Archive pour la catégorie ‘ETHIQUE’

30 septembre 2011

JANE GOODALL, STYLISH QUEEN OF NATURE CONSERVATION. par ISABELLE

As you might know Jane Goodall is the woman who faught for the life of thousands of chimpanzees, before anyone else. She has been talked about recently during the « Jane Goodall Live » , a film tour accross the USA.

This post is a tribute to her work, of course, but also to her style and beauty. She’s been an important figure and influencer, for me, ever since I was a little girl watching animal documentaries on TV. She once again prooves that you can be an activist and still be feminine and keep a great style… Which is probably true the other way round : you won’t loose anything when becoming a nature defender. Like Jane, don’t be afraid, go green, go !

I love these pictures, they’re just amazing.

jane_goodall_

youg-jane_goodall-and-dog

jane_goodall_institute

Jane_Goodall

jane-goodall-1

jane-goodall-615

Image5

Here is a timelapse video also infuenced by her commitment to nature.

A Timelapse Journey with Nature – Jane Goodall Version from Henry Jun Wah Lee

Check janegoodalllive.com for more info and tour dates.

21 juin 2011

SHOULD WE FORGET FUKUSHIMA ? par ISABELLE

This blog is about showing optimistic ways of going green, which is actually quite easy. There isn’t enough time or space to mention all of the positive things happening in France and all over the world.

However, there is one subject I don’t feel very optimistic about : nuclear power. For many reasons –among them the fact that the Fukushima disaster happened on my very birthday– I feel TREMENDOUSLY sad and concerned when I think about it. This post is not about proving nuclear energy is unsafe or not ecological. Plenty of articles show the obvious : it is the most serious security hazard, a source of global pollution and it is not even cheaper in the long run.

One of my favorite quotations is : « Do not complain. Either act, or forget ». I’m not the kind of person to demonstrate in the streets, but I still don’t want to abandon the idea that maybe, one day, our governments will be more responsible. I’m gonna stop complaining, and I’m gonna take some action : sign this and that, subscribe to this, and I will also donate a little bit of money here, and there. And I will turn my computer off when I’m done.

French people, wake up. We are the nation with the highest concentration of nuclear plants in the world; it represents a big part of our economy. But this is fragile (do I have to mention Fukushima, again ?) and not sustainable. Go for green energies. Your electricity bill won’t be that much more, and you and your children, and the offspring of your offspring will be safer, for thousands of years. Take care of YOU, for godsake !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ce blog veut montrer une vision optimiste de l’avenir green, et il se trouve que nous manquons de temps et d’espace pour mentionner tout ce qui se passe en France et dans le monde. Tant mieux !

Cependant j’ai personnellement du mal à être optimiste concernant un domaine : le nucléaire. Est-ce parce que la catastrophe de FUKUSHIMA est arrivée le jour de mon anniversaire ? Triste journée… Je me sens d’autant plus concernée.

Je ne vais pas prouver, avec ce post, que l’énergie nucléaire est polluante, extrêmement dangereuse, et même pas moins chère à long terme. Il y a déjà pléthore d’articles sur le sujet. Une de mes citations favorites est « Ne te plains pas. Agis, ou oublie ». Mais j’ai un peu de mal avec le concept de manifestation dans la rue. Ok, je peux quand même agir. Je vais aller signer ici et , souscrire à ça, et je vais aussi donner un petit peu d’argent ici, et . Et je vais éteindre mon ordinateur au lieu de le laisser en veille.

Chers Frenchies, réveillez-vous, bordel. Nous sommes le territoire avec une des plus grandes concentrations de centrales. Cela représente une bonne part de notre économie, soit, mais c’est tellement fragile… Dois-je mentionner une nouvelle fois l’exemple de Fukushima, son coût humain, et même la chute libre de l’action Tepco ? La vie a une valeur immatérielle et immense, ce n’est pas une facture d’électricité un PEU plus importante qui va me contredire. Je VEUX soutenir les énergies renouvelables, et c’est une pensée égoïste. Pour MOI, pour ceux que j’aime, pour mes enfants, leurs enfants, et leurs descendants, pour les milliers d’années à venir. Allez, allez sur les liens, et signez, donnez ! Prenez soin de VOUS !

radioactivity_l

image © www.unknownhipster.com

19 mars 2011

NO MORE NUKE PLEASE par ISABELLE

Je pensais recommencer à poster sur ce pauvre blog délaissé avec un sujet très détendu, puis cet accident est arrivé. J’ai presque envie de m’excuser pour ce post qui ne sourit pas du tout. Pas très envie de me forcer, là…

J’ai toujours été intriguée par la proportion de mes amis ayant une opinion favorable au nucléaire. On me prend souvent pour une folle lorsque je parle de risques immenses, de lobbies et de non transparence des informations. Il faut dire que la France gagne beaucoup d’argent avec cette industrie, et en retire beaucoup de fierté. Ce qui est extrêmement positif, tant que ce n’est ni dangereux ni « unfair »…

Et donc, lorsque je parlais de risque, on me répondait que ma crainte était ridicule, parce que tout est extrêmement contrôlé. Et on me disait aussi que le nucléaire est super écolo, puisque ça ne rejette pas de CO2.
Tout était bien contrôlé au Japon aussi. Je dirais même que l’industrie Japonaise, d’une façon générale, est beaucoup plus performante et sûre que l’industrie française. Je suis également persuadée qu’un employé Nippon est, d’une façon générale, beaucoup plus zélé et fiable qu’un employé français.
Le Japon sait très bien se prémunir des catastrophes naturelles, c’est un pays ultra-organisé et ultra prévoyant qui a les moyens financiers de se protéger. Comparez le nombre de victimes du tremblement de Sendaï avec celui de Haïti, si vous n’êtes pas convaincu.

En France, tout est contrôlé, donc. OFFICIELLEMENT. En effet, les informations concernant les degrés de pollution des centrales sont classées secret défense. C’est pour qu’en cas de guerre l’ennemi n’ait pas l’idée de viser une centrale. On ne sait jamais.
En revanche, donner des informations sur les risques liés à d’éventuels accidents, ça ne sert à rien…
Il y a quand même quelques fuites dans les circuits de la presse. Elles sont parfois exagérément alarmistes, d’accord, mais je crois qu’on peut se fier à certains journalistes.

C’est très facile, maintenant de faire du « je vous avais prévenus ». C’est même limite ridicule, hein. Et je sais bien que tout le monde est persuadé d’avoir raison. Chacun son opinion, je la respecte. Sauf que là, on a frôlé une nouvelle catastrophe mondiale. Posez un Fukushima à Fessenheim, et ce n’est pas en pleine mer qu’iront les radiations.

Je m’adresse à mes amis non-écolos (presque tous mes amis, donc). Vous n’étiez pas convaincus, vous le serez peut-être après Fukushima. Si vous pensez que prier ne sert à rien, vous pouvez faire 2 choses : 1/ économiser l’énergie, chez vous et au travail. C’est tellement facile, d’éteindre la lumière ou son ordinateur, de baisser son chauffage, de mettre des ampoules basse tension… Pour le « Earth Hour » vous pourrez même dîner aux chandelles. 2/ changer de fournisseur d’énergie. Allez voir Enercoop. S’ils ne sont pas très glam -oui il faut vraiment aimer le jaune, mais entre ça, et la boum à Palavas les Flots, je ne sais pas qui a le plus mauvais goût-, c’est parce qu’ils préfèrent investir dans le long terme que dans une communication « sexy ». Ca vous coûtera 10€ de plus par mois environ.

Et ça ne diminuera malheureusement pas la douleur du peuple Japonais. Mais c’est juste une autre façon de voir le futur : notre impuissance face aux forces de la nature est bien réelle. En revanche, en tant que consommateurs capitalistes et fiers de l’être, nous sommes SUPER PUISSANTS.

Comme tout le monde, je pense que j’ai plus raison que les autres. Sauf que là, le risque est énorme. No more Nuke. Please.

Images : je ne sais pas si le génial Stefan Sagmeister est pro nuke, mais j’adore ses affirmations.

17 février 2011

YOU DON’T HAVE TO BE A SUPER HERO TO SAVE THE PLANET par thibaut

11 janvier 2011

IS IT A CRIME TO WEAR FUR ? par ISABELLE

Cet hiver, à vue d’oeil, environ 50% des parisiens portent de la fourrure. Du total look furry animal au mini col de parka, ça commence à faire un certain volume de poils au mètre carré.

La fourrure et le cuir, matières NATURELLES que j’adore, sont issus de l’élevage, curieusement absent du protocole de Kyoto alors qu’il représente 18% des émissions de gaz à effet de serre… Le cuir provient essentiellement d’animaux qui ont été mangés par leurs prédateurs (= nous). On peut considérer qu’il sera jeté si non utilisé. La fourrure, elle, provient presque uniquement d’animaux qui ne seront pas mangés (je me demande ce qu’on fait de leurs carcasses, tiens… beurk).

Certaines marques comme Stella Mc Cartney s’opposent à toute utilisation de matières animales, tout en prônant le végétarisme. D’accord, mais porter des chaussures en plastique à 450€, c’est un peu comme si Pierre Gagnaire vous servait du chewing gum, non ? Et pas forcément justifiable écologiquement : matières synthétiques = pétrole, remember ?

Et puis la fausse fourrure, excusez-moi, mais c’est vraiment trop moche. Pour ma part j’ai fait le choix de porter de la vraie, en version vintage. Non coupable ! J’ai eu la chance de tomber sur des pièces très belles et parfaitement conservées (et qui ne puent pas, je tiens à signaler) (oui, c’est très sexy la fourrure, mais ça fait quand même bizarre de se dire qu’on porte la peau d’un animal qui est mort il y a longtemps). J’ai parfois un peu peur de tomber sur des extrémistes qui pourraient m’assassiner au nom de la défense des animaux, mais je crois que je pourrai leur fournir à temps un argumentaire convaincant.

Car si je fais partie des cruels carnivores, c’est en quantité mini : le régime hamburger/steak tartare matin-midi-soir, ce n’est pas pour moi. Et comme pour la viande, le rapport plaisir/impact me semble suffisant avec la fourrure vintage.

Sur la photo, c’est du loup. Ou du renard, peut-être ? En tout cas c’est chaud et doux, mmmm.

Sinon, avec de la fourrure de chien, on peut faire ça. C’est sûr, ça donne envie de devenir végétarien pendant au moins 3 ans.

irg-fur-vintage-save-the-planet

11 octobre 2010

JUNK GRAPHICS / FASHION / INDUSTRY par ISABELLE

L’ex nouveau logo de The GAP était-il une plaisanterie, ou la preuve que la mode est définitivement un produit industriel ?

new-gap-logo-nouveau-gap

Où sont passés le glamour, le savoir-faire, l’unique, le beau, le rêve, le plaisir ?

La mode, -TOUT sauf futile-, est un vecteur essentiel pour comprendre une société. On peut constater que nos amis de GAP ont voulu associer ouvertement mauvais design -et là ce n’est plus une affaire de goût, que celui ou celle qui aime ce logo se dénonce- et junk fashion. Ce logo illustrait à merveille les processus de fabrication rapides, efficaces… et polluants.

Devant le flots de commentaires négatifs, changement d’avis : « Gap Listens to customers and will keep classic blue box logo ». Quand je dis qu’en tant que consommateur on a un pouvoir énorme…

On l’a échappée belle pour le logo, mais le jour où les grandes chaînes changeront leurs pratiques de production, les poules ne pourront plus avaler leur salive.

Visiblement le secteur du graphisme n’est pas très en forme aux Etats Unis, avec pour démonstration cette vidéo du designer Aaron Draplin intitulée « America Is F*cked……. (Graphically at least) ». J’aime bien (évidemment) quand il dit « how can you just pollute America », et je pense que la production graphique de masse illustre parfaitement l’état de l’industrie, aux USA et PARTOUT AILLEURS : almost F*cked…

Dans le meilleur des mondes, tout serait beau, gentil, propre et sans danger. On peut rêver, et on peut aussi éventuellement, tout en restant réaliste et sans retourner en 1060, avoir envie d’associer BEAU et ETHIQUE. Visiblement, pour le beau -au minimum le pas trop moche-, il y a une lueur d’espoir. Mais pour l’éthique, y’a du boulot. Réveillez-vous, bordel !


8 octobre 2010

THE YOUNG GIRL AND THE SEA par ISABELLE

She could be the heroin of a Hemingway novel. Beautiful Barbara Veiga has actually been a nature defender since her childhood in Brazil. She now travels all around the world to take pictures of eco activists like those on board of the Sea Shepherd. She’s quite an adventurer, facing risky situations, while approaching huge mammals in antarctic or taking part to the fights against Whalers. Thrilling.

But when she speaks about these expeditions the light in her eyes makes you want to pack and join the trip right away, believe me !

Here’s a selection of her beautiful pictures. You probably will be able to recorgnise Paul Watson, one of the founders of GreenPeace. You also might recorgnise Paul Watson in this fabulous episode of South Park entitled « Whale Whores » -this is the french version, I couldn’t connect to the american version-. It’s still hilarious.

Barabara liked the video as well, she speaks french -besides portuguese, spanish and english-, by the way. What a girl.

Wildlife is in danger, let’s protect it and spread the information. Whales, dolphins, turtles need our help, and these « lopettes végétariennes incompétentes » from the Sea Shepherd need our support !

Click here to see more of Barbara’s pictures on her flick’r.

Barbara Veiga_photographing Antarctica

Antarctica_Barbara Veiga_2010

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-0622

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-0026

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-2677

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-2928

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-3481

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-7042

2009_2010_BARBARA VEIGA_ANTARCTICA_SEA SHEPHERD_OPERATION WALTZING MATILDA-9531

100617_Barbara Veiga_Crew during Meeting before the Action-1418

100617_Barbara Veiga_Fisher Mans on the Tuna Farm_1927

100614_Barbara Veiga_Turtle Rescue-16-

3 octobre 2010

WATER AND OIL par ISABELLE

Water & Oil by Steven Meisel / Kristen McMenamy / Vogue Italy / September 2010 issue

water_and_oil_steven-maisel1

water_and_oil_steven-maisel_5

water_and_oil_steven-maisel3

water_and_oil_steven-maisel_6

water_and_oil_steven-maisel_8

water_and_oil_steven-maisel_11

24 septembre 2010

JE PEUX PAS SAQUER LES ECOLOS par thibaut

Il m’arrive parfois de jeter un mégot dans la rue, ok. Est ce une raison pour me trasher autant que vous le faites? Des types ont bien déversé des litres de goudron au dessous de cette malheureuse clope sans que cela ait donné la moindre impression de vous émouvoir. Vous, vous devez sûrement être un écolo.

Mais qu’est ce qu’un écolo ? Avant tout, c’est le gentil. Un justicier des temps modernes surgissant au travers des brumes de beau temps. Dans le genre Robin du Bronx. En Shetland bleu et leggings verts il distribue, sur un parking de supermarché, des milliers de tracts pour sauver les forêts. Il pique, de temps en temps, des tomates bio et de l’eau de source en bouteille pour les distribuer aux enfants pauvres du quartier. Il a une moto électrique. Une bête véloce dans les descentes et par vent arrière. Il la recharge grâce à la centrale nucléaire du coin mais il se doute de rien. Il est confiant. Enfin si on oublie le fait qu’il est très vite lourd en soirée, il faut reconnaitre que l’écolo est un chic type.

Très peu ont été recensés avant les années 70. Il paraitrait même qu’avant il n’y en avait pas. L’humanité était alors composée d’affreux barbares. Des sadiques qui prenaient leur pied à polluer des sources d’eau potables et à buter des bébés phoques. Les bâ-tards.

angry-hobo

Avant le bio n’existait pas, on se nourrissait exclusivement de plastique. Il aura fallu attendre quelques catastrophes naturelles, pas vraiment bio, pour découvrir les vertus de la nature et cela en même temps que le disco. Ce fut un choc terrible pour le monde moderne, le jour où un petit groupe de chercheurs avant-gardistes faisait la découverte que les fruits et légumes naturels étaient bel et bien comestibles.

La nature était devenue notre amie et non plus cette sauvageonne hostile qui daube sévère. On vit, dès lors, fleurir des moyens de transports verts, des labels verts, des produits verts, des économies vertes, des partis politiques verts, des chartes constitutionnelle vertes. Le problème c’est que le vert ne recouvrait pas les taches d’huile.

Chacun fit l’effort, alors, de consommer quatre fois plus pour des produits qui polluaient deux fois moins. Tout le monde prenait bien garde à entretenir son jardin mais bizarrement, rien ne rentra dans l’ordre. La panique. Les Etats discutaient des victimes, les O.N.G. comptaient les victimes, les experts scientifiques prédisaient des victimes et les entreprises exploitaient les rares survivants. Bref, comme le disait certain leader green, l’avenir était dans le passé.

Mais ce fut sans compter sur l’apparition, en 2010, du blog Smile and Save the Planet. En effet, ce site découvrit, dans le courant du mois d’octobre 2017, une solution simple, efficace et pas chère. Alors arrêtez de me saouler avec vos discours culpabilisants, ca me donne qu’une envie. C’est de me rallumer une clope. T’as du feu?

11 mai 2010

ESPECE DE BIO GOSSES ! par CECILE

Certains sont tombés dans la marmite écolo quand ils étaient petits, heureux rejetons (ou pas) de happy soixante-huitards. D’autres se découvrent une âme certifiée et un engagement sans faille à la naissance de leur génération future.

Petits pots labellisés, layette bio, puériculture en guerre contre les bysphénols, jeux d’éveil éco-conçus… Les jeunes parents deviennent plus incollables que le premier des militants à banderolles !

magasin

Si le net regorge de références équitables et écolos pour la maman et son bébé, chez Smile on aime et on croit en un développement durable de proximité ; et on plébiscite la très jolie et nouvelle boutique « Les Bio Gosses » qui a posé ses valises plein de beaux produits dans le quartier de Notre Dame de Lorette à Paris.

Côté conseils avisés, on aime aussi l’enthousiasme et la sincérité des fondateurs Zoher et Houria, le frère et la sœur, qui ont été élevés dans une famille de 10 enfants.

Le design de cet espace chaleureux et ludique a été confié au studio franco- anglais Artworklove et le résultat est très réussi ; les mamans apprécieront tout particulièrement le corner détente, son chauffe-biberons et ses coussins moelleux.

devanture

On en viendrait presque à regretter que la sélection s’arrête au 12 ans ou de ne plus avoir à déposer de liste de naissance !

Allez-y de notre part (même le dimanche), pour vos graines d’écolos, rien n’est trop bio !

Boutique Les Bio Gosses
4 rue Notre-Dame de Lorette
75009 Paris

Horaires :
- du mardi au  samedi de 10h à 19h30
- le dimanche de 10h à 14h30/ fermeture le lundi // T : +33(0) 1 48 78 09 91 

inner

26 avril 2010

CHOC, REVELATION… OU EVIDENCE? par CELINA

Ca y est, je suis enfin allée voir le dernier film de Coline Serreau, « Solutions locales pour un désordre global » (http://www.solutionslocales-lefilm.com/). « Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. » nous dit Coline Serreau.

Trois années ont été nécessaires pour interviewer des acteurs du monde entier : Pierre Rabhi, Claude et Lydia Bourguignon, des paysans du Mouvement Sans Terre au Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets, ex-dirigeant d’un kolkhoze en Ukraine… ils résistent à tout ce que la « Révolution (dite) Verte » à entraîné, car ils aiment leur terre, car ils ont compris que c’est en la protégeant que l’Homme pourra continuer à vivre de ce qu’elle lui apporte.

Cette révolution est apparue après la seconde guerre mondiale. L’objectif était de reconstruire, de nourrir. Alors l’agriculture est devenue beaucoup plus intensive. La course à la productivité a été depuis la meilleure raison trouvée pour augmenter le nombre de traitements, « améliorer » les semences, et multiplier les machines utilisées. Ce fut effectivement une révolution dans la pratique, mais le terme de « verte » est ambigu. Ce mot aujourd’hui associé au respect de l’environnement a en fait nommé exactement l’inverse : le résultat est assez accablant au niveau mondial : des terres qui ne produisent que parce qu’elles sont boostées en engrais, qui sont imprégnées de produits chimiques, et donc considérées comme mortes, car peu de vie y demeure encore…

On découvre des pratiques agriculturales qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne. Paradoxalement, on pense que ce sont de nouveaux systèmes de production agricole, mais il s’agit le plus souvent de l’équilibre trouvé entre l’Homme et la Terre, de bon sens, et de bonnes habitudes héritées de nos grand-mères. De nos grand-mères… car si les hommes ont pris en main la « Révolution (dite) Verte » de l’agriculture et de l’élevage, ce sont bien les femmes qui ont souvent été les innovatrices et les garantes de l’héritage cultural. Et ce sont des hommes qui le disent (aussi)! Tout le monde s’accorde d’ailleurs à dire que la terre est bien un élément féminin.

De nombreuses informations qu’il faut connaître pour mieux comprendre notre monde actuel, des actions que nous pouvons faire à tous les niveaux (voir le site du film), des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée : c’est tout cela que l’on retrouve dans « Solutions locales pour un désordre global ». Et puis une très belle fin sur laquelle se clôt le documentaire : les sourires de tous les participants. Smile ! and save the planet…

25 mars 2010

PARTY, & PLANT A FOREST ! par ISABELLE

Très drôle, ce BINGO animé par une Ericka Keller en grande forme.

La recette du jeu sera entièrement reversée à Planète Urgence qui plantera de notre part rien moins que 460 arbres dans une mangrove en Indonésie !

Ravies de leurs présents, les chanceuses gagnantes ont découvert les Jeans NU, les cosmétiques DOUX ME, le charbon SORT OF COAL, les crèmes ABSOLUTION, les tee-shirts MISERICORDIA, le tout emballé dans les très à propos sacs BAROCKINES.

Puis le photogénique « ecologist bowl » (à suivre), les cakes bio de chez CocoCook trop bons, les cocktails BLITZ délicieux, les oreilles emplies des goodvibes de Cherry Bibi, Polocorp et Jane… quel joyeux mélange.

Green rocks !

25274_413950895609_575370609_5675883_7426974_n

ERICKA-KELLER-BINGO-AT-THE-BLITZ

25274_413951060609_575370609_5675909_7487944_n

les-grandes-gagnantes-du-jeu

smile-and-save-the-planet-at-the-blitz

cherry-bibi-polocorp-at-the-blits-smile-party

25274_413951105609_575370609_5675917_6219979_n

green-girls-and-florian-at-the-blitz-smile-party

Photos par Thibaut

14 février 2010

HAPPY CHINESE NEW YEAR par ISABELLE

Aujourd’hui la Chine compte 24 automobiles pour 1000 habitants, contre 598 en France, et 813 aux USA.

Les Etats Unis, pour une population 5 fois moins importante que la Chine, consomment plus de 20 millions de barils de pétrole par jour, contre 6 millions en Chine. Hugo Chavez le mentionne dans le fameux discours dans lequel il cite « Si le climat était une banque, il aurait déjà été sauvé ».

Les chinois représentent 22% de la population mondiale. Seulement  7% des terres agricoles mondiales sont en Chine.

La Chine produit 56% des chaussures dans le monde, 54% des lecteurs de DVD, 28% des téléphones cellulaires, 50% des appareils photos, 30% des téléviseurs, 75% des montres et horloges, 46% des porcs et 65% des canards.

Ces produits sont exportés mais la pollution liée à leur production, elle, reste dans l’Empire du Milieu.

La ville écologique la plus vaste du monde verra bientôt le jour sur une île au Nord de Shanghai : elle se nomme Dongtan : 东滩. Plusieurs projets similaires sont en cours.

dongtan-chine-ville-ecolo-verte-

Une nouvelle loi oblige les constructions à être 50 % moins énergivores que celles de 1980. La Pearl River Tower à Canton est une parfaite illustration de ces nouveaux buildings. Elle n’a rien d’exceptionnel à première vue, mais le cabinet d’architectes qui l’a conçue la vante comme le « building le plus écologique du monde » ! http://www.som.com

A Canton, une somme d’environ 5 milliards RMB (540 millions d’Euros) est investie pour mettre en œuvre une intensive campagne de dépollution des rivières. Des résultats significatifs sont attendus d’ici les Jeux asiatiques de 2010.

La tâche est certes monumentale, mais la Chine, au moins en apparence, a pris conscience que son développement ne pourra se faire qu’en harmonie avec l’environnement. C’est peut-être l’Empire du Milieu qui va sauver la planète. Peut-être… Anyway, Happy new Year !

annee_du_tigre_chine_ecologie_smile

photo © Christophe Boulze @plainpicture

24 janvier 2010

UNE PETITE FLEUR ET C’EST LA RÉVOLUTION par ISABELLE

Je vous ai parlé des abeilles qui disparaissent massivement. Si vous avez aimé la leçon de zoologie, voici maintenant une petite leçon de botanique.

L’amarante est une plante originaire d’Amérique du Sud que les Incas consommaient comme une céréale, avant l’arrivée des conquistadores espagnols. Ses caractéristiques sont pour le moins originales : des qualités nutritionnelles étonnantes avec du fer, des acides aminés, de la vitamine A et C, des minéraux, une teneur en protéines plus élevée que celle du soja, une grande résistance, et un humour dévastateur… une vraie justicière des champs cultivés.

Amarante-biologique-resistante-ogm

Contre quoi s’est-elle liguée, cette petite amarante ? Contre les Organismes Génétiquement Modifiés. La firme Monsanto fait d’une pierre deux coups en commercialisant des céréales OGM résistantes aux herbicides, ainsi que les herbicides eux-mêmes. Excellente stratégie commerciale. Ces produits sont cependant très controversés : prononcez  « OGM » ou même le nom « Round’Up », la fameuse marque de désherbant, et vous ne ferez pas frémir que les puristes bio.

Un petit grain de sable est venu coincer les rouages de la puissante firme… En 2004, dans l’état de Géorgie, l’amarante, considérée comme une mauvaise herbe, est devenue aussi résistante au Round’Up que les plants OGM. On suppose que le gêne modifié des céréales s’est propagé par pollinisation : l’amarante a tout simplement adopté le gêne, devenant hybride. Une autre possibilité serait que l’amarante, très darwinienne, a évolué par sélection naturelle. Toujours est-il que cet avantage considérable lui a permis de se développer très rapidement, y compris dans les champs cultivés, jusqu’à les rendre impropres à la récolte. Une immense partie des cultures de coton et de soja a dû être abandonnée. La « superweed », comme elle a été surnommée, s’est propagée rapidement aux états de Caroline du Sud et du Nord, de l’Arkansas, du Tenessee, du Kentucky et du Missouri.

La culture massive utilisant chimie et génétique se trouve réellement menacée. L’amarante est plus forte qu’une armée de militants verts sur les dents !

Curieuse comme une jeune épousée, je me suis ruée chez Lémo pour acheter les graines de l’irréductible plante. Je les ai cuisinées à la manière du popcorn. De minuscules grains soufflés (BIO évidemment) qu’on peut utiliser comme assaisonnement. Très bon ce petit goût de revanche sur le soja transgénique, je sens même que je vais rapidement devenir accro !

amarante-soufflee-popcorn-bio

29 décembre 2009

POST XMAS VERSUS XMAS POST par CECILE

Trop tard pour un plan spécial cadeaux green et décomplexés ? Ben non  !

Trois excellentes excuses pour continuer à faire plaisir et se faire plaisir, quelques bons plans et une astuce bonne conscience.

50-cadeaux-bio_xd4

- Vous en avez reçu combien cette année des cadeaux idiots ? Visiblement pas mal si l’on en croit l’étude française de TNS réalisée pour eBay. Plus de quatre internautes sur dix ont l’intention de céder en ligne leurs cadeaux non souhaités, soit 20% de plus qu’en 2008. Et c’est déjà parti, les compteurs explosent !!! Le recyclage et le tri c’est aussi ça…. Et comme par magie, cela fait une proportion très acceptable de la population qui sait enfin séparer le bon grain de l’ivraie.

- Gâter toute l’année c’est bon pour la santé. C’est un article du Monde du 27 décembre dernier qui le dit, d’après les conclusions d’une étude du très sérieux Science : la gentillesse et son expression la plus concrète, la générosité, ont plus que jamais le vent en poupe. Ceux qui donnent à leurs amis ou aux associations seraient plus heureux, à revenu égal, que ceux qui gardent tout pour leur pomme. Une bonne résolution pour 2010 !

- Les cadeaux écolos ne se résument plus aux jouets Vilac pour les enfants et aux CD de cris d’oiseaux qui endorment votre père et font flipper votre mère. Preuves à l’appui !

Pour le geek sympa : la première souris vraiment verte, sans fil et sans pile

souris verte

Pour ceux que le bug de l’Eurostar a effrayés : le best-of de la gastronomie anglaise (si si ça existe) labellisée fair-trade.

panier-anglais_yjt

Pour un globe trotter écolo : un sac de voyage Bilum, le dernier né des modèles de  la marque sympa qui n’utilise que des bâches publicitaires et ceintures de sécurité recyclées

Bilum11[1]

Pour votre frère qui se la pète : un chapeau en vieilles bandes de cassettes audio, même pas moche !

recycled-cassette-tape-fedora-2_cwq

Pour ceux qui ont encore un PEA: le canapé « car-crash », une belle pièce fabriquée en carrosserie de voiture dans la médina de Dakar.

canape-car-crash_a8k

Tous les articles sont à retrouver chez marcel : http://www.marcelgreen.com

Et enfin, vous pouvez aussi faire un cadeau  à votre sapin !

Si vous êtes parisien, vous avez jusqu’au 24 janvier 2010 pour déposer votre arbre tout sec dans l’un des 96 points de collecte mis à disposition par la municipalité et lui offrir  une seconde vie. Il est pas mieux transformé en paillage pour les massifs de fleurs qu’endeuillant les trottoirs de la capitale ?

sapin

Pour connaître l’ensemble des points de collecte et exploser les records des années passées (15 000 sapins recyclés en 2007, près de 25 000 en 2008) rendez-vous sur le site de la mairie de Paris, rubrique « Offrez une deuxième vie à votre sapin ».

http://www.paris.fr

24 novembre 2009

DOUX CLIMAT par ISABELLE

TROP doux climat…

Le sommet de Copenhague, qui se tiendra du 7 au 18 décembre 2009, conviera les dirigeants du monde entier à se pencher sur l’avenir de notre atmosphère. Il aboutira à un accord qui remplacera le protocole de Kyoto.

Ce blog n’a pas de vocation militante, mais l’événement est suffisamment important pour figurer ici. Je suis intimement convaincue qu’il y a péril en la planète, mais même entourée de la fabuleuse équipe Smile, j’ai bien conscience que nous ne sommes qu’une petite crotte de nez perdue dans l’océan.

Il faut parfois savoir se rassembler, voici donc une invitation à visiter le site www.copenhague-2009.com. Vous pourrez signer facilement la pétition, si votre conviction vous y encourage.

Chiche.

Le message de Mélanie Laurent, Marion Cotillard, Guillaume Canet… est assez persuasif.

www.copenhague-2009.com

29 octobre 2009

PROJET NUMÉRO 2 par ISABELLE

Le paradoxe Veja. Entreprise presque totalitaire, assurément jusqu’au boutiste !

Des matériaux et des traitements 100% bio. Chaque étape, de la fabrication au transport, est assurée de façon à impacter le moins possible la nature et l’homme. Un respect très strict du droit et de la dignité des travailleurs. Pas de publicité.
Une définition austère, des critères sévères, pour des produits sérieusement réjouissants !

spma-veja-blue

Après les baskets responsables, durables, désirables, rentables, vient la suite :

projet numéro 2 ne se porte plus aux pieds, mais au bras !

Veja_ProjetNumeroDeux

Les nouveaux sacs répondent évidemment aux critères bio/écolo/beauuuuuuu.

Sneakers Veja SPMA Blue en cuir écologique et caoutchouc sauvage d’Amazonie/150€
Sac modèle Acacia – Castanho
http://www.veja-store.com/

25 octobre 2009

LE MOULIN VERT par ISABELLE

Fin octobre, c’est l’époque ! L’art contemporain est décidément au coeur de l’actualité.

La Galleria Continua organise, en même temps que la FIAC, une rencontre pique-nique pour l’ouverture de la session « Sphères 2009  » qui rassemble la sélection d’artistes de 7 galeries internationales dont Kamel Mennour, Air de Paris, et bien sûr la Galleria Continua.

Petit Flash Back : La Galleria est née en 1990 à San Gimignano, en Italie, à l’initiative de trois amis : Mario Cristiani, Lorenzo Fiaschi, Maurizio Rigillo.
Installée dans une ancienne salle de cinéma, la Galleria s’est implantée là où personne ne l’attendait, loin des grandes villes, dans un lieu chargé d’histoire.
« Continua » désigne ce désir de continuité entre les époques, ce voeu d’écrire une histoire présente sensible de la création actuelle qui nourrit le lien entre hier et demain, les individus et les géographies diverses et inaccoutumées.
Après San Gimignano, Pékin ! La Galleria Continua – Beijing s’installe dans une ancienne usine d’armement. Toujours polarisée sur le dialogue et la proximité avec le public, elle est un pont entre orient et occident avec des artistes chinois comme Chen Zen, un ami de l’équipe, et Lucy + Jorge Orta, Anish Kapoor (peut-être mon artiste préféré) qui seront exposés en Chine pour la première fois.
Le Moulin est la dernière née. Installée à une heure de Paris dans une ancienne imprimerie, au bord de la rivière Morin, la galerie, comme les autres lieux, garde les traces de son utilisation antérieure.
Les oeuvres présentées n’en sont que plus fortes, et ne se sentent surtout pas à l’étroit dans de tels espaces.

« Sphères 2009  » est un très bon cru.
J’ai été très touchée par les oeuvres de Sun Yuan & Peng Yu, un binôme d’artistes chinois,

Sun Yuan and Peng Yu

ainsi que de Camille Henrot, Carsten Höller et ses oiseaux gravés d’or, et Sudarshan Shetty dont j’avais découvert la télévision ensanglantée à la Frieze artfair.

Birds-karsten holer

Une exposition d’autant plus réjouissante que l’annonce a été faite d’un tout nouveau projet. Le Moulin s’agrandira bientôt d’un nouveau centre. Deux cent mètres plus haut, toujours au bord du Morin, existe une friche industrielle encore plus vaste, composée de bâtiments tous plus prometteurs les uns que les autres.
Il s’agit d’un projet de rénovation très ambitieux, avec non seulement une ouverture vers l’art sous toutes ses formes (vidéothèque, médiathèque, auditorium, espace pour les galeries, résidence d’artistes) mais aussi un programme d’éducation (école de musique, bibliothèque) et une volonté de se tourner vers l’environnement avec un parc public paysager, un restaurant gastronomique bio avec terrasse, et un centre d’études art-environnement.

La rivière, très polluée avant l’arrivée de la galerie, retrouve peu à peu de sa clarté. Et ce n’est que le début !

le-moulin-galleria-continua

L’art contemporain est un formidable moteur pour la société.
Plus que les acteurs de la finance, de la mode, de la politique, les artistes sont des visionnaires qui réinventent la société avec des milliers d’années lumière d’avance.
Nous autres communs des mortels sommes des suiveurs.
Le fait que des galeries privées, des associations et des organisations comme le projet COAL plusieurs fois cité, déjà, dans ce blog, déploient des projets autour de l’environnement n’est pas anodin, et nous laisse présager que le futur en vert s’annonce plus rose que prévu.

Du 24 octobre 2009 au 30 mai 2010.
www.galleriacontinua.com

22 octobre 2009

BONNET DE GRAND-MÈRE par ISABELLE

Golden Hood propose des bonnets et des snoods loiiiiiin d’être fabriqués dans des ateliers précaires du Vietnam, puisqu’ils sont tricotés… tout près de chez vous. Par des grands-mères. Une bande de Mamies bien françaises, auto-entrepreneuses qui (re) commencent une carrière avec un savoir-faire vintage acquis dans leur enfance.

Sur le site www.goldenhook.fr, il suffit de cliquer sur la forme puis les matières et les couleurs de son choix. Les possibilités étant presque infinies, on est sûr de ne pas avoir la même tête que son voisin. Le design est super beau, les matières nobles, et le petit détail qui tue c’est la signature de la marque, un brin de laine dorée sur le bord.

Quinze jours plus tard le bonnet arrive, tout est réalisé sur mesure. Unique. Et même signé !
La petite étiquette intérieure mentionne le nom de la Mamie qui l’a confectionné avec amour, et celui de son destinataire. C’est MON bonnet.

Proximité, lien social, création de richesses et d’emploi, simplicité, économies de transports. Golden Hook est une entreprise éthique.
Belle idée !

bonnet golden hook et grand mère