Archive pour la catégorie ‘FOOD & DRINK’

27 mars 2011

EAT ! ET RETROUVE MAISON par ISABELLE

J’ai regardé 3 fois l’excellent reportage Notre poison quotidien. Après ça, tous ceux qui ont peur de mourir arrêtent le coca light, les plats préparés et le plastique. Tous ceux qui s’en foutent vont continuer à faire ce qu’ils veulent, de toute façon ils ne sont pas à ça près, et ce n’est pas moi qui vais leur reprocher.
Les risques liés à l’alimentation me font peur, mais j’étais déjà passablement au courant avant de voir le reportage. Ce qui m’a le plus marquée, c’est la séquence à propos des légumes « anti-cancer », qui agissent en préventif et en curatif contre les cellules cancéreuses ! C’est complètement dingue.
En cherchant un peu, je suis tombée sur une liste. Elle inclut aussi des fruits, des épices et des herbes. Mon alimentation, mis à part quelques trucs qui sentent un peu fort aux premiers rangs, est largement calquée dessus. Les aliments déconseillés sont : les laitages (j’aime pas), la viande rouge (pas trop pour moi) et la « processed food » (dégoût total)… J’ai même pas fait exprès ! (Et en fait c’est fait exprès que je n’ai pas fait exprès, c’est la nature, voyez-vous).
Donc voici la liste. Si je meurs d’un cancer avant vous, ce sera vraiment pas de chance.

- choux de Bruxelles,
- brocoli, chou-fleur, choux,
- ail,
- oignon, échalote,
- épinard, cresson,
- soja (fèves de soja),
- graines de lin fraîchement moulues,
- tomates,
- curcuma,
- poivre noir,
- myrtilles, framboises, mûres,
- cranberries
- raisin,
- chocolat noir 70%
- jus d’agrumes
- thé vert (infusé 10 minutes)
- vin rouge (1 verre max par jour),
- algues marines,
- artichaut,
- aubergine,
- avocat,
- basilic et romarin,
- bokchoi (variété de chou chinois),
- câpres,
- céleri,
- cerise,
- clou de girofle,
- épinard,
- fenouil, anis, coriandre,
- gingembre,
- laitue,
- lentilles,
- luzernes,
- mangue,
- orge,
- pamplemousse,
- persil,
- piment chili,
- poire,
- pomme,
- shiitake (variété de champignon japonais),
- son de blé,
- thé noir,
- thym.

Donc, si on suit cette liste, en cru ou peu cuit si possible, en alimentation locale parce que les super pouvoirs des légumes s’amenuisent avec le jetlag, non seulement on sauve la planète, mais on sauve aussi sa peau.

viande rouge repassées 50's style

© introuvable…

La liste est extraite du livre « Les aliments contre le Cancer » de Richard Béliveau et Denis Gingras Trécarré, 2005

30 novembre 2010

C’EST HYPER TROP CLEAN par ISABELLE

Tout a commencé avec un tweet sans intérêt. J’ai une petite tendance à divulguer le contenu de mon panier bio sur twitter, car il faut bien alimenter le flux sinon on perd des followers, ce qui est très difficile à supporter psychologiquement.

Donc, dans ce tweet, j’annonçais que j’avais découvert une jolie petite chenille verte dans une laitue de la même couleur. Nous avons décidé, mon fils et moi, d’élever la chenille. Et là, ON me tweete, « beurk, si tu veux je peux te filer des mites, j’en ai plein ».

D’abord, une jolie chenille qui deviendra papillon, ce n’est pas la même chose qu’une connasse de mite qui a saboté un cachemire et un manteau. Nuance. Ensuite, je ne vois pas pourquoi c’est dégoûtant, une chenille ! Bon, je n’irais pas jusqu’à la manger, mais dans un petit récipient aménagé spécialement à cet effet, elle était trop mignonne sur son lit repas de salade verte. Car je peux vous dire qu’une chenille, ça mange. Et beaucoup, et vite. Et ça QUINTUPLE de volume en 3 jours. Maintenant, elle s’est enfermée dans son cocon, et elle dort.

Laissons-la tranquille et penchons-nous sur cette réaction de dégoût. La salade bio, il faut la laver (ça j’avoue j’ai appris à le faire récemment) avant de la manger. Il y a de la terre dessus, et parfois des petits animaux, et sans doute de nombreuses bactéries. La salade emballée toute prête du supermarché, elle, n’héberge aucun animal. Et aucune bactérie, si ça peut vous rassurer ! Et oui, elle est passée au désinfectant avant d’être emballée. Alors c’est quoi, le plus répugnant, de manger des feuilles de salade nourrie au substrat chimique hors sol, imbibée de chlore, ou une salade qui a poussé dans la VRAIE terre, saupoudrée de petites bactéries -pas du tout nocives bien au contraire- mêlées de résidus de déjections de chenille ?

Pour ma part, l’idée de vivre dans un hôpital aseptisé me dégoûte. J’ai choisi la bave de chenille. Slurp.

-

*** La petite chenille, « noctuelle » de son nom scientifique, fait également beaucoup caca, et c’est pour ça qu’on lave quand même la salade. Et aussi, pour éviter que ça (la terre, la vraie) croustille sous la dent.

petite-chenille-de-salade

-

26 octobre 2010

ALTER ECO @ COOKLETTE par ISABELLE

Ma nullitude en cuisine commence à s’inquiéter. Après les conseils de Louis, le dîner Earth Hour, le déjeuner Earth Lunch, voici Cooklette, la séance de cuisine très créative donnée au Water Bar chez Colette un vendredi par mois.

Nous y avons appris à faire des pâtes à tartiner avec Rachel Khoo, qui cuisine sérieusement, mais avec le sourire et un joli accent british. En utilisant, entre autres, du chocolat de chez Alter Eco. Le « Alter » est bien sûr très louable, mais c’est surtout le « Eco » qui m’intéresse, comme vous l’aurez compris. Les ÉGOISTES autant que les ALTRUISTES prendront plaisir à manger ces tablettes… mais comment dit-on « ça déchire sa race » en français correct ?

Au menu : pâte à tartiner au chocolat noir, pâte à tartiner au chocolat blanc avec de la noix de Tonka -une épice au goût dément-, pâte à tartiner au citron -lemon curd en V.O.- , et pâte à tartiner au saumon -sans chocolat, le saumon-. Bien sûr c’est plus long à préparer que de chopper un pot sur un rayon de supermarché mais ce temps n’est pas perdu, puisqu’on s’amuse.

Surtout, on sait ce qu’il y a dedans : des additifs en moins, du goût en plus. J’ai toujours l’impression que les conservateurs préservent très bien la « processed food », mais ne préservent pas du tout ceux qui la mangent, au contraire. J’imagine que si le vieillissement était inversement proportionnel à la conservation des happy meal « immortalisés » ici , ça pourrait être spectaculaire.

Mc Do, pourquoi pas, mais ça ne tient pas la route comparé à la « home junk AND healthy food ». Junk pour la régression, Healthy pour les ingrédients. Et pas besoin d’avoir fait ses classes chez Pierre Gagnaire pour fabriquer sa pâte à tartiner : c’est d’une simplicité enfantine.

D’ailleurs nous étions un peu comme des kids à tripoter du beurre et du chocolat, à cette Cooklette-:

_cooklette-colette

_MG_1782

_alter-eco-cooklette

_cooklette_rachel-khoo

_cooklette-gouter

Les recettes sont tirées du livre de Rachel Khoo « Je fais mes pâtes à tartiner ».
Et ça, c’est moi qui l’ai fait.

_cooklette-isabelle
Photos © Colette

22 octobre 2010

PAS COMPLETEMENT BLANC par CELINA

Harrys mie blanc complet

Je suis tombée sur un pain de mie, dans un rayon du supermarché au nom évocateur: Le « BlanComplet » de chez Harry’s.

Forcément, un pain de mie blanc ET complet, ça m’intrigue. A part le côté très marketing, en quoi cela consiste? Je regarde les ingrédients. Il s’agit d’un pain de mie blanc « comme il faut », c’est-à-dire dénué de tout intérêt nutritionnel. Pour revendiquer les bénéfices du ‘pain complet’, du son et des fibres ont été ajoutés!

Je ne sais pas ce que peut penser un consommateur en achetant ce produit… Personnellement, je me demande où passe le bon sens lorsqu’on en vient à fabriquer des produits travaillés à ce point. Pourquoi ne pas manger de pain complet? C’est déjà assez incroyable de créer un pain de mie qui résulte de multiples procédés industriels, mais en arriver à ajouter des ingrédients à valeur nutritionnelle… alors que ceux-ci étaient présents initialement dans la matière première, quel non-sens!

Bien sûr les marketers s’en donnent à coeur joie… mais « enlever pour rajouter », c’est vraiment aberrant! C’est surtout une façon de prendre les consommateurs pour des idiots…

4 octobre 2010

SLOW TEA par ISABELLE

Un téléphone à un euro, des couverts en plastique, des gobelets ou des mini bouteilles, des canettes, des lingettes jetables, des serviettes de table en papier, des échantillons cosmétiques, un sachet de thé… nous avons pris l’habitude de prendre pour « donné » ce qui est gratuit ou presque.

Parce qu’il n’y a pas d’incidence sur notre pouvoir d’achat nous imaginons que nous pouvons user et abuser à l’infini de tous ces trucs et habitudes qui ont plombé notre quotidien de déchets énormes. On croit gagner beaucoup de temps, mais comment peut-on se laisser avoir par des petits procédés industriels gadgets… Ces tout petits « avantages » ont en réalité une GRANDE CONTREPARTIE négative sur la balance écolo.

Le thé emballé en sachets individuels pré-dosés est-il réellement plus pratique ? Pour ma part je trouve ça moche et dégueulasse. J’aime tout simplement le BON thé BIEN infusé, à la BONNE température, dans une vraie BELLE théière. L’avenir, ou la modernité, ce n’est pas forcément du jetable. C’est certainement du beau, du bon, du durable, et du simple.

D’ailleurs, il vaut mieux se méfier des emballages « ouverture facile »… Vous aussi, vous avez remarqué ?

Meret Oppenheim / « Déjeuner en fourrure » / 1936

MERET-OPPENHEIM-TEA

30 septembre 2010

EARTH LUNCH HOUR par ISABELLE

October 6th, lunch hour, from noon to 2 PM Paris time, save the date !

We usually eat lunch without a second thought. The LUNCH HOUR is an international event that shows how to be environmentally friendly, from choice of ingredients to resourcefulness in cooking and clearing up. It shows the lunch hour of people all around the planet, from east to west, following the time differences and through live video streaming. Our parisian team will cook in front of the camera, with organic ingredients and sustainable recipes. THIS IS GOING TO BE A LIVE EVENT !

We will cook in front of you, explain our recipes, and once we’re done with preparing the meal, we will taste our food. Let’s hope it’s delicious.

Our team : Lucie from Miamlulumiam, Tiffany from Tifamade, Wai-Ming from mrlung.com, and I, Isabelle. It will take place in my own kitchen.

We will try to make it fun !

Tt’s easy to watch : the streaming is casted all around the world on many websites including Smile and Save the Planet -see below-, as well as on ustream.
Join us !

www.earthlunchhour.net, with the support of the Ecoideasnet website for spreading eco-friendly ideas, including eco-friendly recipes.

THE LIVE STREAMING WILL BE BROADCASTED HERE / CLIC TO VIEW !

-

……………………………………………………………………………………………………………………

EARTH LUNCH HOUR est un événement mondial, qui suit l’heure du déjeuner tout autour de la planète en fonction du décalage horaire. Il sera retransmis en direct ci-dessus ainsi que sur www.earthlunchhour.net.

L’équipe parisienne est composée de 4 amoureux du fooding : Lucie du blog Miamlulumiam, Tiffany du blog Tifamade, Wai-Ming du blog mrlung.com, et moi, Isabelle. Ce sera dans ma propre cuisine…

Nous préparerons le repas en direct, devant vous, essaierons des recettes et des ingrédients les plus écologiques possible, puis nous dégusterons notre repas devant vous. En espérant que c’est bon… Miam

Rendez-vous mercredi 6 octobre entre 12h et 14h, soyez devant votre écran, nous serons à nos casseroles !

28 août 2010

RAW par ISABELLE

Le raw-foodism est un mouvement, une philosophie de vie, qui propose de manger les aliments crus. Dans le but de diminuer la consommation d’énergie -moins de gaz ou électricité-, et surtout parce que la cuisson tue une grande partie des nutriments. Les études scientifiques montrent que notre darwinienne faculté d’adaptation n’a pas suivi le rythme effréné imposé par l’industrie alimentaire. On préconnise le retour au régime paléolithique.

Donc, tout cru. L’homme préhistorique avait sans doute une forme olympique et pas un poil de graisse, mais son espérance de vie ne dépassait guère les 30 ans, si je ne m’abuse. Et si ça se trouve son système digestif ressemblait à un tambour de machine à laver…
Dubitative, mais tellement curieuse, j’essaie d’imaginer un dîner 100% RAW. Je pensais que ce serait enfantin, en réalité certaines manipulations sont longues et… un peu compliquées.

Nos cuisines sont équipées pour une cuisson à haute température -violente, oui-, il faut donc un appareil spécial pour cuisiner les céréales à très basses températures : un déshydratateur que je n’ai aucune envie d’acquérir, de la même façon que je n’ai pas envie de cuisiner 3 heures par jour. Entre le surgelé/micro-ondes et le puriste à fond RAW il doit bien y avoir un petit espace dans lequel je vais me glisser.

J’ai fait au plus simple. Voici quelques recettes que j’ai inventées, en fonction des ingrédients que m’a proposés Louis et de l’inspiration du moment. J’ai imaginé un repas le plus « unprocessed » possible, sans crise de nerfs aux fourneaux. Utilisez votre flair pour les quantités. Surtout, n’oubliez pas de mettre de la musique un peu fort, et de placer un verre de vin à proximité du plan de travail.

Chou au vinaigre de cidre / CRU
Un chou blanc ou un chou pointu émincé en toutes fines tranches, un oignon nouveau micro-émincé, du vinaigre de cidre, du vinaigre balsamique, quelques raisins secs, du poivre, du sel, de l’huile d’olive.
Bien mélanger.

Courgettes aux herbes / CRU, à servir très frais
Râper grossièrement 3 petites courgettes bien fraîches (ce qui veut dire qu’elles sont dures et turgescentes car elles n’ont pas traîné une semaine dans le frigo). Réunir 3 feuilles de basilic, 3 feuilles de menthe, un peu de thym frais, les superposer sur une planche, les émincer avec un couteau tranchant, en fines lamelles. En les coupant tous ensemble vous ne faites l’opération qu’une seule fois, c’est déjà très fatigant de râper toutes ces courgettes.

Ajouter le jus d’un demi citron, de l’huile d’olive, du poivre noir en moulin, du sel fin, mélanger, c’est prêt. En attendant le dîner, mettre au frigo. Le plat se conserve un jour maximum.

Betteraves rouges au gingembre / Un peu cuit
La base : cuisine au beurre demi-sel + betteraves CRUES râpées + gingembre frais en tout petits dés (possible surgelé, ça existe mais c’est moins bon) + un peu de sauce soja + vinaigre balsamique + soit ail soit oignon, soit les deux (les oignons frais sont top, avec leurs fanes).
Si vous avez les fanes des betteraves, coupez les en petits morceaux et ajoutez-les. Dans ce cas ne mettez pas les fanes des oignons frais, c’est soit l’un soit l’autre.
Cuire pendant une demi-heure à feu très doux.

Saumon mariné / Classique, et CRU.
Du saumon frais, bio s’il vient d’élevage. Tranchez-le finement. Arrosez de citron vert, d’un peu de vinaigre balsamique, d’un peu d’huile d’olive. Pour les épices, j’aime bien mettre du thym TRÈS frais, du sel, du poivre, et des petits brins de fenouil, vous savez les petites barbichettes vertes, au goût anisé.
Laissez mariner 2h minimum au réfrigérateur.

Semoule Kamut / Un peu cuit / Matériel ultra basique : un saladier, une bouilloire, c’est tout.
Achetez de la semoule de couscous Kamut (une variété de blé ancienne, beaucoup plus digeste que les blés hybrides actuels très chargés en gluten). Dans un saladier, versez la quantité voulue. Par dessus, disposez de petits morceaux de beurre salé. Vous pouvez aussi mettre des raisins secs et des pignons de pin. Recouvrez d’eau bouillante. Lorsque la semoule a gonflé, égrenez-la à la fourchette de façon à bien aérer et mélanger le beurre.

Dessert « Muaka ». / Pas vraiment CRU mais pas besoin de four.
A feu très très doux, mélanger une demi tablette de chocolat au lait, un peu de sucre, une tranche de beurre salé, avec des pépites de cacao brut (cocoa nibs, j’aime bien le nom anglais. Je crois qu’on trouve ça dans les magasins bios).
Pendant que ça fond, on émiette au pilon deux ou trois biscuits « petits beurre » bio, qu’on dispose au fond de petites verrines. Puis on verse le mélange beurre/chocolats par dessus. On laisse refroidir, puis on met au frigo au moins 1/2 h. Recette co-inventée avec mon fils, qui l’a nommé « Muaka ».

Bon appétit.

http://www.cookitraw.org

Pour ceux que cuisiner rebute, un restaurant a ouvert à Paris : CRU. Je ne sais pas ce qu’il vaut. Avez-vous essayé ?

26 août 2010

BOXSAL : URBAN PICNIC par ISABELLE

Ce set permet d’emporter son home made picnic sans avoir recours aux emballages plastifiés de supermarché. Il est RÉUTILISABLE, RECYCLABLE, COMPOSTABLE. Et BEAU. No plastic.

On peut le commander sur www.boxsal.com ; $35 + shipping, ce qui veut dire que le bilan CO2 de l’expédition n’est pas gratuit, lui non plus.

boxsal_urban_3

boxsal_todaysdate_2

boxsal_urban_5

boxsal_urban_8

boxsal_urban_6

boxsal_urban_1

boxsal_todaysdate_9

boxsal_urban_2

boxsal_office_8

12 août 2010

FAST FOOD REALITY par ISABELLE

The ad versus the reality. For my part I never have that kind of food but it’s nice to make a little fun of it. Yummy, huh ?

-

Mac Donald’s Big Mac
fast-food-junk-food_mc-donalds

-

Wendy’s

fast-food-junk-food_2

-

Burger King
fast-food-junk-food_burger-ing

-

Subway
fast-food-junk-food_Subway

-

McDonald’s Sausage Breakfast Burrito
fast-food-junk-food_1

Source : http://www.thewvsr.com

Thanks IB.

22 juillet 2010

GUIDE FOURSQUARE DES RESTAURANTS GREEN par ISABELLE

N’ayons peur de rien, mélangeons bio et techno. Après mon Guide Foursquare du Vintage, voici son pendant version restaurants. Ce choix est absolument subjectif, en fonction de mes goûts qui sont parfois décrits comme un peu bizarres.
Come on, Foursquare users, go green, eat local and organic !

A LONDRES : MILDRED’S
C’est ici même que j’ai avalé le meilleur potage tomate/coco de ma vie.
Petit clin d’oeil privé à mon amie qui se reconnaitra.
here

A NEW YORK : IL BUCO
Il Buco a fait son « trou » depuis longtemps lower east side. J’aimais vraiment y aller, même avant que les légumes passent bio, les ingrédients étaient très bien choisis. Maintenant le chef fait son marché organic et local de Union Square, mmmmmmh.
here

BOB’S KITCHEN
Ma cantine du midi. Pas 100% bio mais 100% végétarien. Je n’ai jamais été déçue par les veggie stews, qui changent tous les jours selon l’inspiration, indien, italien, thaï… Basique pas cher et super bon. Le thé au gingembre est servi à volonté, je l’adore.
ici

TWINKIE
Un OVNI à Paris. Dans le quartier piéton Montorgueil/St Denis, une terrasse ensoleillée. On peut y aller dès potron minet pour un grand petit déjeuner, le week-end pour un brunch, le midi pour une assiette, l’après-midi pour un goûter. L’équipe est cool, le lieu est beau, les ingrédients bio en majorité et en tout cas d’excellente qualité, notamment les jus de fruits pressés. Le meilleur pomme/carotte de Paris est chez Twinkie.
L’endroit est assez proche de Smile and save the planet, mais je me suis fait piquer mon mayorship. Zut.
ici

ROSE BAKERY
100% bio, vraiment green. C’est bon mais un peu cher.
Si on veut une place sans trop attendre mieux vaut aller dans le 9ème.
ici
et ici

SOYA
L’espace tout simple ressemble un peu à un loft, on s’y sent bien, les plats ont un petit goût new age aux influences asiatiques, l’ambiance est un peu sérieuse mais sympathique.
ici

COCOKOOK
Chez Smile on aime beaucoup Cococook qui nous avait régalés de cakes lors de notre Blitz Bingo. C’est simple, bio, et bon. Je n’ai pas encore testé le nouvel endroit rive gauche, avec parait-il une terrasse. Bio + terrasse, vite allons-y.
ici

BIOBOA
À l’époque où tous les restaurants bio de paris arboraient des nappes fleuries aux couleurs improbables, Bioboa s’est installé dans un décor « contemporain ». Pour ma part je trouve le lieu un peu aseptisé/cantoche, mais ça reste 1000 fois mieux que n’importe quel « fast salad bar ».
ici

LE PAIN QUOTIDIEN
J’y aime les soupes en hiver et les salades en été, mais c’est surtout ma boulangerie préférée. La baguette ou le pain au froment, c’est du miam pur. Les brunchs sont intéressants mais j’ai encore du mal avec les grandes tables alimentées des conversations de touristes.
ici
-
SUPERNATURE
Je ne l’ai pas encore testé mais je vous garantis qu’on peut faire confiance à Mr Lung.

ici

LE COMPTOIR
Un restaurant/bar tout neuf, très « friendly ». Thomas, notre grand green guru, y a ses quartiers. L’assiette n’est pas 100% bio mais est un bon compromis pour que les prix restent corrects. J’aime bien que les plats correspondent à une vraie culture culinaire traditionnelle, versus certains mix « hippie » pas toujours réussis.
Au printemps 2011, si tout va bien, la terrasse déjà très agréable donnera directement sur la première partie rénovée du parc des Halles. Petit air frais dans les cheveux, vue sur la végétation. Mmmh
ici

le-comptoir-rue-berger-restaurant-bio

21 mai 2010

DAVID LYNCH’S ORGANIC COFFEE par ISABELLE

« Everyday, once a day, give yourself a present. Two cups of good, black hot coffee. Like this. »

David Lynch aime indiscutablement le café, jusqu’à en vendre sur son site www.davidlynch.com -au design très Lynchien et léché-.

Les bénéfices sont reversés à la David Lynch Foundation, pour aider les enfants en Colombie, et les cafés sélectionnés sont tous BIOLOGIQUES. « You, know, this is… excuse me… a damn fine cup of coffee. »

26 avril 2010

CHOC, REVELATION… OU EVIDENCE? par CELINA

Ca y est, je suis enfin allée voir le dernier film de Coline Serreau, « Solutions locales pour un désordre global » (http://www.solutionslocales-lefilm.com/). « Les films d’alertes et catastrophistes ont été tournés, ils ont eu leur utilité, mais maintenant il faut montrer qu’il existe des solutions, faire entendre les réflexions des paysans, des philosophes et économistes qui, tout en expliquant pourquoi notre modèle de société s’est embourbé dans la crise écologique, financière et politique que nous connaissons, inventent et expérimentent des alternatives. » nous dit Coline Serreau.

Trois années ont été nécessaires pour interviewer des acteurs du monde entier : Pierre Rabhi, Claude et Lydia Bourguignon, des paysans du Mouvement Sans Terre au Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets, ex-dirigeant d’un kolkhoze en Ukraine… ils résistent à tout ce que la « Révolution (dite) Verte » à entraîné, car ils aiment leur terre, car ils ont compris que c’est en la protégeant que l’Homme pourra continuer à vivre de ce qu’elle lui apporte.

Cette révolution est apparue après la seconde guerre mondiale. L’objectif était de reconstruire, de nourrir. Alors l’agriculture est devenue beaucoup plus intensive. La course à la productivité a été depuis la meilleure raison trouvée pour augmenter le nombre de traitements, « améliorer » les semences, et multiplier les machines utilisées. Ce fut effectivement une révolution dans la pratique, mais le terme de « verte » est ambigu. Ce mot aujourd’hui associé au respect de l’environnement a en fait nommé exactement l’inverse : le résultat est assez accablant au niveau mondial : des terres qui ne produisent que parce qu’elles sont boostées en engrais, qui sont imprégnées de produits chimiques, et donc considérées comme mortes, car peu de vie y demeure encore…

On découvre des pratiques agriculturales qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne. Paradoxalement, on pense que ce sont de nouveaux systèmes de production agricole, mais il s’agit le plus souvent de l’équilibre trouvé entre l’Homme et la Terre, de bon sens, et de bonnes habitudes héritées de nos grand-mères. De nos grand-mères… car si les hommes ont pris en main la « Révolution (dite) Verte » de l’agriculture et de l’élevage, ce sont bien les femmes qui ont souvent été les innovatrices et les garantes de l’héritage cultural. Et ce sont des hommes qui le disent (aussi)! Tout le monde s’accorde d’ailleurs à dire que la terre est bien un élément féminin.

De nombreuses informations qu’il faut connaître pour mieux comprendre notre monde actuel, des actions que nous pouvons faire à tous les niveaux (voir le site du film), des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée : c’est tout cela que l’on retrouve dans « Solutions locales pour un désordre global ». Et puis une très belle fin sur laquelle se clôt le documentaire : les sourires de tous les participants. Smile ! and save the planet…

29 mars 2010

DÎNER AUX VRAIES CHANDELLES par ISABELLE

Petit compte-rendu de l’expérience du dîner EARTH HOUR 2010.

Mon samedi après-midi, agréablement rogné par diverses invitations improvisées, n’a été consacré que modérément aux préparatifs. Difficile aussi de remettre la main à la pâte après une longue abstinence aux fourneaux. Le dernier invité étant néanmoins reparti à 3 heures, ou plutôt 4 heures, puisque nous sommes désormais en été, on peut considérer que ce n’était pas si grave.

Les chandelles : la cire -la vraie- sent véritablement bon, mais fond rapidement et présente d’excellentes propriétés adhésives ! À cours de bougeoirs, j’ai cru bon d’utiliser un vase du designer Arik Lévy. Très bel effet, mais mauvaise idée. Dommage pour le vase, et pour la table qui est désormais contagieusement collante. Je saurai pour la prochaine fois que la cire d’abeille est compatible seulement avec de VRAIS bougeoirs.

Encore pour éviter la paraffine issue de la pétrochimie, j’avais acheté des bougies à l’huile de palme. Leur flamme est belle et dure longtemps, sans couler. Je les ai trouvées chez Lémo, boutique assez sérieuse pour qu’on puisse leur faire confiance quand à l’origine de la matière première qui a tant défrayé la chronique cette semaine. Voyez ici comment Nestlé a répondu à ses détracteurs sur Facebook, c’est un subtil folklore !

Le dîner : contrairement aux challenges qu’on m’a donnés sur twitter (merci ! ) je n’ai pas réussi le 100% bio. Il aurait fallu naviguer de boutique bio en boutique bio et probablement y consacrer la journée. Élaborer un menu n’est pas une mince affaire, et les poissons et viandes sont présents en petites portions dans les magasins spécialisés. Le stock n’aurait pas suffi à nourrir mes 8 convives. Je me suis donc rabattue chez Picard, mais une grand partie du menu étant acheté je n’ai pu changer pour du poulet (bio) plutôt que du saumon (sauvage, seulement). L’ingrédient vainqueur du dîner était  le riz : complet de Camargue de la marque Bongran (chez Lémo). Il est bio, local, et peu emballé : un sac de 1 kg et une étiquette, c’est tout ! Et tellement bon qu’il a fait l’unanimité.

Extinction des feux à 20h35 précises, 5 minutes de retard sur l’horaire officiel. C’est difficile à allumer, toutes ces bougies ! Mais l’effet est vraiment magique, et pour toute la soirée nous n’avions pas du tout besoin d’électricité.

Sauf, tout de même, pour cuire les aliments. La mode du raw foodism commence à me convaincre, mais je préfère le riz quand il est cuit. J’ai fait très attention, cependant, à optimiser la température des plaques électriques de façon à ne pas perdre d’énergie. Chose que je vais appliquer tous les jours désormais, d’autant que les qualités nutritives ne supportent pas les très hautes températures.

Le but du WWF est de peser sur les décisions gouvernementales en matière politique énergétique. La session 2010 du Earth Hour a eu un large succès, son impact reste encore indéfini. Pour ma part je suggère de ne pas attendre d’hypothétiques décisions gouvernementales et d’essayer, tranquillement chez soi, de ne pas gaspiller l’énergie si précieuse : éteindre les pièces non occupées, mettre un pull quand il fait froid et régler son chauffage, manger mieux, pas trop cuit, plutôt bio, le plus local possible, en bref des gestes tout simples mais ajoutés bout à bout, si tout le monde s’y met, c’est ÉNORME.

Être éco-responsable ce n’est pas s’arrêter de vivre. Pas de dogmatisme, quand on ne réussit pas son 100% bio ce n’est pas grave, et tout le monde peut s’y mettre… N’ayez pas peur !

PS : Je tiens à remercier L, O (ou U ? ), C. (ou L ?) , F-E (ou F ?), W-M, J-F, et A. J’ai passé un TRÈS bon moment.

PPS : Google a aussi fait son Earth Hour.  L’écran noir utilise moins d’énergie. On peut faire son google earth hour tous les jours et toutes les heures de l’année, avec Blackle, recherche Google sur fond noir. Même pas besoin de chandelles : www.blackle.com
Merci J-F :-)  !

Google_Earth_Hour

15 mars 2010

SMILE+PARTY=SAVE THE PLANET at THE BLITZ ! par ISABELLE

Vous aimez jouer ? Vous aimez gagner ? Vous aimez danser ?
Vous aimez voyager et ça plombe votre bilan carbone ? Vous aimez les arbres, les petites fleurs et la nature ? Vous aimez tout simplement la Tequila, et les magnifiques cocktails Blitz ?
Venez sauver la planète avec nous le 23 mars !

smile-at-the-blitz-tequila-bar

-

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20h/22h : BINGO ! Animé par l’incroyable ERICKA KELLER

OPEN BAR BLITZ TEQUILA – Desserts 100% bio par COCOCOOK

Carte de Bingo 20 € = 20 arbres plantés !
avec l’association Planète Urgence. www.planete-urgence.org
Réservation impérative des cartes : smileandsave@me.com

Les heureux gagnants repartiront avec des présents green et précieux :
DOUX ME, LES JEANS NU, MISERICORDIA, ABSOLUTION, SORT OF COAL, présentés dans les sacs BAROCKINES.

partenaires-cadeaux-smile

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

22h/02h : MUSIC !
avec
///CHERRY BIBI
///JANE L’INCANDESCENTE : www.myspace.com/janenan
///POLOCORP : www.myspace.com/polocorp

Un cocktail BLITZ = 1 arbre planté !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

20h/0h : PERFORMANCE
WAITING FOR THE PEAK OIL #1

par Nils Thornander & Mildred Simantov, production THE NICE INSTITUTION

ecologist1
www.theniceinstitution.com/

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Guest list : smileandsave@me.com

Comme and join us ! Be happy, be green !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

le 23 mars 2010 de 20h à 02h

logo-blitz
40, av. Pierre 1er de Serbie
75008 Paris.

Facebook Event

20 février 2010

SORT OF COAL par ISABELLE

sort-of-coal-remember-
Le charbon peut purifier l’eau, l’air, et le corps. La vie, quoi.
Sort Of Coal est une série de produits très noirs et beaux comme des sculptures, fabriqués selon des méthodes traditionnelles asiatiques.

On peut opter pour le « Kishu Binchotan » Japonais, vendu avec sa bouteille designed by Fragile, au Danemark. Le morceau noir trempé dans l’eau du robinet enlève le chlore et autres polluants, pour restituer une eau purifiée, au goût agréable.

Le « Hakutan », d’origine Coréenne, peut être placé dans la salle de bains pour réguler l’humidité, ou dans une cuisine pour absorber les odeurs.

Le « Kuro Powder » peut être mélangé à de l’eau ou un plat, et aidera le corps à rester sain, surtout après quelques excès.

Les matériaux sont 100% naturels, la production ne fait intervenir aucun produit chimique. En buvant sans risque l’eau du robinet, on évite le gaspillage de milliers de bouteilles en plastique.

sort-of-coal-smile

www.sortofcoal.com

En vente chez Le Bouclard, 15 rue Charlot, 75003 Paris. www.le-bouclard.com

10 février 2010

FRUITS AND VEGETABLE IN SEASON ! par ISABELLE

It seems that either geeks are going green, or eco-conscious people are becoming real geeks ! Here’s another application for iPhone dedicated to those who want to eat more seasonal, healthy, local and tasty.

If you’re a genuine urban lover you probably have no idea of what’s growing in the fields at what time of the year. However, you still can care for your health and for the planet. This app will follow you everywhere and give you advice on what you’re about to pick : is it seasonal ? It also gives you information about nutrition facts, as well as the way vegetables are supposed to look like when they’re fresh, and the best way to keep your products in good shape once at home.

It’s a very useful application, for a change. Even at a restaurant, ask for seasonal products !

Just a little reminder of an info you can’t find in the app : be careful with the top pesticide veggy and fruits : Peaches, Apples, Bell Peppers, Celery, Nectarines, Strawberries, Cherries, Kale, Lettuce, Grapes, Carrots. Try to buy these organic.

« Produce guide » is available here. It costs 1,59 €, probably about US$ 2.

produce-guide-iphone-app

7 février 2010

DES PATES ET DU RIZ par CELINA

IMG_6482

Une étude de la FAO (Food and Agriculture Organization) indique que les 3/4 du patrimoine génétique agricole auraient disparu au cours du XXème siècle. La responsabilité incomberait aux pays occidentaux, dont les régimes dépendent essentiellement du blé, du maïs, du riz et du soja. Ceux-ci sont souvent consommés sous forme d’aliments transformés ou plus indirectement, de viande (le bétail se nourrissant de ces plantes de grandes cultures). La mondialisation serait ainsi responsable de la disparition de nombreux aliments autochtones et d’une standardisation des coutumes alimentaires. Quel dommage!… il faudra y penser la prochaine (et toutes les prochaines) fois où l’on cuisinera des spaghettis à la maison. Penser à manger d’autres légumes ou féculents : lentilles, haricots, pois cassés, pomme de terre…

Il faut ajouter que la consommation croissante de viande, notamment dans des pays comme la Chine (l’Inde étant évidemment moins concernée pour l’instant), entraîne une surconsommation de céréales. Celles-ci, destinées à nourrir le bétail, sont directement corrélées à une augmentation de la consommation d’eau, d’énergie et d’intrants relatives à ces cultures.

……………………………………………………………………………………………………………………

A FAO (Food and Agriculture Organization) study shows that 3/4 of the crop genetic resources woud have disappeared during the XXth century. The responsible would be the occidental countries, which food habit mainly depend on wheat, corn, rice and soya. These are often consumed under manufactured forms, that may be indirectly considered as meat (cattle eating crops). Globalization is thus responsible for loosing indigenous food and standardisation of local cooking habits. What a pity!… One has to think about that the next (and each) time(s) spaghettis are prepared for dinner at home. Let’s think about eating other vegetables, beans, peas, grains, different sorts of potatoes…

It is important to add that the growing concumption of meat, especially in countries such as China (India is less concerned actually thanks of their food habits) leads to an overconsumption of cereals. These crops are dedicated to the cattle and directly impacting water, energy and product inputs for the cultivation.

29 janvier 2010

FOOD CHAIN par ISABELLE

FOOD-CHAIN-the-simpsons-eye-on-springfieldwww.eyeonspringfield.tumblr.com

7 janvier 2010

LOCAL ORGANIC AND LOVELY (L.O.L.) par ISABELLE

Here’s a selection of pictures from the amazing website « the selby ». Todd Selby visits and photographs creative people in their homes. He followed Chef Ignacio Mattos from Il Buco, shopping for organic and local produce at the NYC Union Square Market.

This makes me feel like to go to the nearest market, and get ready to cook !

See more on http://www.theselby.com

theselby_IlBucoShop_2

theselby_IlBucoShop_3

theselby_IlBucoShop_4

theselby_IlBucoShop_6

theselby_IlBucoShop_1

theselby_IlBucoShop_5

6 janvier 2010

BEES IN THE CITY par ISABELLE

Did you know honeybees are disappearing from planet earth ? They actually are close to belong to the « endangered species » category. They might not be as cute as the WWF panda, but what some of you probably consider as a vulgar insect is actually more useful than you can imagine. Agriculture absolutely needs bees great job of pollination. In the US, beekeeping is a big business. Fruit and vegetable farms rent beehives at very high prices during pollination season. Without bees, an estimated 80% of the flora could desappear from the earth. Freaking out ?

Here’s the thing : in 2006 appeared a strange phenomena called CCD for « colony collapse disorder ». The bees started to loose their minds. Instead of their regular dance -which is a language, yes bees CAN communicate-  they started acting strange, could no longer fly and orientate, and never be back to the beehive. Billions of bees never went home and died in the fields, all across the US, Europe and many countries around the World. There was also a sublethal effect : contaminated adults brought the poison to the beehive and killed the babies.

Climate change, electro magnetic fields, viruses, GMO, fertilizers, parasites, have been suspected, but it appears not a single factor is the cause. Most likely, pesticides and fongicides are to be blamed, but we don’t know exactly how. It seems that a combination of several chemicals is in cause. All the chemicals used in agriculture are (officially) certified harmless to bees, but the phenomena might occur when 2 different products are mixed together.

What is unmistakable is the fact that bees are very sensitive to pollution. Then where are these little insects most likely to find a shelter ? In the city !

New York City administration, which had banned bees – along with crocodiles, lions, and pit vipers- are actually changing their mind.

This makes me remember of my own experience in my former NYC home in east village. Bob, the superintendant, was taking care of the garden in the back courtyard, growing flowers and apples. One day he told me his secret : his unofficial job was to take care of Bees. He was a good beekeeper,  considering  the honey he used to give us in a little box. Very yummy new york city honney !

New York Beekeepers will no longer have to hide, and finally, the city might be the ultimate shelter for these tiny animals…

Here’s an interesting experience by two artists Franz HÖFNER & Harry SACHS who installed a one million honeybees colony in an empty lot in Berlin. « Honey Neustadt », as they entitled it, produced a lot of local honey. The beehives looked like the buildings around. Don’t they perfectly match ?

-HoFNER-SACHS-BEES-HONEY-NEUSTADT

HOFNER-SACHS-BEES-HONEY-NEUSTADT

courtesy www.wendt-friedmanngalerie.com
-
I’m afraid there’s not much to do, except, again, buy organic the more your budget agrees with. Especially organic and local honey, and fruits.
Of course, if you have a garden, or a terrace, or even a tiny window box, please forget the chemicals you might want to use as fertilizers or insecticides, just try to grow your plants in a more natural way.
Plus, if you see, by chance, a little bee lost the city, don’t be afraid, it’s just a friend.
-