Archive pour la catégorie ‘MODE’

7 décembre 2012

WANTED: J.E.M. WONDERS par ISABELLE

Christmas is coming and this is what I put in my wishlist. I dream about these pure marvels called « Void » and « Maya ». They look even more beautiful when you know the gold used for JEM –stands for Jewellery Ethically Minded– did not harm people or nature.
So, what would be more precious than this gold? Love, maybe?

www.jem-paris.com

void-jem-bijoux

maya-jem-bijoux

30 novembre 2012

MOOD: WE ♥ STELLA par ISABELLE

« There has never in history of fashion been a British fashion house with a woman’s name on the label that has ever been truly global. »

That’s what Stella McCartney was told. But she couldn’t hear that -damn she was right- ; and even added another difficulty: sustainable production. Yet, Stella has just been named both ‘Designer Brand of the Year’ and ‘Designer of the Year’ at British Fashion Awards.

Thank you Stella for making fashion, beauty, femininity, creativity, glamour, compatible with a responsible business. And, congratulations.

stella_mc-cartney-british-fashion-awards

25 octobre 2012

CONVERSATION AVEC EMILIE LUC DUC par ISABELLE

L’adorable et talentueuse Émilie Luc Duc est directrice artistique de Rodier, marque Française spécialisée dans la maille depuis 1852. Son sens du style, et sa générosité dans le travail m’ont interpellée, j’ai donc eu envie de l’interviewer plus précisément, et ce fut fort agréable.

EmilieLucDuc

Nous voilà donc un vendredi matin –ce n’est pas encore tout à fait le week-end– au Café Madam –qui propose d’ailleurs quelques plats bio– devant un café crème au goût de dimanche ensoleillé.

Emilie-LucDucInterview

Emilie a totalement dépoussiéré le style Rodier, sans gommer l’héritage très français tellement élégant qui caractérise la marque. Une prouesse, jugez en par la collection hiver 2012-13 en vente en ce moment :

Rodier-campagne-ah2013

Rodier-campagne-automne-hiver_2012_13

Rodier-automne-hiver-2012-13

Rodier-automne-hiver-2012_13

La collection été 2013, tout juste dévoilée, a attisé ma curiosité.

IRG – Quelle a été ton inspiration pour cette collection ?

ELD – La collection d’été s’inspire du bain de soleil, de ces moments de flânerie de plein été sous un parasol et d’une femme française qui pourrait être une héroïne de Sagan dans un film de Sofia Coppola. C’est une série d’instantanés cinématographiques… Des découpes de maillot rétro, des jeux de bretelles et des touchers éponge sont transformés en robes élégantes et colorées.
J’ai aussi voulu mettre en lumière une certaine innocence, avec des motifs graphiques tricotés et des jeux de rayures distordues qui rappellent les mosaïques et les rayés des fonds de piscine.

IRG – As-tu mis l’accent sur une fabrication Française pour cette collection ?

ELD – Oui, nous avons la volonté de rapatrier certains thèmes en France, et notamment les thèmes de coupé-cousu, qui sont plus faciles à fabriquer ici.
Rodier est une maison française ancienne qui a toujours eu la volonté d’innover dans le textile en inventant de nouvelles matières comme le Jersey pour Mademoiselle Chanel. Fabriquer certains modèles de jersey, de molleton, par exemple, permet de valoriser notre savoir-faire et notre patrimoine.

IRG – Est-ce que tu suis les fabrications ?

Oui, je suis en contact avec les fabricants, mais je ne vais pas systématiquement dans les usines… Le fait de faire fabriquer en France aide parfois à la compréhension des modèles. On gagne du temps aussi !

IRG- Oui j’ai l’impression qu’on est en train de se ressaisir en France, il y a un moment où on a abandonné l’industrie de la mode, alors que la mode, c’est nous !!! Les Français, les Italiens, nous somme leaders…

ELD : Je travaille avec des ateliers qui n’ont jamais cessé d’exister, qui se sont accrochés et n’ont pas fermé, et c’est très agréable d’échanger avec des techniciens français ou Italiens. On partage le même héritage culturel pour les volumes, les points, la recherche…

IRG – Lorsque tu dessines une collection, est ce que tu penses dès le départ à la fabrication ?

ELD – Oui, bien sûr, et la fabrication est primordiale. Toutes les étapes sont importantes et donc tout prend beaucoup de temps. On peut avoir un très bon dessin sur silhouette, mais si on n’a pas un bon développement technique, quelqu’un qui comprend bien l’esprit du modèle, on a un rendu terrible !
Quand je rencontre les fabricants, une relation de confiance doit s’installer. Un bon technicien, un bon fabricant, aiment faire de nouveaux essais, expérimenter…

IRG – Comment rencontres-tu les fournisseurs ?

ELD -  Ils viennent nous voir et nous montrent ce qu’ils savent faire. Si le degré de qualité nous convient, on peut décider de travailler ensemble sur quelques modèles.
D’un point de vue créatif, c’est intéressant aussi… Parfois j’ai en tête un jeu de points ou un volume, qu’on n’arrive pas à faire, puis un jour un atelier réussit à le faire, vient me voir avec un échantillon, et là, je suis aux anges !

C’est agréable d’être dans l’échange. Mes modèles sont parfois compliqués et j’aime entendre que certains ateliers ont aimé ces défis… que les les techniciennes se sont amusées à trouver de nouvelles solutions techniques pour les réaliser. C’est un métier de passion dans lequel nous devons avancer ensemble pour que cela ait du sens.
Les techniciens que j’ai pu rencontrer ces dernières années restent des passionnés. C’est souvent des ateliers familiaux et cet amour du travail de la maille, de la recherche se transmet de génération en génération. C’est certain… Ils n’ont pas choisi ce métier par hasard. Je garde un souvenir très touchant d’une dame Italienne proche de la retraite avec qui j’avais travaillé sur des modèles entièrement drapés, twistés, très complexes en mise au point. Après des semaines de recherches, de modifications, elle avait trouvé le volume parfait.
Avant de partir, elle m’a prise dans ses bras… C’était compliqué et très différent  de ce qu’elle avait l’habitude de faire. Elle avait réussi. Elle était ravie!
Je suis très sensible à cette volonté d’aller plus loin, de continuer à chercher, à déveloper de nouvelles idées, de nouvelles techniques…

Et puis, lorsque la collection est bouclée, il faut mettre en valeur toutes les réalisations : la dernière étape importante, c’est le catalogue, les campagnes. Là aussi il est primordial de construire une image juste, précise.


Merci Émilie ! Et voici un aperçu de ce que nous aurons toutes envie de porter l’été prochain -vivement le soleil et les heures perdues au bord de la piscine- :

Rodier-printemps-ete-2013

Rodier-printemps-ete_2013

Et ce n’est pas fini… En décembre sera dévoilée la première collection de prêt à porter par Repetto, également dessinée par Emilie (elle compare ses grosses périodes de travail à de la compétition sportive ! ). La collection se compose d’une vingtaine de modèles autour de la garde-robe de la danseuse, très épurée, qui parle d’elle-même : on revient à l’essentiel. Il y a de la maille, du jersey, et du flou : des tutus, beaucoup de transparences, de subtilité et de féminité. Tout est fabriqué en France, un peu en Italie, et une toute petite partie en Hongrie, avec de très belles matières naturelles françaises et italiennes.
J’ai hâte de découvrir ça !

Portraits © Vianney Tisseau

19 octobre 2012

WANTED: ANDREA CREWS ANIMAL TEES par ISABELLE

I just fell in love with these absolutely gorgeous tees, by activist Paris based brand Andrea Crews. Crying animals, what a meaningful symbol!
You can find them at La Cour, a quite confidential yet really cool store in Paris ; as well as at Colette.

www.andreacrews.com

Andrea Crews Lion Qui Pleure

andrea-crews-animal-tee-shirt

tee-animal-andrea-crews

27 août 2012

WANTED: STELLA MC CARTNEY SWEATER par ISABELLE

stella-mc-carney-fall-winter-2012

I think the brand is my favorite for this season. Not only because it is sustainable. I just love the colors, the style and the designs. Oh, this  sweater… and the shirt in the Fall Winter campaign are just perfect.

12 juillet 2012

WANTED: MOYNAT, MALLE POUR BICYCLETTE par ISABELLE

moynat-malle-velo

www.moynat.com

21 juin 2012

HELLO, LE LIN par ISABELLE

Le lin, matière éminemment écologique, se cultive sans arrosage engrais ou pesticides, est transformé mécaniquement sans chimie, et, pour nous les frenchies, est aussi local que la frite : il pousse essentiellement entre le Nord de la France, la Belgique et les Pays Bas. Si tout est bon dans le cochon (heu, non en fait), dans le lin tout est bien : la totalité de la plante est utilisée : fibre, bois, huile, graine, tout ! Très malin, et loin de la toile rêche qu’on imagine, le lin est confortable, doux, léger, technique, résistant, peu putrescible, bref, c’est le matériau du futur. Durable au possible, équivalent à la fibre de verre -en plus léger-, il s’adapte maintenant aux nouvelles technologies, la preuve avec quelques applications ici. Et ce n’est pas nouveau, puisque Alexandre le Grand a conquis son Empire, avec sur le dos une armure en composite de lin. Les bandelettes des momies Egyptiennes, du lin. Le billet de dollar Américain est composé de 15% de lin (Européen, donc -mais dans l’Euro, non, pas de lin-). Le papier à cigarettes est fait de lin -j’en déduis que ça se fume aussi-.
Ce printemps j’ai visité, entre Lille/Dunkerque et un peu de campagne au milieu, deux usines qui traitent le lin. Quand on pénètre dans ces lieux, d’abord ça sent très bon, puis on est charmé par les couleurs, les écheveaux, les machines, les bruits, tout est fascinant. Avec ces images, j’ai eu envie de capturer l’ambiance « amour de la belle ouvrage », que j’ai vraiment aimée. Voici.

La filature Lemaitre-Lemeestere à Halluin (depuis 1835, ambiance XIXème siècle) :

IMG_8289

IMG_8302

IMG_8326

IMG_8328

IMG_8340

IMG_8356

IMG_8367

IMG_8375

IMG_8378

IMG_8390

IMG_8393IMG_8400

IMG_8404


L’Usine de transformation du lin, Teillage Vanhersecke à Millam
:

IMG_8433

IMG_8441

IMG_8443

IMG_8450

IMG_8459

IMG_8464


La plante et ses petites fleurs bleues, les champs de lin, et les petites graines yummy
:

IMG_8465

IMG_8479

IMG_8485

IMG_8486
Images © Isabelle Rivoire-Grange

5 juin 2012

WANTED: PHUNG X HANANIA par ISABELLE

Christine Phung et Marion Hanania (créatrice de Good Guys que Tiffany avait interviewée ici) ont collaboré pour cette collection de chaussures AH 2012, qui seront distribuées notamment chez Centre Commercial. Il s’agit d’une mode responsable, entre autres grâce au choix de cuirs au tannage végétal, sans chrome -oui, le chrome est toxique pour nos pieds et pour le sol qu’ils foulent-.
Surtout, c’est beau, et on a hâte de les couvrir de ces merveilles, nos pieds…

_ChristinePhungXMarionHanania5

_ChristinePhungXMarionHanania13

_ChristinePhungXMarionHanania3

_ChristinePhungXMarionHanania14

Christine, qui a collaboré entre autres avec Dior, Chloé, Vanessa Bruno, Christophe Lemaire, lance également une ligne d’accessoires en cuir écologique, sacs et chaussures, produits dans des ateliers familiaux au Portugal. J’adore ces minaudières aux motifs géométriques.

christine-phung-minaudieres

_ChristinePhung-1

www.christinephung.com Good Guys Tumblr

1 juin 2012

WANTED: KURE BAZAAR par ISABELLE

kure-bazaar-vernis-nail-colors

kure-bazaar-vernis-couleurs

Dans la catégorie WANTED voici un nouveau vernis à ongles, contenant 85% d’ingrédients naturels comme la fibre de coton, maïs, pomme de terre, blé, et sans les produits les plus toxiques qu’on trouve encore sur le marché. Je trouve admirable qu’une marque se penche sur la question de façon aussi sexy. Les couleurs sont sublimes, la tenue est top, la brillance, sans parler de la présentation : c’est beau, et tellement loin du cliché « écolo » tue-l’amour ! Bref, j’adore.

Attention tout de même, tous ces ingrédients végétaux ne sont pas encore comestibles ! Le vernis contient quelques solvants, et le truc un peu bête c’est qu’on est obligé de le retirer avec… du dissolvant traditionnel…

Pour ma part j’ai eu grand mal à choisir une couleur tellement elles sont TOUTES démentes -il y a même un vernis neutre pour hommes-, finalement j’ai opté pour un pastel assorti à mon vélo de fille.

En vente au Bon Marché et chez Bazar Bio, entre autres.

nail-color-bike

18 avril 2012

WANTED: STELLA MACCARTNEY SS2012 SUNGLASSES par ISABELLE

I don’t think I have ever mentioned Stella Mc Cartney on this blog before, although I love her organic cotton shirts. She is a vegetarian, never uses leather in her collections that are eco friendly produced. I just discovered the SS2012 Eyewear collection, here is a little preview. I don’t know how far they are sustainably produced, but I believe they look very good anyway.

stella-5

stella_4

stella_6

stella-1

stella_2

stella-3

http://www.stellamccartney.com

24 octobre 2011

MADE IN FRANCE / CHAPTER III par ISABELLE

L’automne est là, saison de changement. Voici une série d’objets désirés, et made in France.
Parce qu’on a plus de plaisir à chérir un accessoire fabriqué avec amour (en tout cas pas sous la contrainte) ; dans des matières nobles, qui n’a pas fait quinze fois le tour de la terre, qui porte en lui la French Touch, la vraie : incrustée dans les détails et gravée dans le façonnage irréprochable.

Fuyons le style insignifiant et normé qu’on retrouve à chaque coin de rue, ruons-nous sur le made in France so local et so… Luxueux ? Coûteux ? Que celles et ceux qui n’ont jamais rien acheté chez les nouvelles marques ultra marketées -qui fabriquent très loin pour marger à 70% LISEZ LES ÉTIQUETTES BORDEL- viennent me dire que le made in France est trop cher. Il est au même prix, avec juste en plus la précision d’un art de vivre qu’on apprécie intensément, de façon parcimonieuse : le luxe est rare, et tant mieux.

made-in-france-iii

1/ Hermès : Steeple, Sac en Toile, 1 950 € ; Evelyn, Porte-monnaie en Chèvre, 335  €. www.hermes.com

2/ Cire Trudon : grande bougie et bougies buste.
www.ciretrudon.com

3/ Repetto : Richelieu Orson (marbre) et Néo (milk) distribués chez Centre Commercial.

4/ Yazbukey : colliers et boucle collection « incognito ».
www.yazbukey.com

5/ Kaleido, marque de Clothilde Dupont : pochette Yoru en cuir doré.
www.shop.by-kaleido.com

6/ Honoré des Prés : parfum 100% MADE IN FRANCE : Les concentrés de parfum sont fabriqués à Grasse chez Robertet et l’ensemble des packagings est élaboré et monté à la main en France. En plus d’être bio.
www.honoredespres.com

7/ Roseanna : Mocassins tricolor MOC, fabriqués à Paris, 260 €.
www.roseanna.fr

8/ French Trotters : Jupe Navy AVA, 220 €, et Pull marin Homme fabriqué en Bretagne, 185 €.
www.frenchtrotters.fr

9/ Tremoulière : Sac FRANNY 210 €, distribué par le site Vestiaire de Copines dont j’avais déjà parlé sur ce blog.
www.vestiairedecopines.com

10/ Tolix : Chaise et tables en métal, fabriquées à Autun.
www.tolix.fr

Voilà. Sinon j’ai découvert via slaveryfootprint.org, site tellement bien fait, que la production de matières premières emploie de nombreux esclaves modernes, femmes, hommes et enfants. Plus que la fabrication même. Il reste donc ce problème grave. Encore un… Pfui…

-

LIRE TOUS LES POSTS MADE IN FRANCE

8 juillet 2011

MADE IN FRANCE / CHAPTER II par ISABELLE

Paris, mot magique qui fait chavirer le coeur des amoureux de la mode dans le monde entier.
Le made in France, c’est plus qu’un argument de vente, c’est le reflet d’un savoir faire inégalé et d’une singulière culture de la mode.
Ces images des défilés haute couture saison A/H 2011 ne vont pas me contredire.

givenchy-defile-haute-couture-juillet-2012
Givenchy © Serge Ricco

stephane-rolland-defile-haute-couture-juillet-2011Stéphane Rolland © Serge Ricco

stephane-rolland-defile
Stéphane Rolland © Serge Ricco

stephane-rolland-haute-couture-2012
Stéphane Rolland © Serge Ricco

maxime-simoens-ah-2011Maxime Simoens © Serge Ricco

jean-paul-gaultier-haute-couture-2012
Jean-Paul Gaultier © Serge Ricco

Je passe directement de la couture à la mode de rue, pour ne pas dire vêtement de travail chic. Bleu de Paname, la marque de denim français, lance cet automne une collection femme en collaboration avec Comme des Garçons. C’est beau, non ? Made in France !

bleu-de-paname-comme-des-garcons

bleu-de-paname-comme-des-garcons-defile

Bleu de Paname au défilé Comme des Garçons
En vente chez Centre Commercial qui inaugure tout juste son nouveau site.
-

Tout récemment, j’ai beaucoup bavé sur un sac Atelier Mercadal. Made in où, devinez ? Du très beau travail :
sac-ATELIER-MERCADAL

-

J’ai mentionné Sultan dans mon précédent post. La marque a commencé en upcyclant des vêtements militaires, teints artisanalement avec des pigments naturels. Je possède depuis plusieurs années deux pièces de chez eux, qui ne vieillissent pas. Aujourd’hui la fabrication se fait de tissus neufs, mais toujours d’excellente qualité et teints naturellement, à Paris. J’ai adoré leur collaboration avec Paraboot, 100% made in France. Distribution chez Opening Ceremony à New York, quand même. Les images :

sultan-paris-women

sultan-wash-women-ah-2011

sultan-wash-women

sultan-paraboot-ah-2011
Sultan X Paraboot
-

Une de mes marques fétiches, Karine Arabian, édite de petites séries manufacturées à Paris ! J’apprends ça par hasard, et vous m’en voyez ravie. L’atelier de production est le même que l’atelier de réparation. Car oui, l’avantage des VRAIES belles chaussures, c’est qu’on ne les abandonne pas à la poubelle s’il y a un petit truc abîmé. Elles non plus, d’ailleurs, ne nous abandonnent pas.
karine-arabian-made-in-france

karine-arabian-made-in-france-

Karine Arabian Made in Paris / Le reste de la production est fabriquée en Italie.

-

Et puisque les vacances sont là -ou approchent-, on peut s’intéresser aux merveilleux maillots ERES. Cousus sous le soleil exactement, ou presque, en tout cas pas très loin d’ici ou .

eres-made-in-france

eres-made-in-france-blazer

eres-made-in-france-maillots
Maillots de bain Eres / Skipper / New Essentiels
-

Avec le maillot viennent les glamoureuses lunettes Thierry Lasry, fabriquées -en France- de manière traditionnelle, en acétate italien s’il vous plait.

thierry-lasry-sunglasses
Les lunettes Thierry Lasry

thierry-lasry-sunglasses-men
Tiens, tiens, mais qui se cache derrière le Modèle Seventy-Nine homme ? Et combien sont-ils ?

thierry-lasry-sunglasses-made-in-france
Modèle Kissy

Alors, la French Touch, ça a un prix ? Pas forcément plus élevé. Pour ce post, j’ai sans doute visé haut, mais il existe PLÉTHORE d’articles made in France, à tous les prix : j’en reparlerai régulièrement. En attendant, pour consoler les mini porte-monnaie, il y a les douces et jolies chaussettes Bleu Forêt.

bleu-foret-chaussettes-made-in-france

Et pour ma part je préfère acheter moins, mais mieux en sélectionnant avec tout l’amour possible la qualité plus que la quantité.

En tout cas voilà de quoi faire mentir Monsieur Lagerfeld, qui affirmait récemment : « Environmental activists have a point but don’t know how to dress ».

Le prochain écolo mal habillé, on le renvoie dans le Larzac.

LIRE TOUS LES POSTS MADE IN FRANCE

30 mai 2011

SMILE & CYCLE @ BAGATELLE : MERCI ! par ISABELLE

Pour cette fabuleuse fête, MERCI Thibaut et Tiffany ! Merci l’institut Bonheur, Rasmus, Rocco,
les 4 jumeaux ! Merci fabuleux Coursiers à Vélo de Paris !

_velo-ecolo-bagatelle

_bagatelle-smile-cycle

_bagatelle-smile-velo

_rasmus-bagatelle-smile-cycle

_rocco-thibaut-velo-bagatelle

_bagatelle-gagnant-velo

Bravo aux deux gagnants, Koen et Martyn, qui représentaient la Hollande, l’autre pays du vélo.

Ils ont reçu des cadeaux green et précieux : Merci à Sentara, pour ses merveilleux cosmétiques bio, à Honoré des Prés, pour ses parfums délicieux, et ses verrines distribuées en exclusivité chez Colette, merci à LØV Organic pour son thé bio, et à Misericordia pour ses Tee Shirts en coton bio.

_cadeaux-smile-cycle-bagatelle

Vive le vélo écolo, qui fait de belles fesses, et de BELLES FÊTES !

Re-merci à Tiffany pour ses © photos.

23 mai 2011

I WANT TO BE ONE OF THE GOOD GUYS par TIFFANY

Marion Hanania (who goes by Mayon, happily for me, because I can’t for the life of me produce a convincing ‘r’ sound in French) is a girl who has a lot going on. It’s hard to label her, because she isn’t just a shoe designer, or artist, or singer, or vegetarian. She’s a really nice person above all else, and  I was happy to talk to her about the new cruelty-free shoes she designed in collaboration with Brice Partouche of April77 called « Good Guys ».

tumblr_ljfkg4lbCL1qag87lo4_500

tumblr_ljfkg4lbCL1qag87lo5_500

photos by Estelle Hanania

boots morefarderby

mayonportrait

sketches for the Good Guys collection and self-portait by Mayon

*Hi Mayon, thanks SO MUCH for doing this interview. Can you tell me about how this project came to life? I know it has something to do with Brice Partouche at April77 (love that guy!). Could you explain why leather-free products are important to you, and also about the type of production you chose in Portugal.

Mayon: Hello! Yes this project started first between Brice and me, we were both thinking at the same time about starting a shoe project and not using leather, or more precisely a cruelty free shoe brand.
When I met him the first thing we talked about was this idea that we had in common.Then a few months later we started to sketch and work together with a commercial agent. Leather-free products are important to me because I love animals. It’s as simple as it sounds. I design shoes for other brands and leather is always the main material we use in this industry. I started to feel the need to do my own brand, but I didn’t want to use any leather, and to start « fresh ». You surely know about Stella McCartney, she’s a vegan and you’ll never find leather in any of her creation and still it is very luxurious and the designs are incredibly beautiful and the materials high quality.
To produce in Portugal was also something I cared deeply about. I wanted to produce in Europe and for our kind of shoes Portugal was great. It wasn’t easy to find a factory that was ok not to use leather though.

*How long have you been designing/loving shoes? I know you love to travel, do you get your inspiration on the road?

Mayon: I’ve been a shoe designer for almost nine years now, I started really young. I had my first shoe collection called « Marion Hanania » when I was 21 and I was selling my shoes in France, Europe, Japan, etc. That lasted for three years then I started to work as a freelance for various brands like Isabel Marant, And A, Dévastée, Mellow Yellow.
I can’t really stay at the same place all the time, I need to go on the road and travel to get inspired, I need to be free and to have a little excitement and the risk of being my own boss. Travels are a very important part of my life and the creative process for me.
When you are on the road everything has a special power/effect on you, the lights, the architecture, the people, every minute is worth living and 2 weeks in Sweden or New York can help me go through a whole year in Paris. I also love Paris, and sometimes I try to recreate the excitement of being abroad when I’m home. It works but at some point I will always feel the need to go somewhere else.

*It’s not easy to find vegetarian friendly shoes, especially in great classic designs. Can you talk about why you wanted to offer this kind of product?

Mayon: Indeed, when you’re a vegan and you are looking for shoes it’s a tough quest, especially if you like fashion and not only hiking boots or plastic pumps made in China. I mean that vegan shoes can also offer style, great design and stay trendy or chic, and not only be comfortable and practical-it’s not an easy thing to find! Brice and I wanted to make a shoe collection for both vegans and non-vegans, just great shoes that you really want to wear because they look good and they are well-crafted just like any other shoes that I love like Rachel Comey, Opening Ceremony, Stella McCartney, Maison Martin Margiela, Marni, Dries Van Noten…

*It seems like you enjoy working collaboratively (photos by your sister, music by Yaya for the Good Guys video, etc). Can you tell me what you enjoy about this process?

Mayon: I love collaborations, I love working with other artists, photographers, musicians or designers. That’s how it started with Brice, we had a very good feeling and we didn’t hesitate to build something together.
My sister has always be an inspiration for me and we’ve worked a lot together since…always, she’s my twin sister and we always ask each other’s opinions on…everything almost! She took the « Good Guys » pictures for the Autumn/Winter « Good Guys » collection, I love them, she always understands what I want.
David Herman Dune is like a « muse » of my everyday life,his music is the soundtrack of my life. It wasn’t an option not to make him do « something » for « Good Guys ». He is a vegan like Brice and he was a strong inspiration for creating this collection. And he is beautiful and wears them so well!

*What is your favorite pair of shoes of all time?

Mayon: My favorite pair of shoes is the « Good Guys » Derby that I can’t quit right now!! But if I have to choose another one it would be my old Marni « cut-out-patched » loafer, masculine and so feminine at the same time. They are a really original pair that I found in London a few years back.

*People are dying of anticipation to get their hands on these shoes, when and where can we get them?!!

Mayon: I just want to make them happy!! They’ll be able to buy the shoes at the April77 shop in Paris but also in New York at MooShoes and in another twenty shops in France.

Lightning round:
*Veggie burger or hambuger?
Veggie Burger+ oinon ring

*Blow dryer or air dry for your hair?
Air dry in the summer :) but blow dryer in the winter :(

*Bicycle, skate board, or…roller skates?
Bicycle

*Cats or dogs?
DOGS

*Acoustic or electric?
Acoustic

*Flats or heels?
Flats (wish I was more of a heel girl)

*And last but not least, do you have an argument infaillible for durable development?

Mayon: I wouldn’t have any ARGUMENT INFAILLIBLE to convince people about the « developpement durable », I’m not into convincing or making a point but If you can do something to help our planet and the future generations, do it.

Wear Good Guys! They are good for you and for the future generations… ;)

You can get updates about Good Guys on their Facebook page.

14 avril 2011

UN CABAS VERT SIGNÉ YVES SAINT LAURENT par ISABELLE

C’est toujours un énorme plaisir de voir des marques de luxe se pencher sur le développement durable, à priori pas très compatible avec leur image. À priori seulement. Découverte aujourd’hui d’un nouveau cabas YSL : le « Muse two », dans une version éthique et écologique.

Il est fabriqué par des femmes du Burkina Faso, dans une matière hybride entre plastique recyclé et coton tissé. On ne pourrait faire upcycling plus séduisant…

http://ysl.com

muse-two-artisanal_Yves-saint-laurent

22 mars 2011

PLASTICANA par ISABELLE

Salut la compagnie. Visiblement ça ne sert strictement à rien de s’énerver contre la prolifération nucléaire, donc nous allons retourner à notre humble quotidien green. L’occasion de se souvenir du salon « Who’s Next » -il était temps, c’était il y a presque 2 mois-, et de la visite sur le stand d’André Ravachol, le sympathique fondateur à barbe blanche de Plasticana.

Une marque à l’authentique goût 1970, néo hippie à souhait, qui produit des méduses (vous savez, les sandales qui vont dans l’eau), des bottes et des sabots en plastique (si possible recyclé) mélangé à du chanvre. Un peu barré comme idée, mais le chanvre, c’est super écolo, si si !

Alors, si le fumer* ne vous dit rien, et bien mettez-le à vos pieds. Moi je les trouve très belles, ces bottes mouchetées.

www.plasticana.com / Les « Plasticana » sont fabriquées en France, avec un souci de réduire l’impact sur l’environnement, et vendues par Vlas Bomme / Cerasus au Japon, chez Bellerose en Belgique, et dans quelques petites boutiques indépendantes en France.

plasticana-botte-ecolo

Photo © Vianney. Je mettrai le lien vers son site quand il en aura un. N’essayez pas de trouver le bracelet manchette « Ninotchka », il n’est plus vendu, malheureusement.

15 février 2011

OSKLEN par ISABELLE

Au salon Who’s Next de janvier, de plus en plus de marques affichaient leur couleur verte. Celle qui m’a fait tomber à la renverse est brésilienne : OSKLEN. Si vous voulez les détails sur l’histoire de la marque, ses créateurs, et ses valeurs, allez ici.

J’ai juste envie de montrer ce qui m’a touchée, à savoir la créativité d’Osklen : la structure des vêtements, les matières, l’ESPRIT. Je suis tombée amoureuse de la collection hiver 2011/2012. L’été 2011, bien que totalement différente, est tout aussi merveilleuse. Et déjà vendue chez l’Éclaireur.

Le thème : Oceans. Voici un échantillon du lookbook, et un morceau du cahier d’inspirations.
C’est beau, c’est beau, c’est vraiment BEAU.

osklen-fashion-men-women

osklen-oceans_3

osklen-ss-homme

osklen-l-eclaireur

osklen-ss-2011

osklen-bresil

osklen_ss_2011

osklen-mode-brazil

11 janvier 2011

IS IT A CRIME TO WEAR FUR ? par ISABELLE

Cet hiver, à vue d’oeil, environ 50% des parisiens portent de la fourrure. Du total look furry animal au mini col de parka, ça commence à faire un certain volume de poils au mètre carré.

La fourrure et le cuir, matières NATURELLES que j’adore, sont issus de l’élevage, curieusement absent du protocole de Kyoto alors qu’il représente 18% des émissions de gaz à effet de serre… Le cuir provient essentiellement d’animaux qui ont été mangés par leurs prédateurs (= nous). On peut considérer qu’il sera jeté si non utilisé. La fourrure, elle, provient presque uniquement d’animaux qui ne seront pas mangés (je me demande ce qu’on fait de leurs carcasses, tiens… beurk).

Certaines marques comme Stella Mc Cartney s’opposent à toute utilisation de matières animales, tout en prônant le végétarisme. D’accord, mais porter des chaussures en plastique à 450€, c’est un peu comme si Pierre Gagnaire vous servait du chewing gum, non ? Et pas forcément justifiable écologiquement : matières synthétiques = pétrole, remember ?

Et puis la fausse fourrure, excusez-moi, mais c’est vraiment trop moche. Pour ma part j’ai fait le choix de porter de la vraie, en version vintage. Non coupable ! J’ai eu la chance de tomber sur des pièces très belles et parfaitement conservées (et qui ne puent pas, je tiens à signaler) (oui, c’est très sexy la fourrure, mais ça fait quand même bizarre de se dire qu’on porte la peau d’un animal qui est mort il y a longtemps). J’ai parfois un peu peur de tomber sur des extrémistes qui pourraient m’assassiner au nom de la défense des animaux, mais je crois que je pourrai leur fournir à temps un argumentaire convaincant.

Car si je fais partie des cruels carnivores, c’est en quantité mini : le régime hamburger/steak tartare matin-midi-soir, ce n’est pas pour moi. Et comme pour la viande, le rapport plaisir/impact me semble suffisant avec la fourrure vintage.

Sur la photo, c’est du loup. Ou du renard, peut-être ? En tout cas c’est chaud et doux, mmmm.

Sinon, avec de la fourrure de chien, on peut faire ça. C’est sûr, ça donne envie de devenir végétarien pendant au moins 3 ans.

irg-fur-vintage-save-the-planet

5 décembre 2010

RATATAT IMPERIALS par ISABELLE

Recycling, Vintage, and DIY are sustainable, stylish, and fun.

GLAMOURDEATHTRANSFORMATION. Song : IMPERIALS by Ratatat (from NYC, with love).
Direction by Silja Magg (photographer) and Masha Orlov (stylist), that’s her on the video. She succefully mixes amazing new and vintage clothes and accessories.

2 décembre 2010

MON SLOW SHOPPING AU CENTRE COMMERCIAL par CECILE

Centre commercial // Définition : groupe nominal masculin désignant un monstre boursouflé d’escalators, un îlot artificiel de surconsommation hystérique, gonflé aux hormones d’enseignes transnationales (oui c’est le mot ad ‘hoc, on ne dit plus multinationales… ce n’est pas moi qui pérore, c’est le dernier  atlas des mondialisations du Monde).

Le nouveau concept-store ironiquement baptisé Centre Commercial, au 2 rue de Marseille – Paris X, c’est tout sauf ça ! Forcément,  ce sont 150 mètres carrés de pure épure et de commerce engagé, tout juste inaugurés par les deux fondateurs de Veja. Les puristes du développement durable affectionnent déjà la marque pour sa conscience, et les autres y viennent par l’esthétique. Les ingrédients de la boutique sont les mêmes ; on y retrouve forcément les sneakers en coton bio et caoutchouc naturel et les sacs Veja mais aussi une sélection pointue de créateurs de mode, cosmétiques (mention spéciale pour le choix de Doux Me, LA bio-marque française historique) et bijoux retenus pour leur plus-value humaine ou environnementale.

Centre-Commercial_Veja_1

Soyons clairs, je n’aime pas la mode éthique telle qu’on me la sert encore trop souvent, à coup de blouses déstructurées ou de chandails qui grattent et  j’«entorse» par conséquent mon règlement écolo intérieur juste pour parer mon extérieur.

Chez Centre Commercial, j’avais envie de tout ; et l’accro au shopping (mal assumée) qui sommeille en moi,  ne regrette pas ses moufles en laine d’agneau de la suédoise Camilla Norrback et ses bottes gardiannes au tannage végétal  « made in Camargue ». Car c’est là aussi qu’ils sont malins chez CC ! La valorisation des matériaux écolos c’est bien, le respect et la revalorisation des savoirs-faire locaux (français, anglais, danois…) c’est, si ce n’est mieux, complémentaire.

Centre-Commercial---La-Botte-Guardian

Chez Centre Commercial, on se cultive aussi : le ton est donné dès l’entrée avec, entre deux chemises en coton bio, un des livres de JR, l’artiste français qui a fait de la rue la plus grande galerie d’art et qui a signé cette année un superbe premier long métrage Women are Heroes que Smile vous recommande plus qu’ardemment. Une grande claque sur la dignité des femmes projetée à Cannes mais aussi pour mon grand bonheur cette semaine en clôture du Festival International du Film d’Environnement à la Pagode. Un peu plus loin, sur une table (belle et vintage elle aussi ), une sélection alternative d’écrivains et essayistes et toute la collection de l’excellent magazine XXI.

L’équipe nous annonce également des expositions temporaires et interventions  artistiques, et cela devrait être très chouette au milieu de l’offre permanente de mobilier, luminaires et porcelaine chinés par des brocanteurs : exposés pour l’ouverture, les néons de l’artiste brésilien Kleber Matheus font mouche.

Centre-Commercial-boutique

Mon prochain achat : l’une des très belles bicyclettes récupérées  et restaurées par l’association d’insertion Ateliers Sans Frontières (ASF), mais j’attends qu’on me vole mon vieux bicloune pour me l’offrir légitimement et continuer à « ralentir le rythme de notre société de vitesse » l’adage des deux fondateurs de Centre Commercial…

Centre Commercial

2 Rue de Marseille

75010 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 11 heures à 20 heures et le dimanche de 14 heures à 18 heures.
Tél. : 01 42 02 26 08.
www.veja-store.com