Archive pour la catégorie ‘FOOD & DRINK’

13 mars 2017

SYSTÈME DD par ISABELLE

Malgré l’émergence du mode de vie zéro waste, la vie sans plastique, ce n’est pas encore tout à fait possible. Un petit « truc » facile à appliquer, et qui évitera l’urtilisation des films étirables pour conserver les aliments. Ceux qu’on utilise une fois avant de jeter définitivement… Et qui ne sont pas recyclables… Certains contiennent du PVC, considération qui aurait tendance à couper tout appétit.

Bonne nouvelle, on peut éviter de l’utiliser sans trop d’acrobaties. Par exemple, un bol+une assiette en guise de couvercle s’avèrent très compétents.

Tout droit sortie du frigo, cette vaisselle est un peu plus glamour qu’une vulgaire boîte Tuppertruc ou un antique papier alu. Bref, en plus d’être écolo, c’est joli !

ZeroWasteStorage-x

13 novembre 2014

TWO GREEN DAYS IN IBIZA par HÉLÈNE

ibiza

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
two-greendays-in-Ibiza
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Alessia rizzetto

We are very happy to welcome guest contributors in this column!

Our new Happy Hippy contributor is a PR and communications expert. We met at a « Fooding » event she was organizing while in Paris. As an authentic foodista & wine lover, she turned her passion into her job and that’s what makes her smile every day. Alessia actually lives in Milan but travels and works all around the world. Whenever she can, she flies back to Ibiza, –her « Buen Retiro »– where she would love to open a « Green B&B » and produce her own biodynamic wine.

-

-

SATURDAY

If you want to live Ibiza the green way you should start by picking the right place to stay: Can Marti is an « eco-hotel » located in the North of the Island. This ancient finca whose 17 hectares include a natural swimming pool, a wide variety of plants and a vegetable garden with aromatic herbs: the perfect place to feel like you’re one with nature.

Can marti

Can-Marti-7

Once you’ve left your baggage behind, put your sneakers on and go visit Ibiza Old Town, Dalt Vila. Cross over the drawbridge and you’ll find yourself in a medieval town with cobbled streets and breathtaking views.

ibiza dalt vila

After this long walk you might get hungry, so take your hybrid car and drive to San Rafael at the Rabbit Hole, the only 100% vegan and organic shop & deli in Ibiza. Every day you can get something different, according to the seasonal products available. If you are not in a hurry go down the Rabbit Hole, and you will find a lovely juice bar where you can enjoy your time reading a book or a magazine.

Rabbit hole

Rabbit hole

Take some food to go, and head west to Cala Conta, a beautiful beach with crystal water and a cool bar up on the rocks with a DJ, Sunset Ashram playing.

cala conta

cala conta

ibizaIf you’re not ready for the « swimsuit » test, opt for a walk at the Hippie Market at Las Dalias, where  you’ll find vintage lace dresses, flower crowns and hippie stuff for nice gifts. The smell of incense won’t let you down! Look for a small bar where you’ll find fresh healthy juices and hippies all around playing Goa Music. You’ll feel like you’re in heaven.

las dalias

tumblr_n68dnxrFIB1sr40s9o1_1280

las dalias

At sunset, move to Es Vedra, a mystical rock you should recognize while landing in the Island. It’s considered to be the third most magnetic point in the world. Sit down on the rocks, close your eyes and fill your body with energy.

es vedra

It’s dinner time: nothing better than a light meal at La Paloma, where authentic « home made » Mediterranean dishes are prepared with the very best ingredients: love and care.

la-paloma-ibiza-10

la-paloma-ibiza-7

This country house set in the middle of a beautiful orange orchard is decorated with pastel furniture and homemade romantic wall places. This is a place full of character that will make you literally feel at home. Try their amazing parmigiana or one of their delicious organic salads.

la paloma ibiza

End your dinner with a glass of Hierbas, the typical liquor from the Island, and then head to Ibiza town for some crazy dances at Teatro Pereira, one of the most characteristic cocktail and music bars in town. This old theater has been turned into a cocktail club which hosts a different live music show each night.

hotel pereira

teatro pereira

And if you still have some energy left, follow the cherries that will lead you to Pacha, where the best DJS in the world usually perform!

ibiza pacha

SUNDAY

No better start to the day than a Yoga session at Atzaro hotel, one of the most relaxing places in the heart of the island. This agroturismo is the perfect place to make your body and mind go along with nature.

Carrusel-SPA-Atzaro-3

End your morning in the Balinese spa where you’ll have time to relax, chill by the pool and enjoy the sun at the Atzaro beach, in the comfortable day beds enjoying natural juices, teas, and healthy and fresh products from Bubbles Bar.

7Es-Restaurant-Atzaro-carrusel

atzaro Chiringuito-Beach

After lunch, go to Casita Verde, a modern ecological center only open to the public on Sunday, where you’ll meet people with the same attitude and discover vegan food, local products and natural beauty skin preparations, while enjoying acoustic and chill music session.

casita-verde2

casita verde

For your last evening (but you’ll be back!), go north to Benirras beach, the place to be on Sunday evening, where local hippies gather at sunset playing music and dancing until the sun goes down. And when it’s suddenly dark, everybody goes home with the sun in their heart….

benirras

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .flower power

26 avril 2014

TWO GREEN DAYS IN MADRID par HÉLÈNE

Meditatoday.org
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

two-greendays-in-Madrid

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Violeta Davila

We are very happy to welcome guest contributors for this column!
-

A lawyer performing in Mmm cities (Madrid and Marbella), but such a book lover that she gets really excited by a Balzac masterpiece and would refuse a date with Brad Pitt for a tea time with a Litterature Nobel Prize, Violeta is also a green girl. As she jumps right back from an ayurvedic cleanse in Ceylan, let her guide us through the streets of Madrid, and prove the « Movida » is still well alive!

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Other cities can be green… with envy! Because now Madrid has it all. The healthy food habits, the ecological attitude, a stronger sustainable development are growing faster and faster in the capital of Spain. If you haven’t visited the city for a while, it’s time to come back and realise how much it has evolved. Of course you will still be amazed by the allure of the old and classical Madrid, as well as its endless nights, but you will also sense the modernity and sophistication of a top European city.

Having only two days to spent, there is no time to loose:
FRIDAY
Check in at Room mate Hotels, any of them: Mario, Oscar, Alicia or Laura, they all have their own personality and style and are located on key spots. Design & comfy even if not totally green.
Malasaña
Take a walk through Malasaña, the neighborhood that was the cradle of « la movida » in the 80’s, now known as the hipster area in Madrid, full of cool bars, pubs and restaurants.
Have dinner at “ Crucina”, on calle divino pastor 30. This crudivegan (raw food) little restaurant uses techniques that alter food minimally. The cooking temperature is below 41 ° C, which preserves all the natural nutrients and enzymes.
Vista-de-la-sala
The food is greek style, as the chief is originally from Greece. It’s surprising and delicious, even for non vegans.
Don’t miss the vegan moussaka or the desserts which are totally guilty free! No sugar, no dairies, no wheat, no eggs, but pure pleasure!
crucina raw lasagne - Irina Bondarchuk Crucina raw lasagne – © Irina Bondarchuk
SATURDAY
Saturday Morning you can go to  RENT & ROLL to rent a bike and enjoy a long ride through the largest park in Madrid: “El Retiro”. The Park belonged to the spanish Monarchy until the 19th century, when it became a public park.
alcala-940x360
Take a boat in to sail the pond, and enjoy its beautiful « statue Walks ». Then go to the Royal Botanical Garden, which is a few steps away from El Prado Museum, and gives the chance to enjoy the peaceful and quiet immersion in nature. The garden hosts botanical species over two centuries old, for visitors to enjoy. It is also home to both researchers and botanists.

IMG_1914 IMG_1906

IMG_1909

For Brunch or a late lunch (as you arleady enjoyed Madrid’s night life the night before), go to café Murillo and try their typical spanish tapas, which includes some light and eco friendly dishes. The location is the best (it has a wonderful terrace with views to El Prado and the Royal Botanical Garden), and a commited restaurant that donates a percentage of their benefits to The City of Hope and the Joy Foundation.

Café Murillo
Cafe murillo
In the afternoon you can visit El Prado, or if you are not in the mood for big crowds you can search for an exhibition in Caixaforum, Fundacion Mapfre , Thyssen Museum or Reina Sofia (Modern Art Museum) . There is always something good going on, so it’s good to check “la guia del ocio” in advance to guarantee you will enjoy the extensive cultural offering of Madrid.
The weekend we were here, la Caixa Forum (known also for its fantastic vegetal wall from Patrick Blanc) was hosting a stunning exhibition of Brazilian photographer Sebastiao Salgado. I cannot resist to the pleasure of sharing my favorite pictures with you of this wildlife and human nature lover. Isn’nt that a perfect parallel? ;)
CaixaForum
-
image

If you’re in the mood for a tea break, we recommend Il Tavolo Verde, a cool concept between the organic café and the antic market.

Tavolo Verde

IMG_1930 IMG_1924

Walk around “ El barrio de las letras” ( which can be literally translated with “the Word’s neighborhood”), where all the famous classic writers like Cervantes, Lope de Vega, Calderon de la Barca once had their residence; with a special mention to Lopez de Vega’s House in calle Cervantes.  Enjoy its ancient wineries and  “librerias de Viejo”, antique bookshops which will transport you to Spain’s Golden Century.

If you belong to the « shopper addicts family », wander the magic garden of Federica & co, gathering young designers, located in one of the most beautiful areas of Madrid. Our passions are antiques, vintage and everything that enlightens our imagination at home. We particularly love « Mimoki » and her fashion offer.
Federica and co
Before leaving, we recommend also Handmadebeauty-db.com for a manicure pedicure, in a lovely  spot focused around organic, holistic and natural beauty, that offers a variety of treatments with 100% natural products. It’s the perfect eco chic and relaxing experience.
Then, have dinner at Green and More (calle Prado, close to Plaza Santa a must see spot). All of the products come directly from Tudela’s vegetable garden.
la huerta de tudela
imageIf you still have some spare energy you can finish your night having either a cocktail in Le Cabrera, cocktail & gastrobar or dancing in Triple R ( Rock and Roll Radio), a super fun club with great rock live music and a great crowd.
SUNDAY
Sunday is the day wen people usually go to El Rastro, in Lavapies, Madrid’s flea Market where you can find anything… there are multiple Indian restaurants around the neighbourhood, but Shapla might be the best option (including a vegetarian menu).  A few steps from there you can rent a bike and ride through Madrid Rio.
image
For lunch we recommend Mama Campo, a new concept, that open plaza de Olavide. The restaurant and shop provide themselves exclusively from local producers.
image
-

Pict: Manolo Yllera
Picture © Manolo Yllera

pict: Manolo Yllera

pict: Manolo Yllera

image

And if you still have time, don’t miss “ Matadero, an old slaughterhouse now converted in a Contemporary Cultural and art centre. There are exhibitions, art fairs, threatre… a variety of intersting cultural events, all in a very cool atmosphere. You can find young people swing dancing or having a beer on the terraces. The Matadero’s cafeteria « Olivia te cuida » offers tons of natural and eco friendly products.

IMG_1954 IMG_1951

-Matadero

-

Matadero

-

Madrid may not be the greenest city of the world, but it’s definitely on the right path… The city is full of life and its people will make you feel at home…Maybe that’s why the city’s motto is: « From Madrid to Heaven ». Amen ;)

-

La huerta de tudela

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ADDITIONAL SUGGESTED SPOTS

www.harinamadrid.com: Bakeries where you can find delicious bread and pastries, with no sugar, no additives or chemical ingredients.

RESTAURANTS

www.lavaqueriasuiza.com

www.restauranteelcocinillas.com

SHOPPING

www.pez-pez.es

www.zonajorgejuan.com

ESCAPE

Aranjuez (43 km from Madrid), and visit its famous palace

Buitrago de Lozoya ( 73 km away from Madrid)

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

And to follow the best Books advices of Violeta, and practise your spanish: http://clubdelecturalavaqueria.blogspot.fr

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

27 mars 2014

TWO GREEN DAYS IN COPENHAGEN par HÉLÈNE

IMG_0354

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

two-green-days-in-Copenhagen

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Tiffany-JNG-Silverspoon

We are very happy to welcome guest contributors for this column!

Tiffany J. NG was born and raised in San Francisco. Her love affair with food began as soon as when she could hold a spoon. That passion and her creativity merged, and Silver.Spoon was born in Copenhagen in 2009. Founded as a labor of love, Silver.Spoon has grown into a well-respected gastronomic experience agency operating internationally. Its creations are more art installations than dinner parties, and aim to redefine our relationship with food –a « dining journey »– as well as with the people we share it with.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

With its modern Nordic cuisine, its seasonal, local, organic and internationally recognized products, green spaces galore and a friendly eco lifestyle, Copenhagen is one of greenest city in the world.

DAY 1

Check-in at the newly renovated D’Angleterre and head down to Restaurant Marchal for breakfast. After breakfast, rent a bike for the duration of your stay or make use of our city bikes that are positioned at various points throughout town – it’s the way we all move around!
90bcfa101b9bceaf892e7d7e36631688 90bcfa101b9bceaf892e7d7e36631688
Take a leisurely stroll or bike ride around Kongens Nytorv and head up Bredgade, a street lined with design and furniture boutiques. Arrive at the Designmuseum Danmark, which houses a well-curated collection of Danish and international design housed in a stately building, and take a tour of the premises.
Design Museum

Design Museum

Pop into the Marble Church, tucked away between Bredgade and Store Kongensgade, for a peek into their interior.
Thereafter, head toward Amalienborg, the royal residence situated by the waterfront.
Amalienborg found on Foursquare.com

Amalienborg found on Foursquare.com

Scoot over to 42 Raw (Pilestræde 32), the city’s best raw food / juice bar, for lunch before heading into the city center for an afternoon of exploration and leisurely shopping for Danish design.
42 Raw © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

42 Raw © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

42 Raw © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

42 Raw © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Be sure to make stops at Illums Bolighus, Georg Jensen, and Royal Copenhagen at Amagertorv. Some recommended boutiques in the area are Casa Shop (Store Regnegade 2), Beau Marché (Ny Østergade 32), and Rue Verte (Ny Østergade 11).
Illums Bolighus

Illums Bolighus

Take a break from all the shopping and walk to Kongens Have / Rosenborg Slot for some urban foliage. If you are in the mood, stop by and pick up a coffee on the way over from Coffee Factory (Gothersgade 21).
Rosenborg Castle - visitdenmark.com

Rosenborg Castle - visitdenmark.com

For a pre-dinner drink, stop by Ruby (Nybrogade 10) city center or Lidkoeb (Vesterbrogade 72B), its more relaxed little sister in the Vesterbro neighborhood of town. On a cold winter’s day, there is nothing better than warming up with a skillfully crafted cocktail at Ourselves Alone (Badstuestræde 7).
Ruby

Ruby

Ruby

Ruby

Fit in some sightseeing by bike on the way to dinner at Matt Orlando’s new hotspot, Amass (Refshalevej 153), on Refshaleøen.
Amass - blog.misspouty.com

Amass - blog.misspouty.com

amass - finedininglovers.com

amass - finedininglovers.com

DAY 2
Begin the next day exploring the lakes that separate the old town from the boroughs.
Walk / bike toward Frederiksberg Have for a morning stroll in the picturesque park.

Banner_Cykel

Make your way over to Chez Laurent (Rolighedsvej 15), a quaint French creperie, for a late breakfast or brunch.
Visit Coffee Collective’s headquarters (Godthåbsvej 34B) and grab one of their coffees from a carefully selected menu to go.

Coffee Collective - west-sun.blogspot.co.nz

Coffee Collective - west-sun.blogspot.co.nz

Pop over to the revitalized Jægersborggade – formerly pusher street – for an early afternoon of hipster chic shops and cafes. If you are looking for a souvenir, visit Keramiker Inge Vincents (Jægersborggade 27) and bring home one of her delicate thinware pieces.
Inge Vincents Keramiker © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Keramiker Inge Vincents © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Inge Vincent Keramiker © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Keramiker Inge Vincents © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

If you can fit in another bite, order the tartar dish at Manfreds (Jægersborggade 40) – the best in the city – and a glass of their biodynamic wines.
Manfreds & Vin

Manfreds & Vin

Take some time to return to the city and explore Torvehallerne, the gourmet market housed in two glass buildings. Make a stop at Omegn to try their selection of organic and biodynamic products while sipping on a glass of Bøgedal, one of the best Danish microbrews – and still a hidden gem – on draft while lounging at a table outdoors.
Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Omegn © Guro Sofie Ulsaker Jacobsen

Before dinner, stop by Den Vandrette by the waterfront for a glass of wine by the canals. They specialize in biodynamic wines, so let their knowledgeable staff suggest a few options.
1466221_253290661487655_566901096_n
Conclude your trip to Copenhagen with dinner at Relæ (Jægersborggade 41), a starred restaurant that has stripped away all pretenses and devoted their attention to delicious gastronomic creations.
Relae

Relae

Relae

Relae

ESCAPE
If you get the time, don’t miss the Louisiana Museum, one of the best worldwide art museum . Thirty minutes from the center of the city, located by the coast, this magic spot is a great experience mixing architecture, art & nature. Louisiana would also be perfect for their brunch buffet while overlooking the crashing waves.
Louisiana Museum

Louisiana Museum

Louisiana Museum
Louisiana Museum

https://twitter.com/SilverSpoonCPH

Copenhagen View - Hélène Skinas de Bourbon Parme

Copenhagen View - Hélène Skinas de Bourbon Parme

Biking in NY Havn
Biking in NY Havn
Additional suggested links:
• Anna Moltke-Huitfeldt, Jewellery in Life (http://www.moltke-huitfeldt.dk/) – Firstfair trade jeweler in Denmark
• MUUSE (http://www.muuse.com/) – A Copenhagen-based fashion label producing capsule collections with promising young designers from around the globe
• LUBAROL (http://www.lubarol.com/) – A multibrand luxury store with quality designers, fragrances and accessories.
• GREEN SUSHI (http://www.greensushi.dk/) – A sushi bar with organic, vegan and healthy sushis.
• Chocolate & Love (http://chocolateandlove.com/) – Delicious artisanal organic, fair trade chocolatiers by a Danish / Scottish duo
• Frederiksdal Kirsebærvin (http://www.frederiksdal.com/uk) – Delicious cherry wines produced in the Lolland region of Denmark that hold their own against the famed wines of Banyuls, Rivesaltes, and Maury
• A hidden gem next to Louisiana Museum, is the Nivaagaard Museum (www.nivaagaard.dk) situated in a large romantic garden hosts work art from the Italian and Northern European Renaissance.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
To follow Silverspoon & Tiffany J. NG:
11 janvier 2014

MANGER BOUGER par ISABELLE

vegan_lunch_for_athletes

En général on préconise le sport pour pallier à une alimentation trop riche. Mais dans ce post, j’aborde le sujet à l’envers : comment bien manger pour de meilleures performances sportives ? Il se trouve qu’une alimentation végétale, locale, et bio (donc « low impact », ça tombe bien) est de plus en plus recommandée. Mon niveau sportif est plutôt « touriste », mais je côtoie beaucoup d’athlètes chevronnés, avec qui j’échange énormément, car j’ai encore beaucoup à apprendre. C’est fou, la plupart ne veulent pas croire qu’une alimentation purement « plant based » améliore les performances. Pourtant, les athlètes vegan ne manquent pas, et s’ils sont de plus en plus nombreux, ce n’est pas pour copier le lifestyle de Queen Bey et JayZ ! Ils sont tellement balèzes que personne, à mon avis, n’ose leur demander où ils trouvent leurs protéines… Allez checker le site de Brendan Brazier, qui est incroyable et super inspirant, et celui de ce couple de Néo Zélandais qui a fait le tour de l’Australie en courant un marathon TOUS LES JOURS de 2013, ce qui fait 365 marathons de suite tout de même, tout en mangeant cru ET végétal… Ils ont l’air tout à fait en forme, et leur histoire est vraiment attendrissante. J’adore…

De mon côté, alors que je m’entraine surtout pour le plaisir, et que je choisis mon matériel pour ses qualités esthétiques et non pas techniques (on ne se refait pas), mes résultats ne sont pas si nuls : pour la seule compétition -triathlon- que j’aie jamais faite, je me suis agréablement surprise… Il se trouve que j’avais mangé 100% végétal les 10 jours précédents.

Donc, manger pour mieux bouger, ok ? Mais s’il faut se morfondre à manger des trucs pas bons, ou se priver à faire un régime, au secours ! Donc voici un post très subjectif, ponctué de quelques #instafood dans lequel je fais part de mes découvertes alimentaires, qui me font plaisir, et qui font avancer mieux la machine.

petit-dejeuner-sport petit-dejeuner-vegan

Ci-dessus, deux petits déjeuners composés de fruits (dont avocat) frais et secs, et de noix et graines,. Ils n’ont l’air de rien mais c’est absolument délicieux, sans sucre, pour fournir de l’énergie sur le long terme.

- La puissance du végétal : les aliments d’origine animale (viandes, laitages, oeufs) sont-ils mauvais pour les performances sportives ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que les fruits et légumes contribuent vraiment à préparer et à réparer après l’effort. Surtout en cru, ils compensent les pertes minérales et apportent une grande quantité d’enzymes qui évite de puiser dans le capital musculaire à long terme (explications ici). D’autre part, le corps maintient naturellement un PH légèrement basique pour bien fonctionner. Or, tous les aliments animaux sont acidifiants, l’activité sportive étant elle-même très acidifiante, ce n’est pas la peine d’en rajouter une couche ! Cela demande beaucoup d’énergie pour réguler le PH, autant l’économiser pour mieux avancer. Les fruits et légumes, surtout verts, sont en revanche alcalinisants pour la plupart.

- Les protéines veggie : elles se trouvent partout ! Presque tous les légumes en contiennent, mais on en trouve en grande quantités dans les graines germées (plus que dans un steak, oui oui), les noix et amandes, les algues, les légumes secs dont les pois chiches (miam), les lentilles, le soja bien sûr, les graines de chanvre à saupoudrer partout (chez Un Monde Vegan), les graines de lin, la prodigieuse quinoa… J’ai appris à germer moi-même mes petites graines, c’est beaucoup plus facile que ça en a l’air, et c’est très bon (alfalfa, mungo, radis…). Ci dessous, mes snapshots de graine germée de haricot mungo (communément appelé pousse de soja) et ma délicieuse salade fenouil / carottes / algues / graines de lin.

germe de haricot mungo - proteine végétale salade-fenouil-graines-delin-algues-nori

repas vegan et sportif proteines de soja

Ci-dessus,une assiette hyper chargée en protéines (quinoa, pois chiches, graines de courges) et des protéines de soja brutes.

- Les trésors des algues : ceux qui adorent les makis sont en fait complètement fans de Nori, qui peut servir d’assaisonnement sur beaucoup de plats, je les coupe en petits morceaux, c’est à tomber par terre. Les laitues de mer ne sont pas mal non plus. Je n’ai pas essayé la chlorella, mais la spiruline en gélules (60% de protéines – contre 30% pour le steak-, et de nombreux minéraux) fonctionne bien. Ce qui me gêne c’est son goût, pour moi ça pose un problème de me forcer à manger un truc pas bon, même en gélules…

- Le piège de l’index glycémique : l’apport glucidique est la clé de la caverne d’ali baba des sportifs, et pour ma part je ne suis pas encore tout à fait au point. Comment optimiser son apport en énergie, sachant que la digestion en prend beaucoup ? That is the question. L’erreur classique quand on passe au régime végétal, est de remplacer les rations d’origine animale par des rations les glucides lents (carbohydrates = pâtes, riz, etc). L’amidon transformé entraine en fait une augmentation de la masse graisseuse au lieu de la masse musculaire : ça fait de jolies fesses rondes, mais ce n’est pas très pratique pour courir vite. Donc un apport minimum est plutôt souhaitable -en tout cas pour moi-. En revanche, l’avant-veille d’une compétition, on peut se lâcher sur les pâtes, puis la veille au soir, en manger raisonnablement. Surtout j’évite la tomate, qui est acidifiante lorsqu’elle est cuite.

- Juste avant l’effort : Il faut manger des « sucres lents », en quantité raisonnable, maximum 3 heures avant. Dans un bol, je mélange du riz avec des fruits secs, et un peu de lait de riz, d’amandes ou de soja, mais il existe plein de recettes home made (ou pas), y compris pour des barres de céréales. Parfois lorsque je me couche tard, je mange mon mélange à 5 h du matin, et à 10 heures le lendemain me voilà prête pour aller courir, c’est très utile parfois de faire la fête !

- Pendant la compétition : Si on fournit plus de 20 minutes d’effort, il faut prendre des mini rations chargées en fructose, des gels magiques, concentrés d’énergie spécialement conçus pour les efforts longs. Le jour J, j’avais un peu merdé en choisissant une marque PAS BIO qui n’a pas été très sympathique avec mon estomac. Depuis j’ai testé les gels BIO Punch Power qui sont top (à acheter au Triathlon Store où on est super bien conseillé).

Ci dessous les gels Speed’Ox Bio, et mon menu idéal de pré-compèt : pâtes bio, fenouil et oignons cuits dans un peu d’huile d’olive, assaisonnement aux algues.
speed-ox-punch-power 9a00665cb9a511e2852e22000ae90903_7

- Le mystère du citron : cet aliment ultra acide, une fois assimilé, devient ultra alcalinisant… Je bois des litres d’eau citronnée, de préférence à jeun le matin (mais pas juste avant l’effort quand même).

- La magie du chou (ci dessous salade de chou + lentilles pré-germées) : le chou est incroyablement riche en minéraux, dont du fer, très important, en calcium, en vitamines, et anti oxydants, il est donc un allié parfait du sportif. À manger cru en salade comme dans cette recette.

salade-chou-lentilles-pre-germees lemon-curcuma-turmeric

- Le pouvoir du curcuma (ci dessus, dans de l’eau avec du citron) : alcalinisant, hyper digeste, et même un protecteur intestinal, ce puissant anti cancer aide à la reconstruction cellulaire, entre autres bénéfices. On peut le consommer en poudre comme une épice, dilué dans l’eau chaude comme du thé, ou frais pressé en jus centrifugé, en compagnie de pommes, carottes, ou autres trucs cool.

- Les chia seeds, panacée ou bullshit ?Photos ci dessous – prononcez Tchia, s’il vous plait :

5f3785dacc7111e2a61722000a1f9d6d_7 petit-dejeuner-chia-seeds

Ces petites graines noires ou gris clair sont très à la mode chez les « New Age », je n’ai donc pas pu m’empêcher de tester. D’une texture visqueuse lorsqu’elles sont en milieu humide, je les saupoudre un peu n’importe où, ça craque sous la dent, mais ça n’apporte pas grand chose d’un point de vue gustatif. Si elles peuvent me permettre les mêmes prouesses que celles du Peuple Tarahumara d’Amérique du Sud, et bien allons-y.  En tout cas il ne faut pas en abuser, croyez moi…

- La boisson miraculeuse :

acai-berry-sol-semilla acai-berry-sol-semilla-purple

Pour les entrainements je concocte une boisson isotonique home made (eau filtrée, un peu de sel, du miel ou sirop d’agave, 20% de jus de fruit frais -pomme et/ou carotte-, de l’acérola) à laquelle je rajoute de la poudre d’Açaï : découverte au Paris Vegan Day, ce super aliment, concentré de poudre violet sombre, anti-oxydant et tonique, s’achète chez Sol semilla. J’ai noté une nette amélioration lors de mes entrainements, que ce soit natation ou course à pied.

Voilà, tout ça peut paraitre un peu rébarbatif, mais c’est passionnant lorsqu’on a mis le nez dedans. Et il y a encore mille autres choses, j’en découvre de nouvelles presque tous les jours. Manger végétal, c’est tout un lifestyle, et ça prend (un peu) de temps et de réflexion. Alors, pour tous ceux qui n’ont pas envie de faire eux-mêmes le contenu de leur assiette, promis je ferai bientôt un post de restaurants à Paris.

En tout cas, ce sont ici des réflexions personnelles, et je ne veux rien prouver, peut-être juste ébranler cet espèce de truc gravé bien profond dans nos inconscients collectifs : « la viande rend costaud ». Et la soupe fait grandir, n’est-ce pas ! Pour moi l’alimentation est un choix presque intime, même si les conséquences sur notre santé, l’environnement, les droits des animaux, sont colossales. Alors, tous en plant-based ? D’abord il ne faut pas passer d’un extrême à l’autre, et puis, que serait notre patrimoine gastronomique, en version végétalienne ? Au secours ! Les Ayatollah Vegan (j’en ai rencontré quelques uns) me font très peur, je préfère donc rester « flexitarienne » : vegan au jour le jour, avec des exceptions. En revanche, avant un gros événement sportif, pas question de faire des écarts ! Et je continue, pensez à moi bien fort le 2 mars, car je courrai le semi marathon de Paris. Fingers crossed. Youhhhhouuuuu le mélange de trouille et d’excitation !!!!

PS. Je mange tellement de graines que mes amis me surnomment « le moineau ».

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

English version « à la mode » by Matthew Pagett

FIVE A DAY

The eat to improve athletic performance? It turns out that a plant-based, local, and organic diet (so, “low impact,” which is nice) is increasingly recommended. I’m more of an amateur athlete but I hang out with a lot of seasoned jocks, and I ask them tons of questions, because I still have so much to learn. It’s crazy that most of them don’t want to believe that a purely plant-based diet can improve performance. But there are plenty of vegan athletes, and they’re not just doing it to copy Jay Z and Queen Bey. They’re generally so ripped that, in my opinion, nobody dares ask them where they’re getting their protein…

Just check out Brendan Brazier’s site, who is incredible and inspiring, or this couple from New Zealand, who went all around Australia by running a marathon EVERY DAY in 2013, which in case you lost count is 365 marathons in a row, all while eating raw AND vegan! They seem like they’re in great shape, and their story is really quite touching. I’m a fan.

As for me, I work out mostly for pleasure. I choose my equipment for its aesthetic qualities rather than its technical qualities (I’m incorrigible), and my results aren’t that bad. For the only race I ever ran – a triathlon – I was pleasantly surprised. And as it turns out, I ate a 100% vegan diet for the 10 days leading up to it.

So, eating to stay in shape – fine. But if you have to struggle to eat things that don’t taste good, or deprive yourself to follow a diet, no way! So here’s a very subjective post, interspersed with a few #instafoods where I share my culinary discoveries: the ones I like and the ones that keep my body running better and better.
Above, two breakfasts with dried and fresh fruits (including avocados), nuts, and grains. They may not look like much but they’re absolutely delicious, and sugar-free so they provide long-lasting energy.

- The power of plants: is animal-based food (meat, dairy, eggs) bad for athletic performance? I don’t know, but what I do know is that fruits and vegetables are great for gearing up for an effort, and for recovery. Especially when they’re raw, they replenish lost minerals, and are full of enzymes that mean you don’t have to tap into long-term muscle storage (more information here). On top of that, the body naturally maintains a slightly basic pH. Since all animal-based foods are acidic, and athletic activity is too, there’s no point in adding more! It takes a lot of energy to regulate pH, which you might as well devote to performance. Fruits and vegetables, especially green ones, mostly have an alkalizing effect.

-Veggie protein: it’s everywhere! Almost all vegetables contain protein, but there’s more to be found in sprouted grains (more than in a steak, yes it’s true!), nuts and almonds, seaweed, dried vegetables like chickpeas (yum), lentils, soy of course, hemp seeds you can sprinkle anywhere (see Un Monde Vegan), flax seed, and the prodigious quinoa, to name just a few. I’ve learned how to sprout my own little seeds. It’s a lot easier than it looks, and they’re quite tasty (I’ve made alfalfa, mung beans, radishes…).

[Below], photos of my mung bean sprouts, and my delicious fennel / carrot / seaweed/ flax seed salad.
[Above], a plate loaded with protein (quinoa, chickpeas, pumpkin seeds) and raw soy protein.

- The treasure of seaweed: sushi lovers are total Nori fans. It can be used to season any number of dishes. I cut them into little pieces that make me weak in the knees. Sea lettuce is pretty good too. I haven’t tried chlorella, but spirulina in gel caps (60% protein compared to 30% protein for steak, and full of minerals) works well. What I don’t like is how it tastes… and it’s a problem for me to have to force myself to eat something that doesn’t taste good, even if it’s in a pill.

- The glycemic index trap: mastering energy levels is the key to Ali Baba’s cave for athletes, and this is one I don’t completely master. What’s the best way to optimize energy sources, since digestion takes so much energy? That is the question. The classic mistake when someone goes vegetarian is replacing animal food with carbs (pasta, rice, etc.). Processed starch leads to putting on fat instead of muscle: it makes for a nice round behind, but it’s not great for running fast. So it’s best to minimize this – at least for me. On the other hand, you can go crazy on pasta two nights before a race, and then eat it again, in a reasonable amount, the night before. I make sure to avoid tomatoes, which are very acidic when they’re cooked.

- Just before the race: Eat a reasonable quantity of complex carbs, at most 3 hours before. I usually mix some rice together in a bowl with dried fruits, and some rice milk, almond milk, or soy milk, but there are plenty of homemade recipes (and some less homemade ones), for things like that or for granola bars.  Occasionally, when I go to bed late, I eat my mix at 5 AM, and at 10 AM the next day I’m ready to go for a run. Sometimes going out late can be useful!

- During the race: If you’re going to be exercising intensely for more than 20 minutes, you need mini-snacks loaded with fructose, magic gels that are energy concentrates specifically designed for extended efforts. On race day, I messed up a little by picking a NON ORGANIC brand that didn’t really agree with me. In the time since, I’ve tested Organic Punch Power Gels which are great (you can find them at the Triathlon Store, where they’ll help you find exactly what you need).

[Below], the Speed’Ox organic gels, and my ideal pre-competition meal: organic pasta, fennel and onions sautéed in olive oil, seasoned with seaweed.

- The mysterious lemon: Once this ultra-acidic food is digested, it has an amazing alkalizing effect. I drink liters of lemon water, preferably on an empty stomach in the morning (but not right before a workout).

- The magic of cabbage (below, cabbage salad + pre-sprouted lentils): cabbage is incredibly rich in minerals, like iron, which is very important, calcium, vitamins, and anti-oxidants. It’s the athlete’s perfect teammate, and can be eaten raw in a salad, like in this recipe.

- The power of turmeric (above, in water with lemon juice). Alkalizing, highly digestible, and an intestinal protector, this powerful anti-cancer plant helps in cell reconstruction, among other benefits. It can be taken as a powder (in spice form), infused in hot water (like tea), or cold-pressed in a juicer, accompanied with apples, carrots, or other tasty treats.

- Chia seeds – panacea or BS?  -  Photos below:

These little black and grey seeds are very popular now among the New Age crowd, so I couldn’t resist trying them. They’re viscous when wet. I sprinkle them around here and there. They crunch when you bite into them, but there’s not much of a taste. If they can confer upon me the same prowess as the Tarahumara in South America, then why not. But in any case, it’s best not to eat too many… trust me on that one.

- The miracle drink:

For workouts, I mix up a homemade isotonic drink (filtered water, a pinch of salt, honey or agave syrup, 20% fresh fruit juice – apple and/or carrot –, and acerola), and add Açaï powder. I discovered it at Paris Vegan Day. It’s a concentrated dark violet powder, an antioxidant and tonic superfood. It can be bought at Sol semilla. I noticed a clear improvement in my workouts, both swimming and running.

So there you have it… it can all seem like a lot of work, but it’s really exciting once you get into it. And there are a thousand other things: I’m discovering new ones almost every day. Eating vegan is a whole lifestyle, and it takes (a little) time and thought. For those who don’t want to have to fill their plates themselves, I promise I’ll soon write a post about restaurants in Paris.

In any case, these are just my personal opinions, and I’m not trying to prove anything. Rather, I just want to try to shake this sort of deeply ingrained idea in our collective consciousness, that “meat makes you strong.” And soup makes you grow tall, right…? For me, eating is an intimate choice, even as the consequences for our health, the environment, and animal rights are colossal. So, should we all go vegan? First, it’s not a good idea to go from one extreme to the other, and then, what would happen to our rich culinary tradition?  What to do? The Vegan Ayatollahs (I’ve met a few) really scare me. So I prefer to stay “flexitarian”: vegan most of the time, with some exceptions. However, before a big sports event, there’s no question of deviating! And I’m continuing onward – keep me in your thoughts on March 2, because I’ll be running the Paris half marathon. Fingers crossed. I’m terrified and excited!

P.S. I eat so many seeds that my friends call me “the sparrow.”

6 janvier 2014

WANTED: NUBIO, JUS PRESSÉS MAIS PAS PRESSURISÉS par ISABELLE

nubio-coldpress-juice-jus-detox

Hello 2014 ! Hop, la fête est finie, on a rangé la galette, on se pose avec deux crans en plus sur la ceinture et des poches sous les yeux, quelques bonnes résolutions en route. C’est là qu’arrivent à point -et livrés à domicile-, les jus Nubio. Ce concentré de pure greenitude est raw, local, pressé à froid, bio, vert, frais, super healthy, emballé dans le plus écolo des plastiques -P.E.T. recyclé-, et surtout trop trop bon ! La cure « Nouveau départ » répondra parfaitement à nos aspirations détox de saison. Un seul jus équivaut à une grosse salade et peut remplacer un repas : ceux qui n’ont même pas le temps de manger feront d’une pierre deux coups.
Voilà, vive 2014, bonne année, et surtout bonne santé, les amis !

Les cures se commandent sur  www.nubio.fr.

30 octobre 2013

CYRIL AOUIZERATE, «PEACE, LOVE, UNITY & HAVING FUN» par HÉLÈNE

Cyril-Aouizerate

On inspire, on respire. On inspire, on respire.

À la « Smile team » on est un peu en hyper ventilation depuis qu’on a rencontré Cyril Aouizerate. Faut dire que c’est un peu notre héros Cyril, notre Steve Jobs du fast-food et de l’hôtellerie, qui distille ni vu ni connu son message Green et Red dans ses projets.  Et le rouge et vert ce n’est pas pour le côté italien hein (ma que dici !) mais plutôt pour l’aspect écolo ET révolutionnaire.

Le chapeau melon a remplacé le col roulé noir, le projet est plus humaniste que technologique mais on retrouve la même vision d’un business idéologique… avec le côté « vegan » en cerise sur le cheesecake, sans matière animale et M.O.B. Made (du nom de son concept de fast-food).

Faut dire qu’il est tellement fort Cyril que non seulement toute sa famille, mais même son labrador s’est mis aux croquettes végétales. Alors il ne faudra pas s’étonner que ce génie urbain ait aussi réussi à nous faire redécouvrir Paris. Vous en train de guincher sur le toit de la Cité de la Mode et du Design Quai d’Austerlitz avec cette vue incroyable sur la Seine, et la bande du Baron et du Silencio aux platines c’est lui ; vous parti vous encanailler porte de Bagnolet au Mama Shelter, c’est encore lui. Et vous en mode « comfort food brunch» du dimanche au M.O.B. sans imaginer que ce MOB Dog deluxe à 8 € est aussi bon pour votre corps, c’est encore lui !

Et dire que tout a commencé grâce à Spinoza il y a 20 ans. So chic.

C’est en effet à une conférence sur Baruch de son petit nom, un de ses maîtres en philosophie, que Cyril rencontre le Jedi de la promotion immobilière : Alain Taravella président d’Altarea Cogedim (à ne pas confondre avec la Cogip, seuls les fans d’Edouard Baer comme moi pourront comprendre cet allusion à une émission culte de Canal + Message à Caractère Informatif) qui l’initie au secret du montage de projet et à l’entreprenariat.

Et c’est parti pour l’aventure du Mama Shelter avec  la crème de la crème dans la tribu : Serge Trigano en associé, Philippe Starck au design, Alain Senderens aux fourneaux, avec comme résultat un hôtel « design et de qualité  » ouvert en 2008 avec un prix défiant toute concurrence. Success-story, le Mama fait des « Bébés Shelter »: 2012 à Marseille, 2013 Istanbul, Lyon et Bordeaux, et en gestation : Lille et Los Angeles.

mama shelter

Aujourd’hui, le dernier venu, c’est M.O.B., comme Maimonide of Brooklyn. Maimonide pour le nom du philosophe et médecin du Moyen-Age qui l’a inspiré, et Brooklyn car c’est là que la nouvelle aventure est née avant d’arriver à la Cité de la Mode et du Design.

Restauration naturelle, ambiance cool et les classiques du fast-food en mode Green, ça change de la salade d’algue sur fond de Ravi Shankar que l’on associe avec les « restaurants végé ». On guette donc les prochaines ouvertures, à commencer par celle dans le nouveau World Trade Center à New York.

M.O.B.

Mais M.O.B ne s’arrête pas là, et continue à rendre tangible son idéologique du « vivre ensemble » en devenant un véritable « lifestyle ». Tu manges M.OB., tu vas bientôt dormir M.OB. Entre hôtel urbain et monastère laïc, les M.O.B. hôtels réuniront bientôt tout ce qui fait la « Philosophie Aouizerate » : qualité, design, mixité sociale et surtout prix ultra accessibles (oui Madame, oui Monsieur, une chambre pour la modique somme de 49€ !).

no-desease-that-can-be-treated-by-diet-should-be-treated-by-other-means

Alors on se M.OB.ilise tous ! Et on attendant de suivre les prochains projets du « Papa Shelter », on garde en tête la citation de Geronimo qui est présente sur son site :

« Quand le dernier arbre aura été abattu

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée

Quand le dernier poisson aura été pêché

Alors on saura que l’argent ne se mange pas. »

M.OB. Brooklyn – 525 Atlantic Avenue – Brooklyn, NY 11217
M.O.B. Paris – LES DOCKS – 34 Quai d’Austerlitz – 75013 Paris

www.mob-usa.com

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

some-like-it-green-questionnaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Attention, nouveau rendez-vous sur votre blog préféré (n’est ce pas :)) !!!! Un questionnaire à la sauce « Smile Spirit » qu’on aurait pu appeler « Le questionnaire de Sprout », mais c’était pas hyper glam niveau prononciation, nous avons donc préféré le « Some like it Green » questionnaire (petit clin d’oeil à un de mes cinéastes préférés qu’est Billy Wilder). Et nous sommes fiers de pouvoir inaugurer cette nouvelle rubrique avec Cyril.

S&StP : C’est quoi « être Green » pour vous?

C. A. : C’est être un peu rouge aussi. Je ne vois pas le rouge tout seul, je ne « bois pas le vert  » tout seul, tout cela n’a de sens que si on le partage avec nos frères humains.

Vous vous rappelez de votre « Green coming out » ?

C’est mon histoire d’amour qui est mon « coming in » dans mon histoire verte.

Quels sont vos 3 principaux gestes green ?

- je me lave à la cruche avec très peu d’eau,

- je mange vegan,

- j’achète essentiellement des légumes locaux.

Le geste non-green dont vous ne pouvez-vous passer ?

La voiture et je suis contre le discours culpabilisant sur l’automobile par rapport à tous ces gens qui ont besoin de leur caisses pour aller gagner leur vie. La culpabilité est contre-productive.

L’action globale « green friendly » que vous admirez le plus, rêvez de mettre en place?

Plus vieux, je rêverais de créer une université libre comme à fait Michel Onfray à Caen. L’objectif serait de te remettre à niveau pendant un an sur sur les maths, l’anglais, l’histoire de France mais vue de manière positive au travers de personnages forts comme Napoléon ou Lafayette, et tout ça avec des professeurs incroyables venus de Harvard, Stanford…

Votre gourou ?

Pas de gourou mais un grand maitre de philosophie Yeshayahou Leibovitz, personnage complexe et aussi un des grands spécialistes de Maimonide (NDLR : le M de Maimonide), j’ai passé un an avec lui à étudier il y a 20 ans grâce à Emmanuel Levinas . Une époque studieuse et insouciante.

A quoi vous carburez ?

Un peu trop au café …et à l’amour qu’on peut donner et avoir des gens qui sont autour de vous

Vous avez un jardin secret ?

Un abricotier dans le jardin de ma mère qui a été fendu en deux pendant un orage et sauvé par mon père à force d’efforts, de patience. C’est l’objet qui a le plus de valeur pour moi. À les yeux, il s’agit d’un geste 1000 fois plus puissant que tous mes projets.

Le super pouvoir que vous aimeriez avoir pour sauver la planète ?

C’est de pouvoir envoyer des lettres de demandes à des dirigeants d’Etat qu’ils sont obligé d’appliquer quand ils ont fini la lettre.

Où se trouve votre coin de paradis perdu?

Chez ma maman à côté de Toulouse.

Votre bible  ?

Je pense à deux ouvrages:

- Pessoa, le livre de l’ intranquilité . Une bible laïque, la puissance de la mélancolie comme source de création et non de déprime:   Le livre qui définit le métier de l’homme pour moi qui est d’être inquiet. C’est un livre d’une puissance époustouflante de génie.

- Iceberg Slim: pimp,  les mémoires d’un maquereau. Un roman qui pour moi décomplexe les gens sur l’écriture. D’une puissance absolue, il aurait pu recevoir le prix Nobel de littérature.

« Et de l’animal que donc je suis » de Jacques Derrida comme déclic Vegan.

( NDLR : et dans le même registre le site de Cyril Aouizerate héberge une bibliothèque virtuelle du droit des animaux avec des textes magnifiques de Gandhi à Levinas en passant par Schopenhauer, http://bibliodroitsanimaux.voila.net)

Le film qui vous a marqué ?

Andrei Roublev de Tarkovski, un chef d’œuvre.

À quoi êtes-vous addicted ?

J’ai besoin tous les jours d’avoir une réflexion spirituelle pour déconnecter de l’urgence , de l’immédiateté du business …et le sexe en 2ème mais amoureux !

Quel est votre uniforme de la saison?

La barbe, le chapeau melon (ndlr de NYC) parce que c’est sérieux et les bracelets tibétains mais  je ne suis pas fétichiste, j’en porte beaucoup, de temps en temps je les donne.

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?

C’est d’avoir sans cesse à l’esprit la question du métier de l’homme. Être Green c’est être inquiet et connaître sa responsabilité.

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?

« S’il vous plaît! »

4 octobre 2013

RECETTE: MENDIANTS AUX AMANDES par ISABELLE

recette-mendiants-bio

Cette recette est pour tous les junk-foodeux qui fuient leur cuisine comme la peste. Attention, vous risqueriez d’adorer !

Dans une casserole à peu près chaude, mettre 2 ou 3 cuillères à soupe d’huile d’olive, des noix, noisettes, pistaches, enfin tous les genres de noix que vous aimez, 6 ou 7 cuillerées de miel, un peu de vanille, remuez pendant 5 ou 10 minutes, si ça mousse c’est tout à fait normal, versez dans des petits godets en papier, laissez refroidir deux heures (c’est super difficile d’attendre, à ce stade) et mangez.

Vous avez aimé ? Bienvenue dans le monde « vegan – no gluten – no dairies – no sugar ».
Bisous <3

…………………………………………………………………………………………………………………….

English version of this « vegan – no gluten – no dairies – no sugar » recipe: in a pan, heat 2 or 3 table spoons of olive oil, add whatever kind of nuts you like, 6/7 table spoons of honey, stir for 5 to 10 minutes, then pour in individual paper cups and let it cool down for 2 hours. Et voilà!

-

23 août 2013

MISHKA HENNER: FEEDLOTS par ISABELLE

À première vue, c’est un dessin abstrait. Si on regarde mieux, on distingue les petits animaux entassés dans les « feedlots », enclos d’élevage, au Texas. De la viande qui n’a jamais vu un seul brin d’herbe : non les bœufs qu’on mange aujourd’hui ne passent pas leur vie à gambader dans des prairies luxuriantes ! Quant aux jolies couleurs, ce sont tout simplement leurs déjections.

Voilà, c’est très beau ! Mais c’est un peu flippant, quand même.

Photographies de Mishka Henner.

Conorado Feeders- Dalhart- Texas-DETAIL_900

Tascosa Feed Yard- Bushland- Texas-DETAIL_900

Tascosa Feed Yard- Bushland- Texas_900

Conorado Feeders- Dalhart- Texas_900

17 janvier 2013

VEGAN OR NOT VEGAN? par ISABELLE

Big question. Je n’ai jamais vraiment aimé les produits carnés et déteste le fromage. Plus ça va, plus je me veganise (vegan = sans aucun produit animal). Ultra consciente des effets de la consommation de produits animaux sur la nature et sur la santé, mais entourée de carnivores les plus convaincus, j’ai du mal à trouver le bon régime…
D’ailleurs, il faudrait peut-être commencer à se poser des questions sur l’élevage et abattage des animaux, ces êtres dotés d’un système nerveux quasiment similaire au nôtre, contrairement aux végétaux qui ne possèdent aucune faculté à ressentir la douleur ?

Ça parait débile d’écrire ça, mais cette petite précision s’impose au vu de « pertinentes analyses anti vegan » collectées sur l’hilarant tumblr « LE VÉGÉTARISME M’A TUER » , que je recommande vivement.

Extraits :

VEGETARISME-VEGAN3

VEGETARISME-VEGAN-4

VEGETARISME-VEGAN-2

No comment…

Dans notre culture, il est inacceptable de laisser souffrir un être humain, même s’il a perdu toute conscience de sa propre existence. En revanche, on peut suspendre une vache par les pieds, l’étourdir sommairement, puis la laisser agoniser pendant plusieurs heures sans que ça choque personne. Enfin si, ça choque une poignée de « gonzesses anorexiques »… Ultra informées, surtout, bande de nazes.
Souvent, les végétariens sont associés à des mauviettes. Je vous rappelle que Carl Lewis a obtenu ses meilleures performances lorsqu’il a tourné VEGAN. Oui, vegan. Bon d’accord, il n’a pas consommé que de la salade, mais quand même ! Pour lui, le veganisme a joué un rôle certain. Le système musculaire a besoin -entre autres- des enzymes contenus dans les légumes et fruits frais, pour se construire. Conclusion, les mauviettes sont certainement ceux qui ne mangent PAS de produits végétaux…

Durant des centaines d’années, notre société occidentale a considéré la traite des noirs, la torture, la peine de mort, comme choses normales. On envoyait les homosexuels en prison, les femmes ne votaient pas, c’était normal de frapper un enfant, on coupait la main du voleur… Une société, ça évolue, et en mieux, malgré les aléas pas toujours reluisants de l’histoire contemporaine. Notre rapport avec la gent animale va sans doute se modifier progressivement, au fur et à mesure que nous allons prendre conscience qu’une telle cruauté est tout simplement inhumaine.

L’avancée des fastfood et la ruée vers les produits carnés de merde de supermarché low cost dégueulasses progresse encore, mais je suis certaine que cette tendance va peu à peu s’inverser.

Donc, tournons tous vegan, c’est bon pour nous ? Ce régime radical nécessite une (petite) dose de psychorigidité qui me gêne. On ne peut pas vivre dans le contrôle permanent, cela revient à une privation de liberté (plus qu’une privation gustative, pour ma part). L’alimentation guidée par l’angoisse de mourir, bof… L’alimentation guidée par la culpabilité, bof bof… L’alimentation dans le plaisir, là d’accord. Ça commence à venir, on croise de moins en moins de dépressifs dans les magasins bio, la France n’est pas encore un paradis pour végétariens, mais ça arrive, patience !
Cela revient à poser la question du sens de la vie : le but c’est quand même d’en profiter au maximum, non ? Épicurisme et veganisme vont de pair, –c’est mon avis– à condition de ne pas être trop obsédé par la question, et donc de faire quelques écarts, parfois. Pour les repas exceptionnels, comme ceux, hahem, que j’ai pris entre le 24 décembre et le 3 janvier derniers. Car ce qui me gêne dans un régime strict, et bien c’est le côté strict… Et un peu communautariste. Les excès, c’est important, nan ?

Et bien ça a un nom, figurez-vous, et ça s’appelle « flexitarisme » !

Pour moi c’est ça, la vraie vie : au jour le jour manger végétal, très très frais, souvent cru, des aliments très variés (je découvre sans cesse des nouveaux trucs incroyables, beaucoup plus goûteux que n’importe quel steak, ça encore c’est une idée reçue, que les légumes fruits et autres protéines végétales sont fades ! ! ! ! ) – (et c’est pas si compliqué que ça en a l’air) – (Et puis Bob’s Kitchen fait très bien la cuisine). C’est ça le vrai plaisir. En revanche, pour les jours de fête*, je me lâche**.
Tchin tchin et happy New Year, pendant qu’il est encore temps.

* Fête : « festin », une tradition qui existe dans la majorité des cultures, et qui, je crois, est essentielle. Que deviendrait notre magnifique tradition culinaire française en version vegan, beaucoup trop triste, non ? Dans certaines religions, on sacrifie (exceptionnellement) un animal pour l’occasion (peut-être, gravé dans l’inconscient collectif, en souvenir d’une fête spontanée, donnée lorsqu’on avait attrapé un gibier extraordinaire ??? Car non, l’homme préhistorique ne se nourrissait pas majoritairement de sa chasse, encore une idée reçue ! ). On danse, on boit, on fait des trucs qu’on ferait difficilement au quotidien…
Jusque dans les années 50, le menu riche, carné, était tout simplement réservé à la fête. L’ordinaire était, même dans les catégories de population aisées, plutôt « maigre ». Aujourd’hui, la viande n’est plus un luxe car produite industriellement.
Notre corps peut-il s’habituer aussi vite que notre portefeuille à ces changements ? À vous de voir. En tout cas, nous n’avons plus à risquer nos vies pour faire bouilllir la marmite –enfin, pas au sens propre–. Et si on se préoccupait des vies de nos camarades les bêtes ?

** Pas de foie gras, cependant… Peux pas…

sans-viande-je-serais-pas-en-bonne-sante-

2 décembre 2012

RECETTE: ASPICS VEGAN AUX POMMES par ISABELLE

Décembre. Le mois de la nuit. Voici une recette qui ressemble à l’été, qui a le goût de l’été, mais qui est totalement de saison. Super easy, super rapide, que nous avons nommée « Veganagar ».

Ingrédients : 4 ou 5 pommes, 1 sachet et demi d’agar-agar -un gélifiant naturel à base d’algues- 1/2 litre de lait de soja, sucre rapadura (très brun, très parfumé), sucre de canne, 1/2 gousse de vanille, coulis de framboise, une pointe de noix de tonka finement râpée.

Verser le lait de soja dans une casserole avec l’agar-agar, la vanille fendue en 2 dans le sens de la longueur, la tonka, les sucres. Mélanger et laisser 10 minutes à feu doux. Pendant ce temps, peler et couper les pommes en cubes, les disposer au fond de petits godets. Verser le mélange par dessus les pommes, laisser refroidir 10 mn puis placer 1h au frigo. On peut servir dans le godet, on peut aussi démouler les aspics avec un couteau à lame fine, puis napper de Coulis. Easy.

Donc c’est VEGAN, ce qui signifie (oui y’a encore des gens qui me demandent ce que ça veut dire bande d’ignares) sans aucun produit d’origine animale. Ce que je préfère quand on va dans les magasins bio c’est qu’on découvre plein d’ingrédients inhabituels, de quoi aiguiser la curiosité des plus blasés… Bon appétit.

ASPICS-VEGAN-SOJA-2

ASPICS-VEGAN-SOJA

30 novembre 2012

COUCOU LE CHOU par ISABELLE

À l’instar de ma chère Caroline qui propose ses merveilleuses recettes beauté d’hiver, voici une salade de saison pour booster le système immunitaire. Avec du CHOU. Oui, ce légume qui a l’air si moche et si bête, est en réalité absolument magique. Il est riche en vitamine C, vitamine E, vitamine K, riboflavine, thiamine, acide folique, fer, phosphore, sélénium, silice, iode, zinc, est un puissant anti-cancer et même anti-bactérien. Certains choux contiennent plus de calcium que le lait ! Tout ça pour un prix dérisoire.

J’entends déjà certains dire que le chou, ça pue. Pas si on le cuisine cru, et qu’on le choisit bien frais, pas trop gros, -bio et local évidemment-.

Vous pourrez accompagner vos plats d’hiver avec cette salade vegan (sauf le miel mais on va pas chipoter). Parfait pour prévenir les rhumes, les soigner, s’en remettre, et c’est également une recette miraculeuse pour les lendemains de fête (testé et approuvé vous pouvez me faire confiance).

Ingrédients : chou blanc émincé finement (enlever les parties épaisses), une cuillerée de miel, poivre, sel de Guérande, vinaigre de cidre, huile d’olive. Dissoudre le miel dans le vinaigre de cidre, puis tout mélanger, et c’est prêt. On peut ajouter, si on veut : des pomme ou poires émincées, du gingembre frais, des algues, de la levure de bière maltée, de l’échalotte, de l’huile pimentée, des herbes fraîchement coupées (photo: menthe, persil, romarin) et plein d’autres trucs suivant inspiration.
Bon appétit.

chouchou

23 octobre 2012

MOOD: POTATO LOVE par ISABELLE

Les pommes de terre bio poussent avec amour, sont cuisinées avec amour, mangées avec amour, etc.
Ingrédients : pommes de terre bio, huile d’olive bio, puis à mi cuisson : mini échalotes, un peu de sel, un peu de poivre, thym et romarin frais. Simple.

PotatoLove1

PotatoLOVE

15 septembre 2012

WANTED: IN/FUSION par ISABELLE

La tisane BIO, avant, c’était pas glamour du tout. Maintenant on boit IN/FUSION, quatre mélanges citadins intitulés « Paris », « Berlin », « L.A. » et « London ». Quatre cocktails de fruits/tisanes surprenants et divinement bons, en plus d’être beaux, bio, emballés recyclable et même locaux (France) pour certains ingrédients. Ironie du sort je n’ai pas encore goûté L.A. qui est sans nul doute délicieux.
C’est tout nouveau, on les trouve dans les meilleurs endroits (wink wink appuyé) de Paris.

www.facebook.com/infusion

boisson-in-fusion-bio_1

tisane-in-fusion-bio-natural-tisane-for-urban-living

2 juillet 2012

EAT YOUR VEGGIES par ISABELLE

Depuis le temps qu’on rabâche que manger des légumes est moins impactant sur la planète et meilleur pour la santé, on en déduit que si on joue avec la nourriture, autant qu’elle soit végétale. Expérimentation photographique de Dan Cretu. Mention spéciale pour le vélo, of course.

dan-cretu-fruit-camera

dan-cretu-seeds-football

dan-cretu-fruits-camera

dan-cretu-pepper-veggies-motorbike

dan-cretu-bicycle-oranges

12 avril 2012

EAT DIFFERENT par ISABELLE

Fact : la plus grosse source de pollution dans le monde est, Mesdames et Messieurs, la production et l’acheminement des denrées alimentaires. J’aborde le sujet ici, dans un ton plus GRRRR que SMILE, mais auquel je pense depuis longtemps. En fait, ça a commencé par un commentaire que j’avais fait à propos d’un post sur un article signé Marie Sigaud du NouvelObs supprimé pour cause de tollé. Suite à quoi j’ai reçu quelques mails désapprobateurs. J’ai oublié ce que j’avais écrit mais j’avais promis de m’expliquer plus clairement, voici donc le fond de ma pensée. Je tiens à préciser 1/ que je ne me permettrai pas, ici, de disserter sur les désordres alimentaires liés à des raisons psychologiques, mais uniquement à propos du lien entre industrialisation de l’alimentation et surpoids ; 2/ qu’il s’agit d’une opinion tout à fait personnelle qui n’engage que moi.

Ce fameux article serait sans doute passé inaperçu 1/ s’il n’était pas au cœur d’un cyclone médiatique récurrent, 2/ s’il avait été à propos d’une maigre. Bien évidemment, je suis contre toute discrimination sociale, raciale, sexuelle, et physique. Je trouve tout à fait normal de filmer une fille grosse (belle) dans une publicité pour vêtements grandes tailles. Le texte de Marie Sigaud est maladroit et odieux, mais il contient une certaine dose de second degré comme l’admet sa rédactrice. Surtout, le plus important est ailleurs : elle dénonce la volonté de certains média actuels de présenter la taille 42 ou plus comme une norme.
D’autre part, il se trouve que PRESQUE TOUS LES JOURS je lis ou entends des propos discriminants envers les maigres « mannequins anorexiques, horribles, etc » dont personne ne s’offusque. Aurait-on le droit de calomnier les maigres, mais pas les grosses ? De toute évidence le sujet est touchy.

Nous grossissons, c’est un fait. Ce n’est pas moi qui le dis, ce sont des statistiques. Un tiers de Français en surpoids, 10% d’obèses. Un tiers d’Américains obèses. Le poids moyen augmente, tandis que l’espérance de vie baisse aux Etats-Unis.

Or, l’idéal de beauté ne suit pas ce chemin. Bien au contraire, il se démarque de cette « norme de masse ». Les hommes préféraient-ils les grosses en 1485 ? Disons que jusqu’au milieu du XXème siècle, il valait mieux se situer parmi les populations qui mangeaient à leur faim. Il fallait avoir le ventre rond et la peau pâle (à l’époque, les Bronzés, c’étaient ceux qui travaillaient aux champs). La tendance est maintenant inversée : les pauvres, en général, ont davantage de chances d’être gros, en plus d’avoir mauvaise mine en hiver.

Qu’est-ce qu’un idéal de beauté ? L’Italienne Anna Utopia Giordano a retouché certains tableaux classiques, en les mettant aux normes XXIème siècle :

VÉNUS AVANT :
Botticelli-la-nascita-di-Venere_1

VÉNUS MAINTENANT :
Botticelli-la-nascita-di-Venere_2

VÉNUS ET CUPIDON DE VELASQUEZ, AVANT/MAINTENANT :
Velazquez-Venere-e-Cupido-venus-et-cupidon

L’idéal de beauté change à travers les âges car, comme son nom l’indique, il n’est pas la réalité, mais la représentation d’une esthétique fantasmée, qui exagère certaines caractéristiques. Cet idéal, qui se trouvait autrefois dans un corps rebondissant de jeunesse et d’abondance, est transposé aujourd’hui dans un corps gracile et fluet.

Une image du corps féminin qui eut rebuté un esthète de la renaissance nous fait maintenant rêver, et donne envie. Les marques l’ont bien compris, et si parfois elles transgressent certains codes, c’est pour mieux retomber sur leurs pieds. Si les mannequins sont choisi(e)s de plus en plus minces et androgynes, c’est sans doute pour répondre aux critères esthétiques d’une extrême jeunesse (ce qui est plus choquant, d’ailleurs), délicatesse, fragilité, plus que d’une extrême maigreur.

La controverse aujourd’hui revient sans cesse sur l’influence négative qu’auraient média et images publicitaires, à cause d’un trop grand décalage avec la réalité. Simple. Croyez-vous qu’une industrie qui dépense des fortunes pour vendre un produit se risquerait à rebuter le moindre consommateur potentiel ? La publicité est là pour nous faire rêver, pas pour décrire la réalité, et ne fait que donner au public ce qu’il réclame. Ce qui soulève la sempiternelle question des retouches. A ce propos, suite au scandale lié à cette publicité H&M, qui montre une tête de mannequin ultra retouchée collée à un corps totalement modélisé, la ministre suédoise des Sports et de la Culture s’est carrément énervée contre les marques qui font la promotion de la «beauté déformée». Oui, et lorsque René Gruau dessinait des lèvres écarlates perchées sur un cou de girafe, c’était la réalité peut-être ?

2012-LA RÉALITÉ AUGMENTÉE SELON H&M/1949-LA RÉALITÉ AUGMENTÉE SELON GRUAU
H-M-mannequins-virtuels

À mon humble avis, H&M a utilisé les modèles virtuels pour économiser du budget, pas pour montrer un corps idéal… Le résultat n’est pas très très joli.

Tiens, au passage, les publicités ou séries de mode mettant en scène des mannequins grandes tailles SONT AUTANT RETOUCHÉES QUE LES AUTRES.

Pendant ce temps, l’industrie agro-alimentaire se gave. Pour la presse ou les blogs, il est plus facile de crucifier Kate Moss et Karl Lagerfeld que d’aller voir le fond du problème. Pendant qu’on papote sur les Photoshop disasters, qu’on fait évoluer les normes de tailles de vêtements -un jour on nagera toutes dans du 36-, on n’informe personne sur les dangers d’une alimentation qui génère certes des profits colossaux, mais qui est la source de déséquilibres nutritionnels encore plus énormes. Bref, on laisse bien tranquilles les multinationales de l’agro-alimentaire.

Fact : la part du budget des ménages dédiée à l’alimentation diminue. On trouve ça normal de payer moins qu’une bouchée de pain pour un repas entier, il y a une dépréciation de la valeur de la nourriture, en même temps qu’une dépréciation de la valeur qu’on lui accorde, et une perte de qualité. Parce que c’est périssable, on trouve toujours que c’est trop cher.

En même temps le nombre d’exploitations agricoles en France diminue, et leurs revenus deviennent ridicules. Je ne fais pas une révélation en parlant de la baisse des marges et des profits supportée par les petites exploitations, au profit des groupes de grande distribution.

Notre alimentation, même au restaurant, est de moins en moins « home made ». Les « restaurateurs » commandent leurs desserts ou accompagnements à la pelle, et personne ne s’en plaint. Les plats préparés font fureur, une amie Italienne m’a dit qu’elle avait déjà vu des œufs au plat cuits surgelés, je n’en ai pas retrouvé la trace, mais ce serait quand même un truc dingue.

Et notre attitude face à la nourriture s’en ressent. Nous ne voulons plus consacrer ni temps ni argent, à une activité dont la valeur se déprécie. Cuisiner un bon dîner, quelle perte de temps… J’ai entendu plein de fois « si je n’achetais pas de plats préparés je n’aurais plus de temps pour mes enfants ». Mais putain c’est exactement dans la cuisine, et à table qu’on doit passer du temps avec ses enfants, transmettre cette culture millénaire qui nous apporte la vie ! Le goût pour les bonnes choses aussi bien que le goût pour les belles choses ! Parce que la nourriture, c’est de l’AMOUR !

J’entends dire que le bio coûte cher. Bullshit ! On ne consomme pas les mêmes produits en bio. Encore une fois, question d’information et éducation.

Et on ne se rend plus compte de ce qui est « sain » ou non,  j’ai entendu récemment : « hier soir j’ai mangé sain, des épinards surgelés en sachet plastique réchauffés au micro-ondes ».

Notre choix s’est réduit à : culpabilité ou frustration ? L’alimentation industrielle ne répond pas du tout aux besoins de notre organisme. On a pris l’habitude de compter en AJR (quelle invention conne) des vitamines, glucides, lipides, minéraux, calories. Tout en oubliant que nous avons besoin d’ingurgiter des enzymes, des micro-organismes, et j’en passe, que vous ne trouverez JAMAIS dans un sachet plastique surgelé.

Pour remédier à ça, nous avons la solution régime. La plus horrible des frustrations. On compte à la calorie près, il faut souffrir pour être belle, et dès l’adolescence s’il vous plait. Avec un budget de quelques milliards d’Euros pour cette nouvelle industrie, qui comble alors son propre vide, à coup de produits ultra raffinés, suremballés, dénués de toute qualité gustative et PAS DU TOUT ADAPTÉS à long terme.

Notre corps est complètement à l’ouest. L’alimentation a évolué en moins de temps qu’il faut à nos organismes pour s’y acclimater. Notre système digestif devient paresseux, nous perdons nos instincts, nous utilisons moins nos sens pour choisir ce qui est bon pour nous, nos goûts sont tout autant uniformisés que les choix qui nous sont proposés. Notre faculté de goûter est anesthésiée par des exhausteurs à gros sabots, des produits ultra raffinés, une overdose de sel, et de sucre, aliment très addictif. Nous savons encore -à peu près- discerner la faim, ou la soif, mais pour le reste nos instincts sont désorientés.

On nous impose des conseils débiles pour maigrir le plus rapidement possible, nous essayons de plier notre corps à notre volonté. Mais NOTRE CORPS N’EST PAS UNE MACHINE, on ne peut pas lui infliger ces supplices, il ne peut pas tenir le choc de suralimentation en désalimentation brutales, quelle violence !

Les conséquences en matière d’environnement sont directes, mais nous n’en avons pas conscience. Voici un petit exemple : depuis 1999 la société Coca Cola exploite les ressources en eau de l’Inde et cette histoire n’est en fait pas terminée. Attention ça risque de vous couper l’appétit.

Ceci est une goutte d’eau dans la mer des scandales écologiques. Il y a aussi les souffrances infligées aux animaux, les millions de tonnes de plastique, enfin je ne vais pas tout énumérer ici, ce serait long et vous mettrait le moral par terre.

Retrouver une alimentation « normale » est complexe, mais possible. Oui, bien manger nécessite une dose de réflexion conséquente et même une désintoxication. C’est sans doute pour cela que les riches sont plus minces que les pauvres dans les sociétés occidentales. Moins pour une raison de pouvoir d’achat que d’éducation et information.

Manger sain ça s’apprend, et le plus tôt est le mieux (on va dire à la naissance). On peut apprendre (réapprendre) les goûts subtils, prendre un plaisir immense à se rassasier, sans jamais penser à son poids. Simplement en mangeant des choses délicieuses et fraîches, nous contentons non seulement nos estomacs, mais aussi nos sens. Nous nous emplissons d’ingrédients tout cons, accessibles, mais extrêmement nutritifs. Nous pouvons reconnecter notre corps et notre esprit, nos sens.

Comment manger « sain » ? C’est plus facile de l’écrire que de le faire, mais je vous assure c’est possible sans changer radicalement de vie. On peut commencer par virer le budget/temps passé dans les crèmes amincissantes et les compléments dégueulasses, puis s’informer un peu. Le sujet « food&drink » est souvent abordé sur ce blog, suivez le lien vous trouverez des conseils, mais globalement, il s’agit de consommer, dans la mesure du possible : végétal, local, frais, biologique, non procédé, de saison, non soumis à des températures extrêmes (surgelé+micro-ondes= au secours). Sans avoir peur des écarts ou de faire de temps en temps de gros excès. Parce que les excès, quand même, on aime bien.

En conclusion, je voudrais dire que, bien sûr, on n’a pas le droit de discriminer les personnes sur leur physique, qu’elles soient grosses ou maigres.
Mais on n’a pas le droit, non plus, de vulgariser le surpoids, on n’a pas le droit de dire que c’est normal d’être gros. Mal manger est dangereux pour la santé et pour la planète, ça ce n’est pas moi qui le dis, ce sont les études scientifiques objectives. Mal manger peut entrainer des conséquences graves sur des populations défavorisées. Mal manger n’est pas qu’une question d’idéal de beauté, il s’agit d’un problème éthique extrêmement important. Les consommateurs ne sont pas que des victimes, personne ne les force et ils sont responsables de ce qu’ils achètent.

Et en bonus, pour se remettre de ce looooong post bien déprimant, voici « Léda et le Cygne », tableau de François Boucher (1740, date à laquelle les bonnasses étaient grosses, donc), dans lequel Leda taille du 42 au niveau des fesses, et au maximum du 34 au niveau des chevilles. Beauté idéalisée, fantasmée, totalement irréelle, et érotisme à son paroxysme. En vrai cette femme ne pourrait pas exister, en vrai nous ne faisons pas l’amour avec des animaux, ce qui ne nous empêche pas de trouver le tableau magnifique.

D’ailleurs, à propos d’érotisme… mal manger, c’est pas terrible pour le sexe.  Alors, be yourself, eat good old food, make love and be happy. Le reste, on s’en fout.

leda_et-le-cygne-francois-boucher_1740

2 avril 2012

MY OWN PRIVATE ENERGY DRINK par ISABELLE

Le dimanche, j’aime bien courir au bord de l’eau. Ce qui nécessite une certaine dose d’hydratation, sinon ça peut faire très mal… Je teste depuis quelques semaines un energy drink home made 100% naturel, et apparemment très efficace, mille fois meilleur que les boissons industrielles fluorescentes, et mieux que l’eau toute seule qui n’est pas isotonique.

Recette : mettre le jus d’une orange pressée, une grosse pincée de sel de mer non raffiné, une grosse cuillerée à soupe de miel dans une bouteille isotherme, rajouter de l’eau filtrée à votre convenance, bien mélanger, c’est prêt.

isotonic

PHOTO :

Bouteille basique en aluminium de chez Muji, miel de France (sachant que les petites abeilles ne mettent que des bons produits dans leur miel, sans les pesticides, il vaut mieux acheter du miel local non bio que du miel bio qui vient de l’autre bout du monde). Nan je ne fais pas la collection de pénis de gorilles dans du formol, les trucs bizarres dans la carafe sont des charbons purificateurs d’eau Sort of Coal. No plastic, by the way.

2 novembre 2011

TWENTY PEAS, YES PLEASE par TIFFANY

20Peas-0200

Last week I went to Twenty Peas’ opening celebration. Lucky, lucky me. I heaped as much of what they were offering onto my plate, and greedily ate delicious butternut squash tart, soy bean sprout salad, roasted vegetables, and later a creamy celery and cauliflower soup. After I was done thinking about how good that butternut squash tart was, I attacked the pastry table which included multiple French toast squares and housemade Pim’s. The best was the little bag of mini financiers and jar of mini jam that were tucked in my pocket as a parting gift (which I happily devoured le lendemain matin).

20Peas-0196

This good food is actually good food : fresh products that reflect the season, cheese from Neal’s Yard, wine from La Contre Etiquette. It all changes daily, and I can’t wait to go back to see what they’ll cook up next. Oh, and it’s the cutest place on earth.

Twenty Peas*

59, rue des Mathurins – 75008

(images courtesy of Léa et Irina)

5 juillet 2011

WHAT IS THE ACCEPTABLE PERCENTAGE OF CRUELTY TO ANIMALS ? par ISABELLE

Lately I took part in many conversations about what we should eat or wear, and how much cruelty to animals is bearable. It started with the lovely Barbara, who has been a convinced vegetarian since her childhood. When I told her I attended a Corrida, and actually liked it, she was horrified.
I totally understand your feelings, Barbara!

I also talked a little bit with Jeremy, happy owner of Sultan, a fabulous brand of menswear. He pretends he is not eco conscious, but I can tell you his collections are! The 100% made in France collaboration with Paraboots is amazing, I’ll mention it in an upcoming post. I loved the look of the shoes with seal fur, but I could NEVER wear them, because of the feeling a cute animal of an endangered species has been murdered so that my feet will look cool. When I told him, he answered his company only kill bad seals and let the good seals live. Ha ha ha, I sure believe that!

There’s also this article from the Fearless Blog, that I really appreciated. They say you don’t have to put labels on people, like, if you’re a vegetarian you’re supposed to act some way, whereas if you eat meat you’re a bad bad bad killer.

For my part I was raised in the countryside, where people grow animals. It sounds weird, when you think about it, to take good care of a Being everyday, and then when you’re hungry you just kill it.
Is this cruelty, or just life ?

Is it a crime to kill for food? I am not a vegetarian but I eat a very low amount of meat, that I choose of good quality and local. I am aware of the tremendous impact red meat has on our planet, and I personally don’t want to be part of that. Meanwhile, I am french and a food lover, and can’t imagine a parisian bistrot without a good steak frites on the menu! We have to keep that tradition, but with local and good quality products, and maybe less quantities. Besides, I suppose there probably should be a program to modernise slaughterhouses to limit the pain.
Also, animals kill each other, don’t they ? And we humans are part of the food chain, right?

Is it a crime to kill because you want to look good? I don’t know, but I would never buy fur or leather from an animal that was raised for this purpose. Yet, I love to wear vintage fur, and leather from animals that were raised for their meat in the first place.

Is it a crime to kill to maintain traditions? I don’t know, but for my part I have the feeling that cruelty is part of nature. I respect ancient traditions that are very close to sacrifices, because sometimes we need to be in contact with death and its symbolic power. Like, corrida represents the symbol of a risky fight for life. Like whaling on a tiny little boat, once in a year, as they used to in the ancient times, at the risk of the sailor’s lives. Confrontation with nature is part of our « human animality ». But using modern equipments to perform a masacre, like they do every year at the whaling in the Faroe Islands, how human is that?

Is it a crime to kill for pleasure? That, I feel, is totally unbearable.

In the end, I would place Nature’s rights above all. And since we’re part of it, we can kill, eat, but not destroy. This is my own private opinion, and I am conscious of my contradictions. Well, life is not in black and white! It’s more like in a technicolor movie. Yes, you can be an eco activist AND wear leather. There is no « 100% » cruel or « 100% » nice, there are only inbetweens!

I would love to get feedback on that matter.

I-HATE-VEGANS-VEGETARIEN-OU-PAS

Photo © www.generalprojects.com

6 juin 2011

MADE IN FRANCE / CHAPTER ONE par ISABELLE

Voici trois nouvelles adresses à Paris, pour se faire plaisir. Accessoirement, consommer local et écolo.

HERITAGE

heritage-paris-velo-sur-mesure

heritage_velo_sur_mesure_paris

Cadre-Heritage-Paris

velo-Heritage-paris

Comme si on devait encore prouver sur ce blog que la bicyclette est le plus chic moyen de transport du monde, je mentionne une nouvelle marque de magnifiques vélos. Lors de l’inauguration chez Centre Commercial, je suis tombée instantanément amoureuse de TOUS les modèles, présentés de façon inattendue, comme de l’art contemporain. Il s’agit de 100% Made in France, à la main, artisanalement, et absolument SUR MESURE. Avec un tel engin, on pédale sans perte d’énergie (celle qui vient des muscles, pas d’un moteur à explosion). Je ne sais plus avec qui nous parlions de la relation très spéciale qu’on a avec son vélo -je suis personnellement très amoureuse du mien-, mais j’imagine qu’avec un « Heritage » ça devient totalement passionnel…

http://www.heritage-paris.com

-

LA BELLE ÉCHOPPE
la-belle-echoppe madeinfrance

Créée par French Trotters et le blog Redingote, cette boutique en ligne ne vend que du « made in France ». Les vêtements, accessoires ou même des produits comme le papier d’Arménie -fabriqué à Montrouge, comme son nom ne l’indique pas- sont choisis pour leur qualité et leur style, que l’on appréciera et chérira d’autant plus qu’ils ont été manufacturés avec amour, et qu’ils n’ont pas parcouru 20 000 km pour arriver jusqu’à nous.

Quand au blog de la Belle Échoppe, il raconte le savoir-faire, la particularité des matériaux et des techniques utilisés, qui font la fameuse « french touch ».

http://labelleechoppe.fr

-

L’EPICERIE GÉNÉRALE

epicerie-generale-paris

epicerie-generale-bio-fromage

epicerie-generale-bio-paris-7eme

Du made in France qui ne se porte pas mais qui se mange, ça existe aussi. Maud Zylnik a fait un petit tour de producteurs 100% tradi, 100% frenchies et 100% bio, a sélectionné le meilleur pour sa nouvelle boutique située dans un quartier pourtant plus bourgeois que bohème ! Il faut dire que les produits n’ont rien à voir avec la « babafood ». J’y ai goûté des charcuteries du Sud-Ouest absolument incroyables, dont du gras de porc tranché finement. Oui c’est bon, et ça s’appelle le LARDO ! L’épicerie regorge de victuailles variées et ultra appétissantes. Même le pain est exceptionnel. Je n’ai pas goûté le fromage, mais il a vraisemblablement conquis Sophie Fontanel, qui tirait la langue devant l’étalage.

La boutique est jolie, Maud a choisi comme emblème la chouette, symbole du combat, pour que les producteurs français existent toujours !

La trouvaille de la maison : le pique-nique à emporter. Tout prêt. La prochaine fois que j’entends dire que c’est compliqué de manger bio à Paris, je m’énerve.

L’épicerie Générale, 43 rue de Verneuil, 75007 Paris /  http://www.epiceriegenerale.fr

-

Pour conclure, je retiendrai la citation d’Edgar Morin qu’Heritage a choisi  comme motto :

« La nouveauté nait toujours dans le retour aux sources ».

-

LIRE TOUS LES POSTS MADE IN FRANCE