Archive pour la catégorie ‘ETHIQUE’

5 septembre 2016

LE CONSULAT par ISABELLE

LeConsulat1

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas posté. Mais ça faisait longtemps qu’un projet aussi excitant ne s’était pas monté à Paris ! Un nouveau lieu éphémère est sur le point d’ouvrir : ça s’appelle Le Consulat, et cette initiative pourrait bien changer (un peu) le monde (en mieux évidemment). Une très bonne nouvelle, surtout en cette période où ça panique dans tout les sens.
Un Consulat, c’est un lieu pour représenter les nations. Pour ce projet, le « Consulat » devient la « représentation d’une vision collective dans un espace-temps donné, ayant pour but d’exprimer des solutions nouvelles pour un avenir meilleur, et laisser à chacun le soin de l’expérimenter comme il l’entend ».

Faire la fête démocratiquement, dans une micro nation éphémère, ça fait rêver. Se rassembler, c’est pour s’amuser, et aussi pour agir. Au Consulat, lieu 100% participatif, on pourra danser (cours et dj sets), voir des films, des expos, assister à des conférences, déguster des amuse-bouche, des cocktails, travailler, rêver, faire/écouter la radio, écouter des interviews, rencontrer, performer, faire des shootings, des brocantes, des brunchs, des jeux, du yoga, de la musique… Et sûrement plus encore. Tout ça sur 3 étages, et une cour ouverte quand il fait beau. Le lieu naît dans le 9ème mais apparaitra sous d’autres formes et d’autres endroits.

Derrière ce projet se cache l’association GANG (Groupe d’Action Néo Green), un groupe qui aborde la révolution green avec optimisme, espoir, enthousiasme, humour et joie, sentiments qui désertent trop souvent les rayons de l’activisme. GANG souhaite oeuvrer contre l’hyper séparation de l’Homme et de la nature, et pour que l’avenir de l’humanité cesse d’être hypothéqué au bénéfice ce de quelques uns.

LeConsulat

LeConsulat2

LeConsulat20

Si vous voulez en savoir plus sur ce lieu, qui ouvre le 8 septembre (ou à peu près) vous pouvez nous suivre sur Instagram où nous sommes un peu plus présents qu’ici : @smileandsavetheplanet

Nous essaierons de poster en temps réel :)

Longue vie au Consulat !

22 février 2015

« SOME LIKE IT GREEN » QUESTIONNAIRE – ARIELLE LEVY ET THIBAUD DECROO POUR L’HERBE ROUGE par HÉLÈNE

arielle levy thibaud decrooarielle levy thibaud decroo

Rendez-vous en bas de la coulée verte dans le concept store « l’herbe rouge » un après-midi d’hiver. Le ton « bucolique » est donné.

« L’herbe rouge » a été créée en 2008 et son nom est inspiré d’un poème de Boris Vian, clin d’oeil à la vision créative et innovante de la maison de mode.

Aux commandes de cette authentique marque « green » qui est aussi un véritable laboratoire de recherche et d’expérimentation sur les matières, deux passionnés du vêtement et surtout deux experts qui ont hérité d’un savoir-faire textile « Made in Roubaix », mais y ont ajouté une leur touche éco-friendly et durable.

Les matières sont donc issues de l’agriculture biologique (coton fluvial, denim, lin, tencel, flanelle de laine et autres mailles…), les tricots réalisés à partir d’un procédé unique de recyclage des fibres, avec une attention aux teintures réalisées dans le respect des normes GOTS (Global Organic Textile Standard), et le tout avec un réseau de proximité.

Et c’est pas fini ! Le tout avec des prix accessibles !

Bref, comme dit Arielle, notre Jean-Pierre Coffe de la Mode: « Le Fast-Fashion, c’est de la MEEERDE ! ».

Le magasin du Viaduc des Arts a fêté sa première bougie en Janvier 2015, on lui souhaite donc une longue et belle vie !

Points de vente:

- Online e-shop: http://lherberouge.com/

- 35 avenue Daumesnil, 75 012 Paris

- 81-83 avenue Jean Lebas, 59 100 Roubaix

l'herbe rouge

herberougeF1020002herberouge

herbe rouge

herberougeherberougeherbe rouge

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

S&StP: C’est quoi « être green » pour vous?
Arielle Levy: C’est respecter la planète et les gens.

Vous vous rappelez de votre « green coming out » ?
Thibaud Decroo: Des souvenir d’être bien dans la nature depuis très jeune.
AL: Quand j’ai commencé à trier les déchets en Allemagne à 10 ans de manière très naturelle.

Quels sont vos 3 principaux gestes green ?
- Manger bio, équilibré, local
- Faire attention à sa consommation de lumière (le magasin est éclairé en basse tension)
- Faire une économie de moyens

Le geste non-green dont vous ne pouvez vous passer ?
TD: Prendre l’avion
AL: Aimer la mode !

L’action globale « green friendly » que vous admirez le plus, rêvez de mettre en place?
La fondation AKUO Energy et développement lancée par notre associé. (NDLR: qui développe, finance et exploite des centrales de production d’énergie renouvelable en France et dans le monde).

Qui est votre muse glam green ?

AL: Nous n’avons pas de muse en particulier, mais on aime Mélanie Laurent.

Votre gourou au quotidien?
Éric Scotto notre associé, Jeremy Rifkins, on apprécie Pierre Rahbi.
Mais nous sommes nos propres gourous !

Est-ce que « l’organic » peut être « orgasmic »?
AL: Tout ce qui fait du bien est orgasmic ! Donc l’organique est orgasmic !
TD: surtout avec du miel bio

A quoi vous carburez ?
A l’envie.

Le super pouvoir que vous aimeriez avoir pour sauver la planète ?
TD: Tout est lié à l’education donc rendre les gens plus respectueux , plus éduqués, avec moins de besoins .
AL: Le super pouvoir de taper un grand coup dans la fourmilière !

Où se trouve votre coin de paradis perdu?
TD: une rivière sauvage ou on peut se baigner.
AL: n’importe où en thong, maillot et t shirt.

Votre bible du moment?
AL: Modiano.
TD: Mathieu Ricard.

Le film qui vous a marqué ?
AL: « La nuit des éléphants » de Thierry Machado vue récemment. J’en pleure encore !

Le morceau de musique qui vous donne le « smile »?
TD: Herbie Hancock.
AL: The do. « Despair, hangover and ecstasy ».

À quoi êtes vous addicted ?
AL: A mon mari.
TD: A ma femme.

Quel est votre uniforme de la saison?
AL: Pull robe l’herbe rouge.

Votre mantra?
TD: « Moins mais mieux ».
AL: « Une autre mode est possible »

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?
De la vivre !

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?
Suivez nous !

Photographies: copyright l’herbe rouge, réalisées par Alice Moitié.

17 décembre 2014

« SOME LIKE IT GREEN » QUESTIONNAIRE – LAURE GOMEZ MONTOYA POUR GODOBE par HÉLÈNE

GoDoBeA-ProposPortrait-326x490GoDoBeA-ProposPortrait-326x490

Une sélection de qualité, solidaire et éthique, et à commander en direct du fond de son canapé car en ligne… On aime le site GoDoBe !

Il y a quelques semaines on a rencontré sa créatrice Laure Gomez Montoya, qui l’a ouvert en avril.

Ancienne journaliste – slash – éditrice – slash – wondermother – slash – entrepreneuse engagée, elle incarne parfaitement le nom du site qui sonne comme une incantation à rejoindre la consommation responsable, et oui il y a aussi une alternative au déguisement de la Reine des Neiges autour du sapin.

Les produits sont classés selon 3 axes:

- Made In France (100% francais)

- Eco Friendly

- Main dans la main ( developpement de communautés, de savoir-faire)

- Buy one Give One

Dans nos favoris, on retrouve certaines de nos marques fétiches comme Twins for Peace ou Lemlen, mais c’est aussi l’occasion de découvrir de jolies histoires ou projets.

Parmi nos favoris:

- Les plaids de la marque Animana, fabriqués en Patagonie avec des fibres naturelles comme l’alpaga, la vigogne, le lama ou le Mérinos

Animana

- les coussins ultra créatif de la marque Pschitt (entreprise solidaire)

Pschitt-Heros

- Ou on investit dans une paire de sneakers de Twins for Peace

GoDoBeTwinsAmbiance5

Alors join the GoDoBe Community !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

S&StP: C’est quoi « être green » pour toi? Laure Gomez Montoya : Pour moi ça fait partie d’un équilibre où l’homme fait partie d’un tout. Ca regroupe des valeurs humaines et universelles. Ce n’est pas limité à « manger bio », « faire le tri » mais c’est une harmonie avec notre environnement naturel.

Tu te rappelles de ton « green coming out »? Quand j’ai eu 18 ans, j’ai acheté ma première voiture que j’ai voulu customiser et j’ai trouvé un autocollant qui disait  » pense globalement, agit localement » et cette phrase m’a marquée et agit comme un declencheur.

Quels sont tes 3 principaux gestes green ?

- Faire du vélo.

- Éteindre la lumière.

- Ne pas faire couler l’eau.

Un geste non green dont tu ne peux te passer?

Le coca light

L’action globale green friendly que tu admires le plus?

L’éxpedition Tara (une expédition menée en 2004 en Méditerranée avec le double objectif de recherche scientifique sur la pollution de microplastique flottant en surface et de sensibiliser aux enjeux environnementaux), réalisée graçe au soutien d’Agnès B.

http://oceans.taraexpeditions.org/

Est-ce que l’organique peut etre orgasmique?

Oui tout avec des pâtes, même sans gluten !

A quoi tu carbures ?

Aux projets, à l’amour…et à mes enfants!

Tu as un jardin secret ?

Oui même des forêts secrètes.

Le super pouvoir que tu aimerais avoir pour sauver la planète ?

Etre moins timide et pouvoir convaincre n’importe qui sur des sujets qui me tiennent à coeur et qui, je pense, sont importants pour tout le monde.

Où se trouve ton coin de paradis perdu ?

Tous les endroits où il n’y a personne, et en particulier en Uruguay.

Ta bible ?

Je suis éditrice alors difficile d’en choisir un. Mais dans le thème « green », je recommande les livres de Mohammed Yunus, « vers un monde sans pauvreté », ou celui d’Esther Duflo, « repenser la pauvreté ».

Le morceau de musique qui te donne le « Smile »?

N’importe quel Stevie Wonder.

À quoi es-tu addicted ?

A la famille et à la lecture.

Quel est ton uniforme de la saison ?

Jean, t-shirt blanc et baskets.

Ton mantra ?

Profite.

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?

Passer deux semaines sans téléphone, sans télévision, sans internet avec ta famille, à être dehors, t’occuper des animaux…et basta !

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?

Il n’y a pas de discussion, ça doit se faire sinon tu mourras dans d’atroces souffrances, seul, sans personne avec d’horribles maladies car tu auras bouffé de la merde, dans des conditions sanitaires horribles, dans des conditions monstrueuses, avec des allergies horribles à la peau.

21 avril 2014

FASHION REVOLUTION DAY par ISABELLE

« Ethically produced fashion is like organic food: if you taste it, it’s better than industrial food; it has more flavour. » –Bruno Pieters

Cela faisait longtemps que je voulais parler du designer Bruno Pieters et de Honest By, son e-shop sur lequel le sourcing est transparent jusque dans le moindre détail, sans pour autant faire de concession sur le style. L’occasion m’en est donnée ici, puisque Honest By encourage le Fashion Revolution Day qui aura lieu le 24 avril 2014.

Ce mouvement a été créé en réaction à la catastrophe du Rana Plaza, un immeuble de fabrication textile qui s’est écroulé en brisant trop de vies au Bangladesh. Ce drame effroyable a tout de même permis de comprendre la difficile traçabilité de la mode, y compris pour des entreprises responsables.

Le 24 avril, tous ceux qui se sentent touchés sont invités à faire cet acte symbolique : un selfie avec un vêtement #insideout, à l’envers, pour montrer qu’on peut lire les étiquettes. Où mon vêtement a-t-il été produit ? Avec quel matériau ? C’est aussi une façon de dire aux marques qu’on a envie d’acheter leurs produits, mais pas leurs méthodes.

La phrase de Bruno Pieters résume vraiment ce que je ressens personnellement. J’aime la mode, qui n’a rien de futile à mes yeux, mais je déteste l’idée que ce que j’achète détruise la vie d’êtres humains, adultes ou enfants, ou même d’animaux. En achetant un produit, on encourage un système de production, c’est une vraie responsabilité ! Pour moi, la mode doit être enthousiaste, positive, et doit générer du plaisir. Je chéris mes vêtement de tout mon cœur, je les aime d’amour ! C’est pourquoi je ne me fournis plus dans les enseignes de fast fashion. Je les pense à plus long terme. Et je les aime encore plus. Évidemment cela demande un peu de réflexion et de créativité, mais n’est-ce pas l’essence même de la mode ?

Quoi qu’il en soit, ce mouvement aura j’en suis sûre un impact positif. Alors, à vos selfies ! Le mien est ici, mais comme c’est un manteau vintage (donc qui n’a pas été cousu par une jeune Bengalie) y’a pas d’étiquette.

Fashion_revolution-day

honest-by-fashion-revolution

honest-by-fashion-revolution-who-made-your-clothe

honest-by-fashion-revolution-april24

Images Courtesy Fashion Revolution & Honest By

13 mars 2014

« SOME LIKE IT GREEN » QUESTIONNAIRE – MINACREW par HÉLÈNE

MINACREW

Ça y est on y est !

Ben oui vous sentez pas la température se réchauffer, les terrasses pulluler et les allergies au pollen proliférer? Mais oui, le PRINTEMPS C’EST MAINTENANT!

Adieu « oversize coats », « sweat-shirt à message » et « bonnet en mohair », hello « robes légères », « décolletés » et « matières sensuelles ».   Rendez-vous à une terrasse du Marais avec une Fashionista biberonnée à la mode féminine et romantique dont le slogan pourrait être « DRESS IS MORE ».

Dans la famille Lempicka, je demande une des 3 filles : Lauren Leslie, qui lance tout juste sa propre marque exclusivement dédiée aux robes: MINACREW.

Le nom de la marque est un clin d’oeil au film romantico-fantastique gothique de Francis Ford Coppola « Dracula » dans lequel MINA est une petite « vampirette » en costume et dentelle (Twilight n’a qu’à bien se tenir). Pour ce qui est de la « CREW », il suffit de la reconnaitre parmi les muses du Look Book shoot : Inna Modja et Clémentine Levy, entre autres.

MINACREW_03

MINACREW_dress

Et dans la catégorie « le prix de la plus jolie robe Smile and Save the Planet », on adore la capsule de robes réalisées avec des tissus anciens chinés puis retravaillés avec talent : cotons brodés, détails de dentelles, poches et parfois ceinture en bakélite vintage des années 20, chaque robe est unique, numérotée.

Alors comme dirait Snoop : « Dress it like it’s hot, Dress it like it’s hot, Dress it like it’s hot ».

La collection Printemps-Ete 2014 sera disponible chez Wild, 18 rue saint sulpice à Paris.

Et on peut suivre les aventures de MINACREW sur facebook.


Lauren Leslie - Mina Crew

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

S&StP: C’est quoi « être green » pour toi?
Lauren Leslie : Mes parents le sont depuis toujours donc j’ai grandi dedans depuis toute petite.

Tu te rappelles de ton « green coming out »?
Ça a été toujours naturel pour moi, mais avec le lancement de ma marque c’est de plus en plus fort.

Quels sont tes 3 principaux gestes green ?
- Ne pas laisser couler l’eau.
- Éteindre la lumière en partant.
- Trier ses poubelles.

Qui est ta muse glam green ?
Stella McCartney, surtout pour les accessoires.

Ton gourou au quotidien ?
Wikipedia : on peut tout savoir, à n’importe quelle heure.

A quoi tu carbures ?
Au champagne, au fromage… Et aux copines!

Tu as un jardin secret ?
Oui et c’est secret, bio mais secret.

Le super pouvoir que tu aimerais avoir pour sauver la planète ?
Pouvoir nourrir la terre entière, comme dans ce dessin animé qui s’appelle « tempête de boulettes géantes » où il pleut de la junk-food, sauf que je le ferais avec des produits sains. Ça s’appellerait « Tempête de boulettes géantes : la revanche des fruits ».

Où se trouve ton coin de paradis perdu ?
Moi j’adore Paris et surtout les petites rues du Marais, même si c’est pas si perdu que ça.

Ta bible ?
J’ai une très grande collection de bouquins de mode.
Mes deux derniers favoris:
- une biographie de Madeleine Vionnet, virtuose de la robe ;
- Rose Bertin, couturière de Marie-Antoinette et modiste avant gardiste du XVIIIème siècle.

Le film qui t’a marqué ?
J’adore les films de costume. « Marie-Antoinette » de Sofia Coppola pour n’en citer qu’un.

Le morceau de musique qui te donne le « Smile »?
N’importe quel morceau des Beatles.
D’ailleurs, Il y a deux questions que j’ai toujours adoré :

« Tu es Chat ou Chien »? Et « Rolling Stones ou Beatles »? (NDLR: ca sera notre question bonus MINACREW)
Ben moi je suis Chat et Beatles.

À quoi es-tu addicted ?
Aux chats. Le mieux ce sont les vidéos de chatons.

Quel est ton uniforme de la saison ?
Une robe « MINACREW » bien sûr.

Ton mantra ?
J’ai un mantra qui m’a été donné à l’occasion d’une initiation à la méditation transcendantale. C’est un mot que je dois garder pour moi et que je me répète à certaines occasions.

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?
C’est d’aller à la campagne et de marcher pieds nus sur la pelouse.

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?
Il suffit de regarder les infos et ça fait réfléchir…

24 novembre 2013

« SOME LIKE IT GREEN » QUESTIONNAIRE – VALENTINE GAUTHIER par HÉLÈNE

valentine-gauthier-portrait-illustration-IRG
Repérée il y a déjà trois ans et demi par la Smile Team alors qu’elle soufflait la première bougie de la boutique rue Charlot, Valentine Gauthier continue de nous épater avec son style unique et sa démarche « green ». Nous l’avons donc soumise à la question !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

some-like-it-green-questionnaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

S&StP: quoi « être green » pour vous?

V.G.: Etre consciente.

Vous vous rappelez de votre « green coming out » ?

Pas de coming out à mon actif, c’est depuis toute petite.

Quels sont vos 3 principaux gestes green ?

Favoriser la qualité à la quantité,
Limiter la consommation de produits emballés,
Essayer de trouver les bonnes alternatives à chaque étape du développement de mes projets.

Le geste non-green dont vous ne pouvez vous passer ?

Utiliser un smart phone.

L’action globale « green friendly » que vous admirez le plus?

GREENPEACE qui démocratise l’information.

Qui est votre muse glam green ? »

Livia Firth.

Est-ce que « l’organic » peut être « orgasmic »?

Le sexe c’est green non?

A quoi vous carburez ?

Au sexe ou aux tic tac as you wish…

Le super pouvoir que vous aimeriez avoir pour sauver la planète ?

La télétransportation.

Où se trouve votre coin de paradis perdu?

À Cabo Polonio en Uruguay.

Votre bible ?

« Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir.

Le film qui vous a marquée ?

« The pillow book » de Peter Greenaway.

Le morceau de musique qui vous donne le « smile »

« No mic stand » de Thylacine.

À quoi êtes vous addicted ?

À mon fils, à l’art et à la bonne cuisine !!!!!!!!!!!

Quel est votre uniforme de la saison?

Teddy, Minijupe et mocassins.

Votre mantra?

« Life is too short for wearing clothes! ».

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?

De ne pas l’imposer.

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?

Le regard de nos enfants?

-
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
-
Collection A/H 2013/14 à retrouver dans la boutique, 58, rue Charlot, Paris 3ème. www.valentinegauthier.com
-
valentine-gauthier-collection-automne-hiver-2014

3 octobre 2013

MOOD: WHAT I LOVE – AL GORE NOUS PREND PAR LES SENTIMENTS par ISABELLE

Allez vite voir cette campagne interactive du Climate Reality Project, avec des images incroyables, une musique composée par Moby (végétarien convaincu, btw), c’est sublime ! www.whatilove.org

what-i-love-al-gore

what-i-love-al-gore-campagne-site


28 septembre 2013

MISERICORDIA, NOUVELLE BOUTIQUE, AMEN ! par HÉLÈNE

« Misericordia : de la mode « Made in Peru » faite avec les mains, l’esprit et le cœur ».

Certains profitent des vacances pour absorber le burnout annuel tout en peaufinant le pantone « caramel » de leur bronzage et parfaire leur culture confiture es presse people, d’autres décident en s’aventurant au Pérou de devenir résident péruvien, bilingue espagnol, puis créer un atelier de haute couture d’une trentaine de personne à côté de Lima « La Cabaña de Alta Costura Misericordia », de lancer LA première marque de prêt à porter haut de gamme internationale péruvienne, de s’implanter dans les concepts stores les plus cools de la planète (Colette, Isetan, Harvey Nichols…) dans 15 pays dans le monde, et finalement d’ouvrir son premier magasin à Paris, tout en animant un blog de référence sur la culture latino-américaine.

Aurelyen-Misericordia-Portrait----

Voilà, il est comme ça Aurelyen, diplômé des beaux-arts, marcheur, globe-trotteur, missionnaire
«éthique», «Self fashion-man», qui décide d’inventer ses propres règles du jeu en marge de la Fashion-Jungle avec Misericordia, un projet de création artistique et d’engagement social qui fêtera ses 10 ans l’année prochaine et dont toute l’iconographie résume l’esprit : « manos, espiritu y corazon ».
Côté collection, on se rassure tout de suite, on est loin des ponchos multicolore à franges et des bonnets à pompon, en revanche OUI au meilleur des matières péruviennes : baby alpaga et au coton bio de pima (si rare et soyeux qu’on le surnomme la soie d’Amérique du sud), de la qualité avec des coupes intemporelles, touche street-wear et graphismes moderno-latino. Perso j’ai un coup de cœur pour la chemise délavée en denim et le polo à logo.

Et quand il lui reste du temps, l’homme-orchestre (le premier qui me sort un jeu de mot moisi à base d’ocarina et de flute de pan, je le spam) collabore aussi ponctuellement avec Kris Van Assche, Matali Crasset, Lutz ou encore Waiting for the Sun.
Donc, tous à la nouvelle boutique rue de Charonne et hop direct à l’impressionnant confessionnal du 19ème siècle, installé au fond de la boutique, qui sert de cabine d’essayage et où on pourra succomber sans complexe à la mode, tout en prêchant son engagement social. C’est beau !

Bref, finalement Aurelyen illustre bien l’hymne national péruvien: « Somos libres, seámoslo siempre » (nous sommes libres, restons-le à jamais).

MISERICORDIA – 7-9 RUE DE CHARONNE – 75011 PARIS

www.misionmisericordia.com

Boutique-Misericordia-Bastille

Boutique-Misericordia-Bastille-Charonne-lieu-concept-store-architecture-retail-window-display-selection-awards-01

Boutique-Misericordia-Bastille-Charonne-concept-store

19C311-18 Soberbio Man Coat

23 août 2013

MISHKA HENNER: FEEDLOTS par ISABELLE

À première vue, c’est un dessin abstrait. Si on regarde mieux, on distingue les petits animaux entassés dans les « feedlots », enclos d’élevage, au Texas. De la viande qui n’a jamais vu un seul brin d’herbe : non les bœufs qu’on mange aujourd’hui ne passent pas leur vie à gambader dans des prairies luxuriantes ! Quant aux jolies couleurs, ce sont tout simplement leurs déjections.

Voilà, c’est très beau ! Mais c’est un peu flippant, quand même.

Photographies de Mishka Henner.

Conorado Feeders- Dalhart- Texas-DETAIL_900

Tascosa Feed Yard- Bushland- Texas-DETAIL_900

Tascosa Feed Yard- Bushland- Texas_900

Conorado Feeders- Dalhart- Texas_900

10 avril 2013

JANE GOODALL-GOOD FOR US ALL par TIFFANY

Dr. Jane Goodall with Gombe chimpanzee Freud
© Michael Neugebauer, photo from janegoodall.org

I recently saw Dr. Jane Goodall speak. I went with my mom, and didn’t realize that it would be the perfect mother-daughter bonding opportunity. The thing is, Dr. Goodall’s mother encouraged Jane at every step towards becoming the figure she is today.  Her message was clear : let children play in the dirt and teach them about how to take the future of the planet into their own hands because we’ve done a good job of making a mess of it. The interdependence between generations is a central part of Dr. Goodall’s legacy. Even in her acknowledgement of the depressing state of environmental affairs, Dr. Goodall’s discussion was joyful and hope-affirming. My favorite thing she said is, « It isn’t a good day unless something can be added to your store of memories. » I’ll take that advice.

Jane-Freud

2 avril 2013

PIERRE RABHI : AU NOM DE LA TERRE par ISABELLE

Pierre Rabhi, vous connaissez ? Il est incroyable. Il donne envie à n’importe quel citadin de tout abandonner pour aller cultiver la terre (au soleil ☀ ), non ?
Parmi les nombreux Soixante-Huitards ayant fait leur retour à la terre, il y a eu Pierre Rabhi, un jeune homme d’origine Algérienne à l’histoire un peu compliquée, qui s’est installé avec succès, et surtout beaucoup de réflexion, d’humanisme, et d’humour, dans une des plus belles régions de France (une partie de mon cœur est là bas, en Ardèche, à la limite des Cévennes). C’est très beau, c’est rude, il fait chaud en été, froid en hiver. Magnifique.

Ci dessous, la bande annonce du film « Au nom de la Terre », reportage qui lui est consacré, en salles en ce moment. C’est parfait pour se reconnecter avec son assiette, et surtout beaucoup mieux qu’une pub pour barres protéinées industrielles.
Il faut voir ce film !

En bonus, un autre documentaire :

19 janvier 2013

WANTED: WRANGLER ECO DENIM par ISABELLE

Alors que Levi’s, Zara, Benetton s’engagent, aux côtés de Greenpeace, à réduire les produits chimiques dans leur production pour… 2020 (WTF, c’est dans 7 ans !!!!!), me voilà l’heureuse propriétaire d’un jean « eco treated », aujourd’hui même.

Nous savions déjà tous que Wrangler est une marque cool. Depuis, le groupe VF (Timberland, Vans, The NorthFace… ) a commencé à mettre en place une production plus clean.
La plupart des produits que Greenpeace demande de bannir d’ici 2020 le sont déjà chez Wrangler… Tout simplement.
Encore mieux, 15% des jeans sont façonnés dans les usines propres du groupe, selon le process « eco treated » : des délavages à l’Ozone (O3), qui permet de réduire de moitié la consommation d’eau, d’énergie et de produits chimiques. Ce n’est pas encore ce qu’on peut appeler une production éco-responsable, mais le groupe s’engage à développer plus loin cet engagement.

Donc, visiblement, en matière d’eco treatment, c’est un peu comme pour le sexe : ce sont ceux qui en parlent le plus qui en font le moins.

 

Petit aperçu de mon nouveau slim « Molly ». Je ne sais pas si c’est l’eco treatment, mais il est tellement confortable qu’on pourrait le porter pour faire son yoga. Ah non, allons plutôt danser…
I love. Merci Wrangler

molly-wrangler-slim-eco-treated-denim

 

Et voici la version homme. Ouhhh, il fait chaud tout à coup.

wrangler-eco-treated-denim-pants





7 décembre 2012

WANTED: J.E.M. WONDERS par ISABELLE

Christmas is coming and this is what I put in my wishlist. I dream about these pure marvels called « Void » and « Maya ». They look even more beautiful when you know the gold used for JEM –stands for Jewellery Ethically Minded– did not harm people or nature.
So, what would be more precious than this gold? Love, maybe?

www.jem-paris.com

void-jem-bijoux

maya-jem-bijoux

30 novembre 2012

MOOD: WE ♥ STELLA par ISABELLE

« There has never in history of fashion been a British fashion house with a woman’s name on the label that has ever been truly global. »

That’s what Stella McCartney was told. But she couldn’t hear that -damn she was right- ; and even added another difficulty: sustainable production. Yet, Stella has just been named both ‘Designer Brand of the Year’ and ‘Designer of the Year’ at British Fashion Awards.

Thank you Stella for making fashion, beauty, femininity, creativity, glamour, compatible with a responsible business. And, congratulations.

stella_mc-cartney-british-fashion-awards

21 juin 2012

HELLO, LE LIN par ISABELLE

Le lin, matière éminemment écologique, se cultive sans arrosage engrais ou pesticides, est transformé mécaniquement sans chimie, et, pour nous les frenchies, est aussi local que la frite : il pousse essentiellement entre le Nord de la France, la Belgique et les Pays Bas. Si tout est bon dans le cochon (heu, non en fait), dans le lin tout est bien : la totalité de la plante est utilisée : fibre, bois, huile, graine, tout ! Très malin, et loin de la toile rêche qu’on imagine, le lin est confortable, doux, léger, technique, résistant, peu putrescible, bref, c’est le matériau du futur. Durable au possible, équivalent à la fibre de verre -en plus léger-, il s’adapte maintenant aux nouvelles technologies, la preuve avec quelques applications ici. Et ce n’est pas nouveau, puisque Alexandre le Grand a conquis son Empire, avec sur le dos une armure en composite de lin. Les bandelettes des momies Egyptiennes, du lin. Le billet de dollar Américain est composé de 15% de lin (Européen, donc -mais dans l’Euro, non, pas de lin-). Le papier à cigarettes est fait de lin -j’en déduis que ça se fume aussi-.
Ce printemps j’ai visité, entre Lille/Dunkerque et un peu de campagne au milieu, deux usines qui traitent le lin. Quand on pénètre dans ces lieux, d’abord ça sent très bon, puis on est charmé par les couleurs, les écheveaux, les machines, les bruits, tout est fascinant. Avec ces images, j’ai eu envie de capturer l’ambiance « amour de la belle ouvrage », que j’ai vraiment aimée. Voici.

La filature Lemaitre-Lemeestere à Halluin (depuis 1835, ambiance XIXème siècle) :

IMG_8289

IMG_8302

IMG_8326

IMG_8328

IMG_8340

IMG_8356

IMG_8367

IMG_8375

IMG_8378

IMG_8390

IMG_8393IMG_8400

IMG_8404


L’Usine de transformation du lin, Teillage Vanhersecke à Millam
:

IMG_8433

IMG_8441

IMG_8443

IMG_8450

IMG_8459

IMG_8464


La plante et ses petites fleurs bleues, les champs de lin, et les petites graines yummy
:

IMG_8465

IMG_8479

IMG_8485

IMG_8486
Images © Isabelle Rivoire-Grange

12 avril 2012

EAT DIFFERENT par ISABELLE

Fact : la plus grosse source de pollution dans le monde est, Mesdames et Messieurs, la production et l’acheminement des denrées alimentaires. J’aborde le sujet ici, dans un ton plus GRRRR que SMILE, mais auquel je pense depuis longtemps. En fait, ça a commencé par un commentaire que j’avais fait à propos d’un post sur un article signé Marie Sigaud du NouvelObs supprimé pour cause de tollé. Suite à quoi j’ai reçu quelques mails désapprobateurs. J’ai oublié ce que j’avais écrit mais j’avais promis de m’expliquer plus clairement, voici donc le fond de ma pensée. Je tiens à préciser 1/ que je ne me permettrai pas, ici, de disserter sur les désordres alimentaires liés à des raisons psychologiques, mais uniquement à propos du lien entre industrialisation de l’alimentation et surpoids ; 2/ qu’il s’agit d’une opinion tout à fait personnelle qui n’engage que moi.

Ce fameux article serait sans doute passé inaperçu 1/ s’il n’était pas au cœur d’un cyclone médiatique récurrent, 2/ s’il avait été à propos d’une maigre. Bien évidemment, je suis contre toute discrimination sociale, raciale, sexuelle, et physique. Je trouve tout à fait normal de filmer une fille grosse (belle) dans une publicité pour vêtements grandes tailles. Le texte de Marie Sigaud est maladroit et odieux, mais il contient une certaine dose de second degré comme l’admet sa rédactrice. Surtout, le plus important est ailleurs : elle dénonce la volonté de certains média actuels de présenter la taille 42 ou plus comme une norme.
D’autre part, il se trouve que PRESQUE TOUS LES JOURS je lis ou entends des propos discriminants envers les maigres « mannequins anorexiques, horribles, etc » dont personne ne s’offusque. Aurait-on le droit de calomnier les maigres, mais pas les grosses ? De toute évidence le sujet est touchy.

Nous grossissons, c’est un fait. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont des statistiques. Un tiers de Français en surpoids, 10% d’obèses. Un tiers d’Américains obèses. Le poids moyen augmente, tandis que l’espérance de vie baisse aux Etats-Unis.

Or, l’idéal de beauté ne suit pas ce chemin. Bien au contraire, il se démarque de cette « norme de masse ». Les hommes préféraient-ils les grosses en 1485 ? Disons que jusqu’au milieu du XXème siècle, il valait mieux se situer parmi les populations qui mangeaient à leur faim. Il fallait avoir le ventre rond et la peau pâle (à l’époque, les Bronzés, c’étaient ceux qui travaillaient aux champs). La tendance est maintenant inversée : les pauvres, en général, ont davantage de chances d’être gros, en plus d’avoir mauvaise mine en hiver.

Qu’est-ce qu’un idéal de beauté ? L’Italienne Anna Utopia Giordano a retouché certains tableaux classiques, en les mettant aux normes XXIème siècle :

VÉNUS AVANT :
Botticelli-la-nascita-di-Venere_1

VÉNUS MAINTENANT :
Botticelli-la-nascita-di-Venere_2

VÉNUS ET CUPIDON DE VELASQUEZ, AVANT/MAINTENANT :
Velazquez-Venere-e-Cupido-venus-et-cupidon

L’idéal de beauté change à travers les âges car, comme son nom l’indique, il n’est pas la réalité, mais la représentation d’une esthétique fantasmée, qui exagère certaines caractéristiques. Cet idéal, qui se trouvait autrefois dans un corps rebondissant de jeunesse et d’abondance, est transposé aujourd’hui dans un corps gracile et fluet.

Une image du corps féminin qui eut rebuté un esthète de la renaissance nous fait maintenant rêver, et donne envie. Les marques l’ont bien compris, et si parfois elles transgressent certains codes, c’est pour mieux retomber sur leurs pieds. Si les mannequins sont choisi(e)s de plus en plus minces et androgynes, c’est sans doute pour répondre aux critères esthétiques d’une extrême jeunesse (ce qui est plus choquant, d’ailleurs), délicatesse, fragilité, plus que d’une extrême maigreur.

La controverse aujourd’hui revient sans cesse sur l’influence négative qu’auraient média et images publicitaires, à cause d’un trop grand décalage avec la réalité. Simple. Croyez-vous qu’une industrie qui dépense des fortunes pour vendre un produit se risquerait à rebuter le moindre consommateur potentiel ? La publicité est là pour nous faire rêver, pas pour décrire la réalité, et ne fait que donner au public ce qu’il réclame. Ce qui soulève la sempiternelle question des retouches. A ce propos, suite au scandale lié à cette publicité H&M, qui montre une tête de mannequin ultra retouchée collée à un corps totalement modélisé, la ministre suédoise des Sports et de la Culture s’est carrément énervée contre les marques qui font la promotion de la «beauté déformée». Oui, et lorsque René Gruau dessinait des lèvres écarlates perchées sur un cou de girafe, c’était la réalité peut-être ?

2012-LA RÉALITÉ AUGMENTÉE SELON H&M/1949-LA RÉALITÉ AUGMENTÉE SELON GRUAU
H-M-mannequins-virtuels

À mon humble avis, H&M a utilisé les modèles virtuels pour économiser du budget, pas pour montrer un corps idéal… Le résultat n’est pas très très joli.

Tiens, au passage, les publicités ou séries de mode mettant en scène des mannequins grandes tailles SONT AUTANT RETOUCHÉES QUE LES AUTRES.

Pendant ce temps, l’industrie agro-alimentaire se gave. Pour la presse ou les blogs, il est plus facile de crucifier Kate Moss et Karl Lagerfeld que d’aller voir le fond du problème. Pendant qu’on papote sur les Photoshop disasters, qu’on fait évoluer les normes de tailles de vêtements -un jour on nagera toutes dans du 36-, on n’informe personne sur les dangers d’une alimentation qui génère certes des profits colossaux, mais qui est la source de déséquilibres nutritionnels encore plus énormes. Bref, on laisse bien tranquilles les multinationales de l’agro-alimentaire.

Fact : la part du budget des ménages dédiée à l’alimentation diminue. On trouve ça normal de payer moins qu’une bouchée de pain pour un repas entier, il y a une dépréciation de la valeur de la nourriture, en même temps qu’une dépréciation de la valeur qu’on lui accorde, et une perte de qualité. Parce que c’est périssable, on trouve toujours que c’est trop cher.

En même temps le nombre d’exploitations agricoles en France diminue, et leurs revenus deviennent ridicules. Je ne fais pas une révélation en parlant de la baisse des marges et des profits supportée par les petites exploitations, au profit des groupes de grande distribution.

Notre alimentation, même au restaurant, est de moins en moins « home made ». Les « restaurateurs » commandent leurs desserts ou accompagnements à la pelle, et personne ne s’en plaint. Les plats préparés font fureur, une amie Italienne m’a dit qu’elle avait déjà vu des œufs au plat cuits surgelés, je n’en ai pas retrouvé la trace, mais ce serait quand même un truc dingue.

Et notre attitude face à la nourriture s’en ressent. Nous ne voulons plus consacrer ni temps ni argent, à une activité dont la valeur se déprécie. Cuisiner un bon dîner, quelle perte de temps… J’ai entendu plein de fois « si je n’achetais pas de plats préparés je n’aurais plus de temps pour mes enfants ». Mais putain c’est exactement dans la cuisine, et à table qu’on doit passer du temps avec ses enfants, transmettre cette culture millénaire qui nous apporte la vie ! Le goût pour les bonnes choses aussi bien que le goût pour les belles choses ! Parce que la nourriture, c’est de l’AMOUR !

J’entends dire que le bio coûte cher. Bullshit ! On ne consomme pas les mêmes produits en bio. Encore une fois, question d’information et éducation.

Et on ne se rend plus compte de ce qui est « sain » ou non,  j’ai entendu récemment : « hier soir j’ai mangé sain, des épinards surgelés en sachet plastique réchauffés au micro-ondes ».

Notre choix s’est réduit à : culpabilité ou frustration ? L’alimentation industrielle ne répond pas du tout aux besoins de notre organisme. On a pris l’habitude de compter en AJR (quelle invention conne) des vitamines, glucides, lipides, minéraux, calories. Tout en oubliant que nous avons besoin d’ingurgiter des enzymes, des micro-organismes, et j’en passe, que vous ne trouverez JAMAIS dans un sachet plastique surgelé.

Pour remédier à ça, nous avons la solution régime. La plus horrible des frustrations. On compte à la calorie près, il faut souffrir pour être belle, et dès l’adolescence s’il vous plait. Avec un budget de quelques milliards d’Euros pour cette nouvelle industrie, qui comble alors son propre vide, à coup de produits ultra raffinés, suremballés, dénués de toute qualité gustative et PAS DU TOUT ADAPTÉS à long terme.

Notre corps est complètement à l’ouest. L’alimentation a évolué en moins de temps qu’il faut à nos organismes pour s’y acclimater. Notre système digestif devient paresseux, nous perdons nos instincts, nous utilisons moins nos sens pour choisir ce qui est bon pour nous, nos goûts sont tout autant uniformisés que les choix qui nous sont proposés. Notre faculté de goûter est anesthésiée par des exhausteurs à gros sabots, des produits ultra raffinés, une overdose de sel, et de sucre, aliment très addictif. Nous savons encore -à peu près- discerner la faim, ou la soif, mais pour le reste nos instincts sont désorientés.

On nous impose des conseils débiles pour maigrir le plus rapidement possible, nous essayons de plier notre corps à notre volonté. Mais NOTRE CORPS N’EST PAS UNE MACHINE, on ne peut pas lui infliger ces supplices, il ne peut pas tenir le choc de suralimentation en désalimentation brutales, quelle violence !

Les conséquences en matière d’environnement sont directes, mais nous n’en avons pas conscience. Voici un petit exemple : depuis 1999 la société Coca Cola exploite les ressources en eau de l’Inde et cette histoire n’est en fait pas terminée. Attention ça risque de vous couper l’appétit.

Ceci est une goutte d’eau dans la mer des scandales écologiques. Il y a aussi les souffrances infligées aux animaux, les millions de tonnes de plastique, enfin je ne vais pas tout énumérer ici, ce serait long et vous mettrait le moral par terre.

Retrouver une alimentation « normale » est complexe, mais possible. Oui, bien manger nécessite une dose de réflexion conséquente et même une désintoxication. C’est sans doute pour cela que les riches sont plus minces que les pauvres dans les sociétés occidentales. Moins pour une raison de pouvoir d’achat que d’éducation et information.

Manger sain ça s’apprend, et le plus tôt est le mieux (on va dire à la naissance). On peut apprendre (réapprendre) les goûts subtils, prendre un plaisir immense à se rassasier, sans jamais penser à son poids. Simplement en mangeant des choses délicieuses et fraîches, nous contentons non seulement nos estomacs, mais aussi nos sens. Nous nous emplissons d’ingrédients tout cons, accessibles, mais extrêmement nutritifs. Nous pouvons reconnecter notre corps et notre esprit, nos sens.

Comment manger « sain » ? C’est plus facile de l’écrire que de le faire, mais je vous assure c’est possible sans changer radicalement de vie. On peut commencer par virer le budget/temps passé dans les crèmes amincissantes et les compléments dégueulasses, puis s’informer un peu. Le sujet « food&drink » est souvent abordé sur ce blog, suivez le lien vous trouverez des conseils, mais globalement, il s’agit de consommer, dans la mesure du possible : végétal, local, frais, biologique, non procédé, de saison, non soumis à des températures extrêmes (surgelé+micro-ondes= au secours). Sans avoir peur des écarts ou de faire de temps en temps de gros excès. Parce que les excès, quand même, on aime bien.

En conclusion, je voudrais dire que, bien sûr, on n’a pas le droit de discriminer les personnes sur leur physique, qu’elles soient grosses ou maigres.
Mais on n’a pas le droit, non plus, de vulgariser le surpoids, on n’a pas le droit de dire que c’est normal d’être gros. Mal manger est dangereux pour la santé et pour la planète, ça ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les études scientifiques objectives. Mal manger peut entrainer des conséquences graves sur des populations défavorisées. Mal manger n’est pas qu’une question d’idéal de beauté, il s’agit d’un problème éthique extrêmement important. Les consommateurs ne sont pas que des victimes, personne ne les force et ils sont responsables de ce qu’ils achètent.

Et en bonus, pour se remettre de ce looooong post bien déprimant, voici « Léda et le Cygne », tableau de François Boucher (1740, date à laquelle les bonnasses étaient grosses, donc), dans lequel Leda taille du 42 au niveau des fesses, et au maximum du 34 au niveau des chevilles. Beauté idéalisée, fantasmée, totalement irréelle, et érotisme à son paroxysme. En vrai cette femme ne pourrait pas exister, en vrai nous ne faisons pas l’amour avec des animaux, ce qui ne nous empêche pas de trouver le tableau magnifique.

D’ailleurs, à propos d’érotisme… mal manger, c’est pas terrible pour le sexe.  Alors, be yourself, eat good old food, make love and be happy. Le reste, on s’en fout.

leda_et-le-cygne-francois-boucher_1740

12 mars 2012

POSSIBLE – IN MEMORIAM FUKUSHIMA par ISABELLE

This beautiful film speaks by itself and I won’t add much. I just have the feeling that Nature, although it can sometimes be a threat to human lives, is the only source of life. It brings us our everyday good food, wine and water. We should never forget to respect it, as we respect our dearest friends.
It is possible to go for a green future, WITHOUT NUCLEAR POWER, and I can’t help but being hopeful.
Warm thoughts to our Japanese friends.

www.love-pof.com

25 février 2012

PETA / BOYFRIEND WENT VEGAN par ISABELLE

Cette vidéo a été considérée choquante par des associations « féministes ». Alors moi je dis :
1/ elles n’aiment pas le sexe 2/ elles n’ont pas d’humour. Et pourtant Dieu sait si je suis féministe… Du coup, c’est la version Culture Pub que vous voyez ci-dessous, car la version Youtube de Peta est maintenant passée en mode sécurisé.

Cette opération exprime l’essentiel : manger végétal est meilleur pour la santé, et donc pour les performances sexuelles. Le sexe étant le plus grand plaisir que puisse nous procurer notre corps, cet argument est infaillible, y compris pour ceux qui s’en foutent de niquer la planète.

Les « green » savent que manger végétal est également 10 fois moins impactant d’un point de vue écologique. Dix fois moins, vous vous rendez compte, c’est dingue, ce chiffre, non ??  Et moins cruel. Vous pouvez voir ici Sir Paul Mc Cartney expliquer pourquoi manger de la viande est horrible -âmes sensibles s’abstenir-.

Même les gens qui raffolent de la viande peuvent être touchés par cette campagne.
Pour ma part je suis plus nuancée : si vous adorez un bon steak, surtout ne passez pas 100% végétarien ! Diminuez juste progressivement la quantité, et surtout 1/ prenez vraiment plaisir à manger votre plus rare barbaque, 2/ observez les changements sur votre vie sexuelle (je vous jure, ça marche, si si c’est vrai).

Surtout que le sexe, plus on en fait, plus c’est écolo. Voilà. Bon appétit, et « enjoy ».

2 novembre 2011

FOREVER NUCLEAR POWER? par ISABELLE

This video makes all of us want to cry, and yet, there is no sign of change in government policies. We all know nuke power is highly dangerous, yet new plants are still being built all over the world.

A long time ago, we believed radioactivity was revolutionary and absolutely safe. We used to manipulate radium as in the image below. We are now aware that radioactivity is harmful not only for our environment but also for those who are exposed. It is not just another common electric power process. It has to be handled with care, or not handled at all.
desintegration-du-radium-photo-vianney

But it is not. Many accidents have occured. And we are exposed. Take a quick look at this map displaying existing nuclear plants. Isn’t that enough? Scary, huh.

world_map-nuclear plants

Nuke power is not the sunshine of our lives. Unlike natural disasters, nuclear minor or major accidents can be avoided. Take action! Think how simple it is to save energy at home and at work. And if you believe this is not enough, you also can support organisations that fight everyday for a brighter future. Greenpeace, and the WWF are doing a great job, and need your financial support. So, stop complaining and DO IT, DO IT, GO!

Photo credits : Vintage transparent plate for projections in french physics class pictured by talented Vianney. Map via mapcruzin.com.

31 octobre 2011

TOP TEN DES UPCYCLINGS LES PLUS TRASH par ISABELLE

L’upcycling, c’est transformer un déchet en truc utile.
C’est écolo parce que non seulement on diminue les déchets à traiter, mais on diminue également la pollution générée par la fabrication, matières premières et transports des trucs neufs que nous, braves matérialistes que nous aimons être, ne manquons pas de nous procurer.
C’est beau et très créatif quand c’est traité comme ça. Sinon, en ce moment, il y a une activité « do it youRself » avec Régis, le roi de l’upcycling, dans le cadre de l’exposition « Green Attitude » au Centre Pompidou. Vraiment bien !

Mais attention aux faux-pas, qui peuvent être… un peu comme si on vivait dans une poubelle ?  Voici ce que j’ai trouvé de plus trash, et qui m’a fait sourire, sur la toile. Je ne dénonce personne avec des crédits ou des liens, sinon ce serait vraiment langue de pute comme post.

Les 10 gagnants des objets upcyclés les plus trash :

1/ La lampe en bouteilles en plastique
01A7010F03598480-photo-visuelpet

2/Le pied de table en magazines
30295_1_468

3/ La robe en vinyles
upcycled-fashion-museum-trend

4/ La sneaker Nike en circuits électroniques
20110603032411_UPCYCLED_LEFT9_R_1

5/ Le stiletto devenu pot
upcycled-stiletto-planters-6_NN5Xn_24429

6/ Les sièges en poubelles
Garbarage_longtonchairs

7/ Les BO en canettes de bière
trashedearrings-1

8/ Les porte-clefs en couverts
tumblr_lhhk8uEfg71qhvp8bo1_400

9/ Les fleurs en papier
PH_38

10/ Palme d’or : le boxer en circuits informatiques.
circuit-board-boxers