investie pour mettre en œuvre une intensive campagne de dépollution des rivières. Des résultats significatifs sont attendus d’ici les Jeux asiatiques de 2010.

La tâche est certes monumentale, mais la Chine, au moins en apparence, a pris conscience que son développement ne pourra se faire qu’en harmonie avec l’environnement. C’est peut-être l’Empire du Milieu qui va sauver la planète. Peut-être… Anyway, Happy new Year !

annee_du_tigre_chine_ecologie_smile

photo © Christophe Boulze @plainpicture

8 février 2010

KIDS IN THE CLIM CITY par ISABELLE

Mes enfants en ont parfois assez de manger bio. C’est moins funky que le fast food. Quoi que, un petit burger green fait maison avec amour, ils en redemandent…

Jouer en ligne leur plait plus encore. On pourrait croire que ce n’est pas écolo puisque ça consomme évidemment de l’énergie. Mais il faut bien vivre !  Surtout, il existe un jeu « trop top » qui permet de se sensibiliser à l’écologie. Mieux vaut commencer tôt.

CLIM CITY est une petite ville dont on devient le gestionnaire. Le but du jeu est de réduire les émissions de gaz à effet de serre, en cliquant sur les différentes activités du paysage. On lit les explications (presque trop complètes, un peu plus ludiques ce ne serait pas du luxe) et hop, on choisit son action. On passe de la ville à la campagne, de la mer à la montagne, on apprend énormément.

Après ça, les kids comprennent mieux pourquoi il faut éteindre la lumière de la salle de bains.

http://climcity.cap-sciences.net/climcity.php

clim-city-jeu-interactif-ecolo-pour-enfants

21 décembre 2009

AVATAR par ISABELLE

Deux charmants jeunes garçons insistent pour que nous allions voir le dernier film de James Cameron. Terminator, Abyss, Aliens 2, Titanic, ce n’est pas le genre que j’affectionne particulièrement, mais comme je ne saurais résister à cette demande sous peine d’éternelle culpabilité maternelle, nous fonçons à la prochaine séance d’AVATAR. Enfin, à la suivante, car celle-ci est déjà complète depuis belle lurette.
-
Le film est une révélation. Bien sûr, c’est du lourd, de l’énorme production américaine, avec le traditionnel bipolarisme opposant les gentils beaux et intelligents, et les méchants laids et idiots. Sauf que maintenant, les gentils sont ceux qui défendent la planète !
Ce n’est pas de la terre dont il s’agit, mais de Pandora (choix de nom judicieux pour un film catastrophe). La planète bleue étant déjà foutue, il ne reste plus qu’à s’attaquer aux réserves naturelles de ce nouveau monde peuplé de natifs tout bleus. On emploie pour cela les grands moyens, à coup de téléportations, de machines à gros bras boulonnés et d’artillerie ultra futuriste. Classique.
-
avatar_cameron_smile_save_the_planet

-

Avatar retrouve les codes chers au genre, avec cependant une « morale » fondamentalement différente. Ce film est une preuve que nous sommes entrés dans une nouvelle ère. En 1986, Aliens montrait des êtres humains se livrant à une lutte sans merci pour leur survie, contre une créature hideuse et cruelle. Si je veux être un peu simpliste, on n’était pas très loin de l’homme préhistorique condamné à se défendre contre une NATURE hostile peuplée de féroces prédateurs.

Avatar la conçoit aimante, mystérieuse, intelligente, puissante, généreuse, et… alliée. Même Sigourney a changé de camp ! Elle se bat maintenant aux côtés des extra-terrestres pour protéger ce bien précieux qu’est l’interaction complexe entre toutes les formes de vie, dont l’équilibre est menacé.

On retrouve des symboles évidents de l’Histoire des États Unis, de la guerre du Vietnam et ses « Vets », à la conquête de l’Ouest et le massacre des populations indigènes. Les « Natives » de Pandora ressemblent férocement aux « Native Americans » (ou Indiens d’Amérique) lorsqu’ils revêtent leurs parures de guerriers.

Enfin, l’image de synthèse, c’est tellement d.d. ! Imaginez le nombre de décors qu’il aurait fallu créer, matériellement, pour obtenir un résultat bien médiocre. Les paysages, les personnages, les animaux « sauvages » et même les costumes, sont absolument bluffants de réalisme et de magnificence. Vive la dématérialisation !

Avatar parle symboliquement d’écologie et de respect de la nature, c’est nouveau, c’est beau, ça fait du bien, allez-y.
-

14 décembre 2009

THE INVISIBLE END par ISABELLE

La fratrie, duo composé de Karim et Luc Berchiche, s’expose en ce moment à la Galerie Nuke. À travers leurs sculptures étonnantes de précision, les deux frères proposent une véritable réflexion sur la brièveté et la fragilité de la vie.

Chaque sculpture représente un « rocher-île », en référence à un univers enfantin et onirique. Ces morceaux de planisphères-bonzaï semblent des iceberg à la dérive, des îles flottant dans le vide cosmique, ou une multitude de microcosmes dispersés, en voie d’extinction.

Leur échelle nous fait prendre conscience de la toute puissance de la main de l’homme sur la nature, de son impact positif comme négatif, en tout cas surdimensionné.

la_fratrie_the_invisible_end_1x

La Fratrie / THE INVISIBLE END

Exposition du 12 décembre au 20 février 2010 / Galerie Nuke, 11 rue St Anastase / Paris 3ème

www.galerienuke.fr

30 novembre 2009

LE BON, LA BRUTE ET LES POIREAUX par VINCENT BOUCHERON

Il y a eu un 2012 avant 2012. Enfin je veux dire 2012 c’était déjà la fin du monde en 1975.

The Ultimate Warrior (New York ne répond plus en VF) – qui ressort en dvd ces jours-ci – est le prototype même du « post nuke » bien vénère qui comme la plupart des films du genre fantasme un apocalypse écologique (dans ce type de film, on a l’habitude de dire « par la vanité des hommes »).

ultimate Warrior

Pour vous résumer l’histoire super brièvement : 2012 donc, la terre est dévastée, ne survivent que quelques poignées d’humains quasiment retournés à l’état sauvage dans un New York exsangue et en ruines (à noter tout de même que dans le film, les Twin Towers sont toujours bien plantées au sud de Manhattan). Parmi eux « Le Baron » (campé par le bergmanien Max Von Sydow qui commence alors une belle carrière dans le bis) conduit une petite communauté pacifiste (comprendre : qui ne tue qu’en cas de légitime défense) et O MIRACLE !!! a réussi à faire pousser des légumes. Oui des légumes. Et comme c’est le dawa incommensurable, autant vous dire que ses tomates c’est le trésor du siècle que toutes les hordes de barbares convoitent… La communauté est donc assiégée par des chevelus agiles de la gâchette, c’est Fort Alamo version Nicolas Le Jardinier. Seule échappatoire : engager un mercenaire. Et là, trait de génie de Von Sydow, il se paie les services de Carson. Et comme Carson est incarné par Yul Brynner, autant vous dire que les radis vont rapidement pouvoir pousser tranquilluche….

The Ultimate Warrior 4

Certes, C’est un peu Mad Max avant la lettre. Certes le film a pris un sacré coup de vieux (plus que Soylent Green), mais les rues de New York affichent toujours la même photogénie apocalyptique, les acteurs n’en font pas des caisses et le film excelle dans l’action et la violence (faut dire quand même que c’est mis en scène par le réalisateur d’Opération Dragon, Robert Clouse).

Là où on salue l’éditeur, c’est que l’un des bonus est confié à Alain Barraton, le Jardinier du Château de Versailles. Cette touche « green » surprend au début, avant de se révéler terriblement d’actualité…

« The Ultimate Warrior – New York ne répond plus » sorti chez Aquarelle.

30 novembre 2009

EVERYBODY COMES TO NOLLYWOOD… par VINCENT BOUCHERON

Petit test. Si je vous demande quelle est la troisième puissance du cinéma mondial derrière l’Inde et les Etats-Unis, vous me répondez quoi ? La France ? Non. Le Japon ? Non, non et renon. L’Italie ? Pffff vous dites vraiment n’importe quoi les gars, j’ai l’impression d’être sur TF1… La Chine ? Encore moins bande d’ignares !

nollywood1

Non contre toute attente, c’est le Nigéria. Eh oui, un pays africain. Ca vous en bouche un coin, hein ? Nollywood (c’est comme ça qu’on appelle La Mecque du cinéma africain) produit plus de 2000 films par an, pour un budget total de 20 millions d’euros et touche un public de 300 millions de spectateurs et fait vivre 300.000 personnes (à titre comparatif, la France a produit 240 films en 2008 pour un budget total de 1.5 milliards d’euros !). Ce qui explique la vitalité de ce cinéma, c’est le fait qu’il soit produit directement pour le marché vidéo (les films sortent sur VHS). Alors que les deux tiers de la population vivent avec moins de 1 dollar par jour, 70 % des Nigérians ont malgré tout accès à un magnétoscope collectif, et les cassettes sont tellement bon marché que toute contrefaçon est impossible.

nollywood_2

Ce cinéma est  très fortement soutenu par l’Eglise Evangéliste (Mount Zion Faith Ministries est le plus grand studio de Lagos) : la plupart des films produits sont des films religieux… Et si c’est pas un métrage évangéliste, vous avez de forte chance qu’il s’agisse d’un film d’amour à base de lutte des classes, que à côté, les romans Arlequin c’est Penthouse en plus hardcore et Barbara Cartland c’est carrément Virginie Despentes… Ou sinon, vous avez le remake « couleur locale » de blockbusters américains… Bref, dire qu’on verra un film « made in Nollywood » à Cannes l’an prochain serait pourtant se fourrer le doigt dans l’œil jusqu’au coude : très mauvaise qualité technique, production médiocre, aucun auteur (au sens occidental du terme) émergent…

Peu de chance de voir ici un film Nollywood, la diaspora nigériane n’est pas aussi active que la diaspora indienne : il n’existe donc pas de marché « parallèle », aucun circuit de diffusion et l’objet en lui-même (la bonne vieille VHS) complètement inadapté à nos modes de consommation.

Nollywood_3

Je vous conseille de vous ruer sur l’excellent livre du photographe Pieter Hugo paru aux Editions Prestel. C’est un petit bijou.

24 novembre 2009

DOUX CLIMAT par ISABELLE

TROP doux climat…

Le sommet de Copenhague, qui se tiendra du 7 au 18 décembre 2009, conviera les dirigeants du monde entier à se pencher sur l’avenir de notre atmosphère. Il aboutira à un accord qui remplacera le protocole de Kyoto.

Ce blog n’a pas de vocation militante, mais l’événement est suffisamment important pour figurer ici. Je suis intimement convaincue qu’il y a péril en la planète, mais même entourée de la fabuleuse équipe Smile, j’ai bien conscience que nous ne sommes qu’une petite crotte de nez perdue dans l’océan.

Il faut parfois savoir se rassembler, voici donc une invitation à visiter le site www.copenhague-2009.com. Vous pourrez signer facilement la pétition, si votre conviction vous y encourage.

Chiche.

Le message de Mélanie Laurent, Marion Cotillard, Guillaume Canet… est assez persuasif.

www.copenhague-2009.com

25 octobre 2009

LE MOULIN VERT par ISABELLE

Fin octobre, c’est l’époque ! L’art contemporain est décidément au coeur de l’actualité.

La Galleria Continua organise, en même temps que la FIAC, une rencontre pique-nique pour l’ouverture de la session « Sphères 2009  » qui rassemble la sélection d’artistes de 7 galeries internationales dont Kamel Mennour, Air de Paris, et bien sûr la Galleria Continua.

Petit Flash Back : La Galleria est née en 1990 à San Gimignano, en Italie, à l’initiative de trois amis : Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi, Maurizio Rigillo.
Installée dans une ancienne salle de cinéma, la Galleria s’est implantée là où personne ne l’attendait, loin des grandes villes, dans un lieu chargé d’histoire.
« Continua » désigne ce désir de continuité entre les époques, ce voeu d’écrire une histoire présente sensible de la création actuelle qui nourrit le lien entre hier et demain, les individus et les géographies diverses et inaccoutumées.
Après San Gimignano, Pékin ! La Galleria Continua – Beijing s’installe dans une ancienne usine d’armement. Toujours polarisée sur le dialogue et la proximité avec le public, elle est un pont entre orient et occident avec des artistes chinois comme Chen Zen, un ami de l’équipe, et Lucy + Jorge Orta, Anish Kapoor (peut-être mon artiste préféré) qui seront exposés en Chine pour la première fois.
Le Moulin est la dernière née. Installée à une heure de Paris dans une ancienne imprimerie, au bord de la rivière Morin, la galerie, comme les autres lieux, garde les traces de son utilisation antérieure.
Les oeuvres présentées n’en sont que plus fortes, et ne se sentent surtout pas à l’étroit dans de tels espaces.

« Sphères 2009  » est un très bon cru.
J’ai été très touchée par les oeuvres de Sun Yuan & Peng Yu, un binôme d’artistes chinois,

Sun Yuan and Peng Yu

ainsi que de Camille Henrot, Carsten Höller et ses oiseaux gravés d’or, et Sudarshan Shetty dont j’avais découvert la télévision ensanglantée à la Frieze artfair.

Birds-karsten holer

Une exposition d’autant plus réjouissante que l’annonce a été faite d’un tout nouveau projet. Le Moulin s’agrandira bientôt d’un nouveau centre. Deux cent mètres plus haut, toujours au bord du Morin, existe une friche industrielle encore plus vaste, composée de bâtiments tous plus prometteurs les uns que les autres.
Il s’agit d’un projet de rénovation très ambitieux, avec non seulement une ouverture vers l’art sous toutes ses formes (vidéothèque, médiathèque, auditorium, espace pour les galeries, résidence d’artistes) mais aussi un programme d’éducation (école de musique, bibliothèque) et une volonté de se tourner vers l’environnement avec un parc public paysager, un restaurant gastronomique bio avec terrasse, et un centre d’études art-environnement.

La rivière, très polluée avant l’arrivée de la galerie, retrouve peu à peu de sa clarté. Et ce n’est que le début !

le-moulin-galleria-continua

L’art contemporain est un formidable moteur pour la société.
Plus que les acteurs de la finance, de la mode, de la politique, les artistes sont des visionnaires qui réinventent la société avec des milliers d’années lumière d’avance.
Nous autres communs des mortels sommes des suiveurs.
Le fait que des galeries privées, des associations et des organisations comme le projet COAL plusieurs fois cité, déjà, dans ce blog, déploient des projets autour de l’environnement n’est pas anodin, et nous laisse présager que le futur en vert s’annonce plus rose que prévu.

Du 24 octobre 2009 au 30 mai 2010.
www.galleriacontinua.com

25 octobre 2009

PRIX PHOTO EARTH : LA TERRE VUE D’EN BAS par CECILE

En pleine FIAC, on a eu beau chercher, on n’a trouvé que quelques références au DD, dont la présence encore trop discrète du beau projet Coal (plus d’info au prochain post et dans notre section liens).

Mention spéciale de Smile pour le Passage de Retz qui a profité du buzz pour annoncer sa nouvelle expo : le bel hôtel particulier du 3ème arrondissement accueille pour un mois le prix Pictet «Photography and Sustainability».

nigeria

Depuis deux ans, la banque suisse couronne le travail de photographes internationaux qui communiquent des messages environnementaux forts, dans le cadre d’un thème prédéfini : cette année, Earth.
Lors de la cérémonie officielle de remise des prix le 22 octobre au Passage de Retz, Kofi Annan, prix Nobel de la paix et ancien secrétaire général des Nations unies, a remis la somme de 60 000 euros à Nadav Kander, lauréat 2009, pour son travail sur le fleuve Yangtsé. Kofi Annan a déclaré que les photographies de l’exposition étaient une injonction à l’action contre le changement climatique, le plus grand défi humanitaire et environnemental auquel le monde a à faire face aujourd’hui.

Les travaux des lauréats évoquent les effets dévastateurs et souvent irréversibles de l’exploitation des ressources de notre planète, et soulignent l’impact immédiat et durable de notre développement à tout-va sur les populations, lorsqu’il s’effectue sans respect de notre environnement au sens large (les autres aussi quoi !).

Une décharge publique mexicaine dans laquelle des gens fouillent pour tenter de survivre ; le paysage en pleine mutation du fleuve Yangtsé, en Chine, et ses communautés déplacées ; les effets dévastateurs de l’exploitation du pétrole dans le delta du Niger …

Des témoignages à voir vite à Paris avant de consommer trop de CO2 en courant après Earth qui entamera dès début 2010 sa tournée mondiale : Musée de la Photographie de Thessalonique, Empty Quarter Gallery de Dubaï, University of Technology d’Eindhoven ….et, à l’étude, un passage par plusieurs galeries parmi les plus prestigieuses du monde qui s’intéressent à la terre.

pictet

Prix Pictet 2009 : Earth à Paris du 23 octobre au 24 novembre 2009
Passage de Retz
9 rue Charlot – 75003 Paris / 01 48 04 37 99

Métro: Saint Sébastien – Froissart ou Temple

Lundi – Vendredi: 10h – 19h / Samedi – Dimanche: 10h – 20h

www.prixpictet.com

www.nadavkander.com

Et pour changer de YAB et sa terre vue du ciel : Earth – le livre du Prix Pictet 2009 publié chez Te Neues – présente les travaux des 12 photographes sélectionnés et des 70 autres nominés.

19 octobre 2009

TORTUE NINJA par VINCENT BOUCHERON

Pollution au plutonium, pluies acides, radioactivité, déchets chimiques, dérèglements climatiques, rayons UV, menaces sur la biodiversité, dérives militaires… Le nouveau Michael Moore ? Le synopsis de Home 2 Le Retour de la Revanche du fils de ? Non c’est pêle-mêle les thèmes de la Trilogie des Gamera qui sort ces jours-ci en dvd.

Gamera kezako ? Vous voyez Godzilla – le lézard géant post-Hiroshima à la fois métaphore de l’hégémonie américaine et des conséquences désastreuses du nucléaire – et bien Gamera est son pendant version tortue (volante qui plus est) et accessoirement l’un des représentants les plus populaire du Keiju (le film de monstre japonais).

Le premier opus – conçu par Shusuke Kaneko et par le scénariste de Ghost in the Shell, Kazunori Itô – part sur un postulat qui déchire : un navire chargé de plutonium. s’échoue en mer Béring sur une ile déjà en proie a des oiseaux carnivore les Gyaos (monstres créés par les Atlantes pour endiguer la pollution qu’engendre leur civilisation). L’un d’eux mute au contact des déchets radioactifs menace de détruire Tokyo. Le gouvernement est alors contraint de réveiller l’ennemi ancestral du Gyaos, Gamera.

gamera02

Autre temps, autre mœurs, cette fois-ci la trilogie se nourrit d’un mélange – pas très subtil parfois mais le film s’adresse en priorité aux plus jeunes – de réflexions écologiques contemporaines et de légendes japonaises, celle de Mana en l’occurrence (Mana c’est l’énergie vitale de la terre dans laquelle Gamera puise sa force extraordinaire). L’intelligence de la saga est d’avoir érigé l’homme comme garant de sa propre déchéance et d’avoir fait du monstre un héros ambivalent : car s’il protège l’humanité des conséquences de ses propres exactions, il pourrait très bien se retourner contre elle si jamais elle venait à continuer à détruire la planète.

Coffret 3 DVD Gamera chez WE Prod.