Archive pour la catégorie ‘ORGANIC’

25 janvier 2017

« SOME LIKE IT GREEN » QUESTIONNAIRE – SKY SHERIDAN par ISABELLE

Sky Sheridan

Sky Sheridan is a New York based entrepreneur and philanthropist. After modeling for ten years, he decided to get away from the fashion and marketing industries and started focusing on yoga and healthy ways of living. He then decided to invest his creative energy in putting people on the planet before profit. Sharing the natural resources to end poverty, hunger, disease, and war are the issues he’s been aware of and trying to improve. This is why he founded SkyFarms, an app and website that puts food production in the power of the people’s hands. SkyFarms creates access, support and incentive to grow, buy and sell, fresh, local food. The app is a real support for eco-farming, as well as a network that puts farmers and customers in touch.
Sky’s kindness and involvement have touched our heart. Here are his answers to our traditional
« green » questions.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

What is «being green » in your opinion?
Being green means to grow.  As someone who studied biomimicry, and sustainable systems, green to me means following the precise natural design and order we can observe in the cosmos, inside our cells and on the planet, which means knowing where energy comes from and where it is going. This requires self-reliance, self-organization, renewable resources where nothing is wasted, where diversity thrives, and power is distributed, or shared, in creatives not destructive ways for the purpose of keeping the whole system healthy, and durable.

Do you remind of your « green coming out »?
My first time becoming aware of green is when I began studying money and profit and these things were put first above people and the planet from which they came. I didn’t feel this was a very good definition or measurement of growth.  So I began to study another kind of green, one that would give us better tools to define our worth and value.

What are your three main eco friendly daily actions?
Conserve Water, Manage Consumption, Do-It-Yourself

What is the « non-green » action you still can’t help doing?
Buying some non-local products like coconut water is a luxury I still indulge in at times.

What is the global « green friendly » action you admire most? And dream of setting up?
The most powerful transformation is occurring right now in agriculture, and i’m so proud and excited to be part of the U.N. Global Goals, where the mission is to end hunger by 2030.

Who is your glam fashion muse?
Everlane is a brand that sets a good example for radical transparency, so you get to see how much everything cost to manufacture, where its coming from and what makes it so glamorous.

Who is your daily guru?
Too many visionaries to choose one, but if I had to it would be Buckminster Fuller.

What is your favorite ecofriendly dish?
Lentils

Can organic be orgasmic?
Well I think part of having an orgasm is the journey in which it is achieved, and the beautiful thing about organic is that you get to experience the whole journey with every bite; it can be just as euphorically delicious.

What fuels you all day?
I’m so into superfoods, and also fermentation daily, but simply making sure I get as much dense nutrients in my diet comes from eating dark, leafy greens in all varieties and combinations everyday.  Juicing is a good way to do this.

Do you have a secret garden? (you can tell?)
I do, I have my little sprouts that I’m always growing in jars.

What is the super power you would like to have to save the planet?
Give a man a fish, and he will eat for a day, teach a man to fish, and he’ll eat for life.  Educating people how to take care of themselves by growing their own food, and understanding where their energy comes from is a superpower.

Where is your lost paradise?
Tucked away somewhere in the alps, with tons of animals, a greenhouse, a writing room, nestled by a river or lake.

What is your current bedside book?
Stranger in a Strange Land, by Robert Heinline

The movie that moved you the most? Or recently?
Contact, by Carl Sagen, and more recently Interstellar

The song that makes you smile?
John Denver, Rocky Mountain High

What are you addicted to?
Chapstick

What is your uniform for this season?
Black Trenchcoat, black jeans, black t-shirt, black hat

What is your mantra?
« It always works out »

What is the best way to share the « green attitude »?
When you live green, you don’t have to convince anyone, you are already doing such a service to them, and the planet, it’s felt, it’s seen, and it’s so fulfilling for yourself that you don’t need anyone else to get it, admire you, or jump on board, you do it because you love it.

What is your ultimate argument to convince people to save the planet?
How can we have infinite consumption on a planet with finite resources?

www.SkyFarmsapp.com


13 octobre 2015

WANTED: KJAER WEIS ROCKS par CAROLINE

KjaerWeisLipTint

KjaerWeisLipTint3

Yes. She. Does.

Danish-born, Paris-trained and NY-based make-up artist Kjaer Weis is the real deal. Her radically new approach to make up does no compromise: all her certified organic and sustainable formulas, besides being gorgeous and delicate hues, are exquisitely packaged in pure sleek design boxes. Yes, each one literally looks like a piece of jewelry (it comes with the refill option, so that you can keep it ad vitam). I love her less is more approach, her rigor, her style. I fell in love, that’s pretty clear. And I bet you will too.

Current addiction: “Goddess” lip tint – fard a levres – Certified Organic. Refillable.

www.kjaerweis.com

3 décembre 2014

WANTED : ENFANCE, SAVONS POUR L’ÂGE TENDRE par ISABELLE

Enfance_Savons_6
-

Enfance, ce sont des savons qui, comme leur nom l’indique, lavent très bien les enfants. C’est presque à prendre au pied de la lettre, puisqu’ils sont conçus pour faciliter l’apprentissage de la toilette indépendante. Trois gammes s’adaptent à trois tranches d’âge.

Mais surtout, Enfance calme les angoisses des parents qui ont peur des produits chimiques. La liste des « sans » (parabens, graisses animales, allergènes, parfums artificiels) est impressionnante. Et ils sont biologiques. J’imagine qu’on pourrait presque arrêter de paniquer si la progéniture a eu la bonne idée de manger le savon !

Enfin, et c’est assez miraculeux parmi les packagings de produits cosmétiques bio : ils sont vraiment jolis.

Pour acheter ces savons gentils, beaux, intelligents, c’est là : http://www.enfance-paris.com

Enfance_Savons

11 janvier 2014

MANGER BOUGER par ISABELLE

vegan_lunch_for_athletes

En général on préconise le sport pour pallier à une alimentation trop riche. Mais dans ce post, j’aborde le sujet à l’envers : comment bien manger pour de meilleures performances sportives ? Il se trouve qu’une alimentation végétale, locale, et bio (donc « low impact », ça tombe bien) est de plus en plus recommandée. Mon niveau sportif est plutôt « touriste », mais je côtoie beaucoup d’athlètes chevronnés, avec qui j’échange énormément, car j’ai encore beaucoup à apprendre. C’est fou, la plupart ne veulent pas croire qu’une alimentation purement « plant based » améliore les performances. Pourtant, les athlètes vegan ne manquent pas, et s’ils sont de plus en plus nombreux, ce n’est pas pour copier le lifestyle de Queen Bey et JayZ ! Ils sont tellement balèzes que personne, à mon avis, n’ose leur demander où ils trouvent leurs protéines… Allez checker le site de Brendan Brazier, qui est incroyable et super inspirant, et celui de ce couple de Néo Zélandais qui a fait le tour de l’Australie en courant un marathon TOUS LES JOURS de 2013, ce qui fait 365 marathons de suite tout de même, tout en mangeant cru ET végétal… Ils ont l’air tout à fait en forme, et leur histoire est vraiment attendrissante. J’adore…

De mon côté, alors que je m’entraine surtout pour le plaisir, et que je choisis mon matériel pour ses qualités esthétiques et non pas techniques (on ne se refait pas), mes résultats ne sont pas si nuls : pour la seule compétition -triathlon- que j’aie jamais faite, je me suis agréablement surprise… Il se trouve que j’avais mangé 100% végétal les 10 jours précédents.

Donc, manger pour mieux bouger, ok ? Mais s’il faut se morfondre à manger des trucs pas bons, ou se priver à faire un régime, au secours ! Donc voici un post très subjectif, ponctué de quelques #instafood dans lequel je fais part de mes découvertes alimentaires, qui me font plaisir, et qui font avancer mieux la machine.

petit-dejeuner-sport petit-dejeuner-vegan

Ci-dessus, deux petits déjeuners composés de fruits (dont avocat) frais et secs, et de noix et graines,. Ils n’ont l’air de rien mais c’est absolument délicieux, sans sucre, pour fournir de l’énergie sur le long terme.

- La puissance du végétal : les aliments d’origine animale (viandes, laitages, oeufs) sont-ils mauvais pour les performances sportives ? Je ne sais pas, mais ce qui est sûr, c’est que les fruits et légumes contribuent vraiment à préparer et à réparer après l’effort. Surtout en cru, ils compensent les pertes minérales et apportent une grande quantité d’enzymes qui évite de puiser dans le capital musculaire à long terme (explications ici). D’autre part, le corps maintient naturellement un PH légèrement basique pour bien fonctionner. Or, tous les aliments animaux sont acidifiants, l’activité sportive étant elle-même très acidifiante, ce n’est pas la peine d’en rajouter une couche ! Cela demande beaucoup d’énergie pour réguler le PH, autant l’économiser pour mieux avancer. Les fruits et légumes, surtout verts, sont en revanche alcalinisants pour la plupart.

- Les protéines veggie : elles se trouvent partout ! Presque tous les légumes en contiennent, mais on en trouve en grande quantités dans les graines germées (plus que dans un steak, oui oui), les noix et amandes, les algues, les légumes secs dont les pois chiches (miam), les lentilles, le soja bien sûr, les graines de chanvre à saupoudrer partout (chez Un Monde Vegan), les graines de lin, la prodigieuse quinoa… J’ai appris à germer moi-même mes petites graines, c’est beaucoup plus facile que ça en a l’air, et c’est très bon (alfalfa, mungo, radis…). Ci dessous, mes snapshots de graine germée de haricot mungo (communément appelé pousse de soja) et ma délicieuse salade fenouil / carottes / algues / graines de lin.

germe de haricot mungo - proteine végétale salade-fenouil-graines-delin-algues-nori

repas vegan et sportif proteines de soja

Ci-dessus,une assiette hyper chargée en protéines (quinoa, pois chiches, graines de courges) et des protéines de soja brutes.

- Les trésors des algues : ceux qui adorent les makis sont en fait complètement fans de Nori, qui peut servir d’assaisonnement sur beaucoup de plats, je les coupe en petits morceaux, c’est à tomber par terre. Les laitues de mer ne sont pas mal non plus. Je n’ai pas essayé la chlorella, mais la spiruline en gélules (60% de protéines – contre 30% pour le steak-, et de nombreux minéraux) fonctionne bien. Ce qui me gêne c’est son goût, pour moi ça pose un problème de me forcer à manger un truc pas bon, même en gélules…

- Le piège de l’index glycémique : l’apport glucidique est la clé de la caverne d’ali baba des sportifs, et pour ma part je ne suis pas encore tout à fait au point. Comment optimiser son apport en énergie, sachant que la digestion en prend beaucoup ? That is the question. L’erreur classique quand on passe au régime végétal, est de remplacer les rations d’origine animale par des rations les glucides lents (carbohydrates = pâtes, riz, etc). L’amidon transformé entraine en fait une augmentation de la masse graisseuse au lieu de la masse musculaire : ça fait de jolies fesses rondes, mais ce n’est pas très pratique pour courir vite. Donc un apport minimum est plutôt souhaitable -en tout cas pour moi-. En revanche, l’avant-veille d’une compétition, on peut se lâcher sur les pâtes, puis la veille au soir, en manger raisonnablement. Surtout j’évite la tomate, qui est acidifiante lorsqu’elle est cuite.

- Juste avant l’effort : Il faut manger des « sucres lents », en quantité raisonnable, maximum 3 heures avant. Dans un bol, je mélange du riz avec des fruits secs, et un peu de lait de riz, d’amandes ou de soja, mais il existe plein de recettes home made (ou pas), y compris pour des barres de céréales. Parfois lorsque je me couche tard, je mange mon mélange à 5 h du matin, et à 10 heures le lendemain me voilà prête pour aller courir, c’est très utile parfois de faire la fête !

- Pendant la compétition : Si on fournit plus de 20 minutes d’effort, il faut prendre des mini rations chargées en fructose, des gels magiques, concentrés d’énergie spécialement conçus pour les efforts longs. Le jour J, j’avais un peu merdé en choisissant une marque PAS BIO qui n’a pas été très sympathique avec mon estomac. Depuis j’ai testé les gels BIO Punch Power qui sont top (à acheter au Triathlon Store où on est super bien conseillé).

Ci dessous les gels Speed’Ox Bio, et mon menu idéal de pré-compèt : pâtes bio, fenouil et oignons cuits dans un peu d’huile d’olive, assaisonnement aux algues.
speed-ox-punch-power 9a00665cb9a511e2852e22000ae90903_7

- Le mystère du citron : cet aliment ultra acide, une fois assimilé, devient ultra alcalinisant… Je bois des litres d’eau citronnée, de préférence à jeun le matin (mais pas juste avant l’effort quand même).

- La magie du chou (ci dessous salade de chou + lentilles pré-germées) : le chou est incroyablement riche en minéraux, dont du fer, très important, en calcium, en vitamines, et anti oxydants, il est donc un allié parfait du sportif. À manger cru en salade comme dans cette recette.

salade-chou-lentilles-pre-germees lemon-curcuma-turmeric

- Le pouvoir du curcuma (ci dessus, dans de l’eau avec du citron) : alcalinisant, hyper digeste, et même un protecteur intestinal, ce puissant anti cancer aide à la reconstruction cellulaire, entre autres bénéfices. On peut le consommer en poudre comme une épice, dilué dans l’eau chaude comme du thé, ou frais pressé en jus centrifugé, en compagnie de pommes, carottes, ou autres trucs cool.

- Les chia seeds, panacée ou bullshit ?Photos ci dessous – prononcez Tchia, s’il vous plait :

5f3785dacc7111e2a61722000a1f9d6d_7 petit-dejeuner-chia-seeds

Ces petites graines noires ou gris clair sont très à la mode chez les « New Age », je n’ai donc pas pu m’empêcher de tester. D’une texture visqueuse lorsqu’elles sont en milieu humide, je les saupoudre un peu n’importe où, ça craque sous la dent, mais ça n’apporte pas grand chose d’un point de vue gustatif. Si elles peuvent me permettre les mêmes prouesses que celles du Peuple Tarahumara d’Amérique du Sud, et bien allons-y.  En tout cas il ne faut pas en abuser, croyez moi…

- La boisson miraculeuse :

acai-berry-sol-semilla acai-berry-sol-semilla-purple

Pour les entrainements je concocte une boisson isotonique home made (eau filtrée, un peu de sel, du miel ou sirop d’agave, 20% de jus de fruit frais -pomme et/ou carotte-, de l’acérola) à laquelle je rajoute de la poudre d’Açaï : découverte au Paris Vegan Day, ce super aliment, concentré de poudre violet sombre, anti-oxydant et tonique, s’achète chez Sol semilla. J’ai noté une nette amélioration lors de mes entrainements, que ce soit natation ou course à pied.

Voilà, tout ça peut paraitre un peu rébarbatif, mais c’est passionnant lorsqu’on a mis le nez dedans. Et il y a encore mille autres choses, j’en découvre de nouvelles presque tous les jours. Manger végétal, c’est tout un lifestyle, et ça prend (un peu) de temps et de réflexion. Alors, pour tous ceux qui n’ont pas envie de faire eux-mêmes le contenu de leur assiette, promis je ferai bientôt un post de restaurants à Paris.

En tout cas, ce sont ici des réflexions personnelles, et je ne veux rien prouver, peut-être juste ébranler cet espèce de truc gravé bien profond dans nos inconscients collectifs : « la viande rend costaud ». Et la soupe fait grandir, n’est-ce pas ! Pour moi l’alimentation est un choix presque intime, même si les conséquences sur notre santé, l’environnement, les droits des animaux, sont colossales. Alors, tous en plant-based ? D’abord il ne faut pas passer d’un extrême à l’autre, et puis, que serait notre patrimoine gastronomique, en version végétalienne ? Au secours ! Les Ayatollah Vegan (j’en ai rencontré quelques uns) me font très peur, je préfère donc rester « flexitarienne » : vegan au jour le jour, avec des exceptions. En revanche, avant un gros événement sportif, pas question de faire des écarts ! Et je continue, pensez à moi bien fort le 2 mars, car je courrai le semi marathon de Paris. Fingers crossed. Youhhhhouuuuu le mélange de trouille et d’excitation !!!!

PS. Je mange tellement de graines que mes amis me surnomment « le moineau ».

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

English version « à la mode » by Matthew Pagett

FIVE A DAY

The eat to improve athletic performance? It turns out that a plant-based, local, and organic diet (so, “low impact,” which is nice) is increasingly recommended. I’m more of an amateur athlete but I hang out with a lot of seasoned jocks, and I ask them tons of questions, because I still have so much to learn. It’s crazy that most of them don’t want to believe that a purely plant-based diet can improve performance. But there are plenty of vegan athletes, and they’re not just doing it to copy Jay Z and Queen Bey. They’re generally so ripped that, in my opinion, nobody dares ask them where they’re getting their protein…

Just check out Brendan Brazier’s site, who is incredible and inspiring, or this couple from New Zealand, who went all around Australia by running a marathon EVERY DAY in 2013, which in case you lost count is 365 marathons in a row, all while eating raw AND vegan! They seem like they’re in great shape, and their story is really quite touching. I’m a fan.

As for me, I work out mostly for pleasure. I choose my equipment for its aesthetic qualities rather than its technical qualities (I’m incorrigible), and my results aren’t that bad. For the only race I ever ran – a triathlon – I was pleasantly surprised. And as it turns out, I ate a 100% vegan diet for the 10 days leading up to it.

So, eating to stay in shape – fine. But if you have to struggle to eat things that don’t taste good, or deprive yourself to follow a diet, no way! So here’s a very subjective post, interspersed with a few #instafoods where I share my culinary discoveries: the ones I like and the ones that keep my body running better and better.
Above, two breakfasts with dried and fresh fruits (including avocados), nuts, and grains. They may not look like much but they’re absolutely delicious, and sugar-free so they provide long-lasting energy.

- The power of plants: is animal-based food (meat, dairy, eggs) bad for athletic performance? I don’t know, but what I do know is that fruits and vegetables are great for gearing up for an effort, and for recovery. Especially when they’re raw, they replenish lost minerals, and are full of enzymes that mean you don’t have to tap into long-term muscle storage (more information here). On top of that, the body naturally maintains a slightly basic pH. Since all animal-based foods are acidic, and athletic activity is too, there’s no point in adding more! It takes a lot of energy to regulate pH, which you might as well devote to performance. Fruits and vegetables, especially green ones, mostly have an alkalizing effect.

-Veggie protein: it’s everywhere! Almost all vegetables contain protein, but there’s more to be found in sprouted grains (more than in a steak, yes it’s true!), nuts and almonds, seaweed, dried vegetables like chickpeas (yum), lentils, soy of course, hemp seeds you can sprinkle anywhere (see Un Monde Vegan), flax seed, and the prodigious quinoa, to name just a few. I’ve learned how to sprout my own little seeds. It’s a lot easier than it looks, and they’re quite tasty (I’ve made alfalfa, mung beans, radishes…).

[Below], photos of my mung bean sprouts, and my delicious fennel / carrot / seaweed/ flax seed salad.
[Above], a plate loaded with protein (quinoa, chickpeas, pumpkin seeds) and raw soy protein.

- The treasure of seaweed: sushi lovers are total Nori fans. It can be used to season any number of dishes. I cut them into little pieces that make me weak in the knees. Sea lettuce is pretty good too. I haven’t tried chlorella, but spirulina in gel caps (60% protein compared to 30% protein for steak, and full of minerals) works well. What I don’t like is how it tastes… and it’s a problem for me to have to force myself to eat something that doesn’t taste good, even if it’s in a pill.

- The glycemic index trap: mastering energy levels is the key to Ali Baba’s cave for athletes, and this is one I don’t completely master. What’s the best way to optimize energy sources, since digestion takes so much energy? That is the question. The classic mistake when someone goes vegetarian is replacing animal food with carbs (pasta, rice, etc.). Processed starch leads to putting on fat instead of muscle: it makes for a nice round behind, but it’s not great for running fast. So it’s best to minimize this – at least for me. On the other hand, you can go crazy on pasta two nights before a race, and then eat it again, in a reasonable amount, the night before. I make sure to avoid tomatoes, which are very acidic when they’re cooked.

- Just before the race: Eat a reasonable quantity of complex carbs, at most 3 hours before. I usually mix some rice together in a bowl with dried fruits, and some rice milk, almond milk, or soy milk, but there are plenty of homemade recipes (and some less homemade ones), for things like that or for granola bars.  Occasionally, when I go to bed late, I eat my mix at 5 AM, and at 10 AM the next day I’m ready to go for a run. Sometimes going out late can be useful!

- During the race: If you’re going to be exercising intensely for more than 20 minutes, you need mini-snacks loaded with fructose, magic gels that are energy concentrates specifically designed for extended efforts. On race day, I messed up a little by picking a NON ORGANIC brand that didn’t really agree with me. In the time since, I’ve tested Organic Punch Power Gels which are great (you can find them at the Triathlon Store, where they’ll help you find exactly what you need).

[Below], the Speed’Ox organic gels, and my ideal pre-competition meal: organic pasta, fennel and onions sautéed in olive oil, seasoned with seaweed.

- The mysterious lemon: Once this ultra-acidic food is digested, it has an amazing alkalizing effect. I drink liters of lemon water, preferably on an empty stomach in the morning (but not right before a workout).

- The magic of cabbage (below, cabbage salad + pre-sprouted lentils): cabbage is incredibly rich in minerals, like iron, which is very important, calcium, vitamins, and anti-oxidants. It’s the athlete’s perfect teammate, and can be eaten raw in a salad, like in this recipe.

- The power of turmeric (above, in water with lemon juice). Alkalizing, highly digestible, and an intestinal protector, this powerful anti-cancer plant helps in cell reconstruction, among other benefits. It can be taken as a powder (in spice form), infused in hot water (like tea), or cold-pressed in a juicer, accompanied with apples, carrots, or other tasty treats.

- Chia seeds – panacea or BS?  -  Photos below:

These little black and grey seeds are very popular now among the New Age crowd, so I couldn’t resist trying them. They’re viscous when wet. I sprinkle them around here and there. They crunch when you bite into them, but there’s not much of a taste. If they can confer upon me the same prowess as the Tarahumara in South America, then why not. But in any case, it’s best not to eat too many… trust me on that one.

- The miracle drink:

For workouts, I mix up a homemade isotonic drink (filtered water, a pinch of salt, honey or agave syrup, 20% fresh fruit juice – apple and/or carrot –, and acerola), and add Açaï powder. I discovered it at Paris Vegan Day. It’s a concentrated dark violet powder, an antioxidant and tonic superfood. It can be bought at Sol semilla. I noticed a clear improvement in my workouts, both swimming and running.

So there you have it… it can all seem like a lot of work, but it’s really exciting once you get into it. And there are a thousand other things: I’m discovering new ones almost every day. Eating vegan is a whole lifestyle, and it takes (a little) time and thought. For those who don’t want to have to fill their plates themselves, I promise I’ll soon write a post about restaurants in Paris.

In any case, these are just my personal opinions, and I’m not trying to prove anything. Rather, I just want to try to shake this sort of deeply ingrained idea in our collective consciousness, that “meat makes you strong.” And soup makes you grow tall, right…? For me, eating is an intimate choice, even as the consequences for our health, the environment, and animal rights are colossal. So, should we all go vegan? First, it’s not a good idea to go from one extreme to the other, and then, what would happen to our rich culinary tradition?  What to do? The Vegan Ayatollahs (I’ve met a few) really scare me. So I prefer to stay “flexitarian”: vegan most of the time, with some exceptions. However, before a big sports event, there’s no question of deviating! And I’m continuing onward – keep me in your thoughts on March 2, because I’ll be running the Paris half marathon. Fingers crossed. I’m terrified and excited!

P.S. I eat so many seeds that my friends call me “the sparrow.”

6 janvier 2014

WANTED: NUBIO, JUS PRESSÉS MAIS PAS PRESSURISÉS par ISABELLE

nubio-coldpress-juice-jus-detox

Hello 2014 ! Hop, la fête est finie, on a rangé la galette, on se pose avec deux crans en plus sur la ceinture et des poches sous les yeux, quelques bonnes résolutions en route. C’est là qu’arrivent à point -et livrés à domicile-, les jus Nubio. Ce concentré de pure greenitude est raw, local, pressé à froid, bio, vert, frais, super healthy, emballé dans le plus écolo des plastiques -P.E.T. recyclé-, et surtout trop trop bon ! La cure « Nouveau départ » répondra parfaitement à nos aspirations détox de saison. Un seul jus équivaut à une grosse salade et peut remplacer un repas : ceux qui n’ont même pas le temps de manger feront d’une pierre deux coups.
Voilà, vive 2014, bonne année, et surtout bonne santé, les amis !

Les cures se commandent sur  www.nubio.fr.

30 octobre 2013

CYRIL AOUIZERATE, «PEACE, LOVE, UNITY & HAVING FUN» par HÉLÈNE

Cyril-Aouizerate

On inspire, on respire. On inspire, on respire.

À la « Smile team » on est un peu en hyper ventilation depuis qu’on a rencontré Cyril Aouizerate. Faut dire que c’est un peu notre héros Cyril, notre Steve Jobs du fast-food et de l’hôtellerie, qui distille ni vu ni connu son message Green et Red dans ses projets.  Et le rouge et vert ce n’est pas pour le côté italien hein (ma que dici !) mais plutôt pour l’aspect écolo ET révolutionnaire.

Le chapeau melon a remplacé le col roulé noir, le projet est plus humaniste que technologique mais on retrouve la même vision d’un business idéologique… avec le côté « vegan » en cerise sur le cheesecake, sans matière animale et M.O.B. Made (du nom de son concept de fast-food).

Faut dire qu’il est tellement fort Cyril que non seulement toute sa famille, mais même son labrador s’est mis aux croquettes végétales. Alors il ne faudra pas s’étonner que ce génie urbain ait aussi réussi à nous faire redécouvrir Paris. Vous en train de guincher sur le toit de la Cité de la Mode et du Design Quai d’Austerlitz avec cette vue incroyable sur la Seine, et la bande du Baron et du Silencio aux platines c’est lui ; vous parti vous encanailler porte de Bagnolet au Mama Shelter, c’est encore lui. Et vous en mode « comfort food brunch» du dimanche au M.O.B. sans imaginer que ce MOB Dog deluxe à 8 € est aussi bon pour votre corps, c’est encore lui !

Et dire que tout a commencé grâce à Spinoza il y a 20 ans. So chic.

C’est en effet à une conférence sur Baruch de son petit nom, un de ses maîtres en philosophie, que Cyril rencontre le Jedi de la promotion immobilière : Alain Taravella président d’Altarea Cogedim (à ne pas confondre avec la Cogip, seuls les fans d’Edouard Baer comme moi pourront comprendre cet allusion à une émission culte de Canal + Message à Caractère Informatif) qui l’initie au secret du montage de projet et à l’entreprenariat.

Et c’est parti pour l’aventure du Mama Shelter avec  la crème de la crème dans la tribu : Serge Trigano en associé, Philippe Starck au design, Alain Senderens aux fourneaux, avec comme résultat un hôtel « design et de qualité  » ouvert en 2008 avec un prix défiant toute concurrence. Success-story, le Mama fait des « Bébés Shelter »: 2012 à Marseille, 2013 Istanbul, Lyon et Bordeaux, et en gestation : Lille et Los Angeles.

mama shelter

Aujourd’hui, le dernier venu, c’est M.O.B., comme Maimonide of Brooklyn. Maimonide pour le nom du philosophe et médecin du Moyen-Age qui l’a inspiré, et Brooklyn car c’est là que la nouvelle aventure est née avant d’arriver à la Cité de la Mode et du Design.

Restauration naturelle, ambiance cool et les classiques du fast-food en mode Green, ça change de la salade d’algue sur fond de Ravi Shankar que l’on associe avec les « restaurants végé ». On guette donc les prochaines ouvertures, à commencer par celle dans le nouveau World Trade Center à New York.

M.O.B.

Mais M.O.B ne s’arrête pas là, et continue à rendre tangible son idéologique du « vivre ensemble » en devenant un véritable « lifestyle ». Tu manges M.OB., tu vas bientôt dormir M.OB. Entre hôtel urbain et monastère laïc, les M.O.B. hôtels réuniront bientôt tout ce qui fait la « Philosophie Aouizerate » : qualité, design, mixité sociale et surtout prix ultra accessibles (oui Madame, oui Monsieur, une chambre pour la modique somme de 49€ !).

no-desease-that-can-be-treated-by-diet-should-be-treated-by-other-means

Alors on se M.OB.ilise tous ! Et on attendant de suivre les prochains projets du « Papa Shelter », on garde en tête la citation de Geronimo qui est présente sur son site :

« Quand le dernier arbre aura été abattu

Quand la dernière rivière aura été empoisonnée

Quand le dernier poisson aura été pêché

Alors on saura que l’argent ne se mange pas. »

M.OB. Brooklyn – 525 Atlantic Avenue – Brooklyn, NY 11217
M.O.B. Paris – LES DOCKS – 34 Quai d’Austerlitz – 75013 Paris

www.mob-usa.com

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

some-like-it-green-questionnaire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Attention, nouveau rendez-vous sur votre blog préféré (n’est ce pas :)) !!!! Un questionnaire à la sauce « Smile Spirit » qu’on aurait pu appeler « Le questionnaire de Sprout », mais c’était pas hyper glam niveau prononciation, nous avons donc préféré le « Some like it Green » questionnaire (petit clin d’oeil à un de mes cinéastes préférés qu’est Billy Wilder). Et nous sommes fiers de pouvoir inaugurer cette nouvelle rubrique avec Cyril.

S&StP : C’est quoi « être Green » pour vous?

C. A. : C’est être un peu rouge aussi. Je ne vois pas le rouge tout seul, je ne « bois pas le vert  » tout seul, tout cela n’a de sens que si on le partage avec nos frères humains.

Vous vous rappelez de votre « Green coming out » ?

C’est mon histoire d’amour qui est mon « coming in » dans mon histoire verte.

Quels sont vos 3 principaux gestes green ?

- je me lave à la cruche avec très peu d’eau,

- je mange vegan,

- j’achète essentiellement des légumes locaux.

Le geste non-green dont vous ne pouvez-vous passer ?

La voiture et je suis contre le discours culpabilisant sur l’automobile par rapport à tous ces gens qui ont besoin de leur caisses pour aller gagner leur vie. La culpabilité est contre-productive.

L’action globale « green friendly » que vous admirez le plus, rêvez de mettre en place?

Plus vieux, je rêverais de créer une université libre comme à fait Michel Onfray à Caen. L’objectif serait de te remettre à niveau pendant un an sur sur les maths, l’anglais, l’histoire de France mais vue de manière positive au travers de personnages forts comme Napoléon ou Lafayette, et tout ça avec des professeurs incroyables venus de Harvard, Stanford…

Votre gourou ?

Pas de gourou mais un grand maitre de philosophie Yeshayahou Leibovitz, personnage complexe et aussi un des grands spécialistes de Maimonide (NDLR : le M de Maimonide), j’ai passé un an avec lui à étudier il y a 20 ans grâce à Emmanuel Levinas . Une époque studieuse et insouciante.

A quoi vous carburez ?

Un peu trop au café …et à l’amour qu’on peut donner et avoir des gens qui sont autour de vous

Vous avez un jardin secret ?

Un abricotier dans le jardin de ma mère qui a été fendu en deux pendant un orage et sauvé par mon père à force d’efforts, de patience. C’est l’objet qui a le plus de valeur pour moi. À les yeux, il s’agit d’un geste 1000 fois plus puissant que tous mes projets.

Le super pouvoir que vous aimeriez avoir pour sauver la planète ?

C’est de pouvoir envoyer des lettres de demandes à des dirigeants d’Etat qu’ils sont obligé d’appliquer quand ils ont fini la lettre.

Où se trouve votre coin de paradis perdu?

Chez ma maman à côté de Toulouse.

Votre bible  ?

Je pense à deux ouvrages:

- Pessoa, le livre de l’ intranquilité . Une bible laïque, la puissance de la mélancolie comme source de création et non de déprime:   Le livre qui définit le métier de l’homme pour moi qui est d’être inquiet. C’est un livre d’une puissance époustouflante de génie.

- Iceberg Slim: pimp,  les mémoires d’un maquereau. Un roman qui pour moi décomplexe les gens sur l’écriture. D’une puissance absolue, il aurait pu recevoir le prix Nobel de littérature.

« Et de l’animal que donc je suis » de Jacques Derrida comme déclic Vegan.

( NDLR : et dans le même registre le site de Cyril Aouizerate héberge une bibliothèque virtuelle du droit des animaux avec des textes magnifiques de Gandhi à Levinas en passant par Schopenhauer, http://bibliodroitsanimaux.voila.net)

Le film qui vous a marqué ?

Andrei Roublev de Tarkovski, un chef d’œuvre.

À quoi êtes-vous addicted ?

J’ai besoin tous les jours d’avoir une réflexion spirituelle pour déconnecter de l’urgence , de l’immédiateté du business …et le sexe en 2ème mais amoureux !

Quel est votre uniforme de la saison?

La barbe, le chapeau melon (ndlr de NYC) parce que c’est sérieux et les bracelets tibétains mais  je ne suis pas fétichiste, j’en porte beaucoup, de temps en temps je les donne.

Quel est le meilleur moyen de partager la « green attitude »?

C’est d’avoir sans cesse à l’esprit la question du métier de l’homme. Être Green c’est être inquiet et connaître sa responsabilité.

Quel est l’argument ultime pour convaincre de sauver la planète ?

« S’il vous plaît! »

17 avril 2013

MOOD: VEGAN DINER par ISABELLE

Voilà. Encore hier soir j’ai subi un interrogatoire sur mon alimentation. Être vegan c’est plus compliqué que d’avoir des opinions politiques extrémistes, on est sans arrêt obligé de se justifier. C’est pourtant pas très difficile de comprendre que je tiens à ma santé, et à la non prolifération de la cruauté en ce monde. Ça y est je suis cataloguée mémère à chats. J’ai pas de chat, je suis en meilleure forme que toi, et je t’emmerde.

Voici une assiette tout à fait équilibrée, et cuisinable par le plus crétin d’entre nous tellement c’est simple.

- En rose : hummus de betterave (pois chiches cuits, betterave cuite, huile d’olive, jus de citron, sel, poivre, vinaigre de cidre, le tout mixé)
- En jaune : même chose, sauf qu’à la place de la betterave on met du curcuma
- En orange grillé : fricassées de carottes, pommes de terre noires et normales (les éplucher et couper grossièrement, les braiser dans une poëlle pas trop chaude pendant 1/2 heure en les retournant de temps en temps, en fin de cuisson ajouter sel et herbes fraîches)
- En blanc : salade de fenouil : fenouil coupé menu, huile d’olive, citron, sel, poivre)
- En marronnasse (mais c’est bon quand même) : Salade de chou rave (chou rave râpé, vinaigre de cidre, huile d’olive, balsamique BIO, graines de sésame)

Voilà. Ce n’est pas compliqué, ça prend pas plus de temps que d’aller s’acheter un plat à emporter que tu crois home made mais en fait c’est du surgelé plein de conservateurs et de glutamates, ça rend heureux (là on dirait pas mais sisi ça va la vie), c’est bon, et ça nique pas la planète. Bon appétit les amis.

recettes-vegan

2 avril 2013

PIERRE RABHI : AU NOM DE LA TERRE par ISABELLE

Pierre Rabhi, vous connaissez ? Il est incroyable. Il donne envie à n’importe quel citadin de tout abandonner pour aller cultiver la terre (au soleil ☀ ), non ?
Parmi les nombreux Soixante-Huitards ayant fait leur retour à la terre, il y a eu Pierre Rabhi, un jeune homme d’origine Algérienne à l’histoire un peu compliquée, qui s’est installé avec succès, et surtout beaucoup de réflexion, d’humanisme, et d’humour, dans une des plus belles régions de France (une partie de mon cœur est là bas, en Ardèche, à la limite des Cévennes). C’est très beau, c’est rude, il fait chaud en été, froid en hiver. Magnifique.

Ci dessous, la bande annonce du film « Au nom de la Terre », reportage qui lui est consacré, en salles en ce moment. C’est parfait pour se reconnecter avec son assiette, et surtout beaucoup mieux qu’une pub pour barres protéinées industrielles.
Il faut voir ce film !

En bonus, un autre documentaire :

15 septembre 2012

WANTED: IN/FUSION par ISABELLE

La tisane BIO, avant, c’était pas glamour du tout. Maintenant on boit IN/FUSION, quatre mélanges citadins intitulés « Paris », « Berlin », « L.A. » et « London ». Quatre cocktails de fruits/tisanes surprenants et divinement bons, en plus d’être beaux, bio, emballés recyclable et même locaux (France) pour certains ingrédients. Ironie du sort je n’ai pas encore goûté L.A. qui est sans nul doute délicieux.
C’est tout nouveau, on les trouve dans les meilleurs endroits (wink wink appuyé) de Paris.

www.facebook.com/infusion

boisson-in-fusion-bio_1

tisane-in-fusion-bio-natural-tisane-for-urban-living

4 septembre 2012

WE LOVE GREEN par ISABELLE

Chez Smile &StP nous aimons la musique, l’herbe verte, Cody Chesnut (remember « The Seed »), le champagne (surtout bio), la fête, Beirut, les tipis, l’upcycling, Herman Dune, les paons, Connan Mockasin, les petites fleurs, les expériences culinaires, Breakbot, les capteurs solaires, l’art, le bon son, et donc forcément nous adorons le festival We Love Green, qui aura lieu du vendredi 15 au dimanche 16 septembre.

L’année dernière c’était le festival (Parisien) le plus cool de la saison. Si si je suis objective ! Pas seulement pour l’aspect green. Les gens étaient beaux et gentils, la musique top, l’endroit magnifique, il faisait beau, il y avait du love partout.

Donc cette année on recommence, et on postera des petites nouvelles en direct. En attendant voici quelques images alléchantes. Bisous

www.welovegreen.fr

Souvenirs de l’année dernière :

we-love-green-2011_5

we-love-green-2011_1

we-love-green-2011_3

we-love-green-2011_4

we-love-green-2011_2

Ce qui nous attend cette année (ce sera deux fois plus grand, me dit-on) :

we-love-green-2012-1
Cody Chessnut :

cody-chessnut-guitare

La femme :

Les tipis :
we-love-green-2012_2

we-love-green-festival-2012

30 mai 2011

SMILE & CYCLE @ BAGATELLE : MERCI ! par ISABELLE

Pour cette fabuleuse fête, MERCI Thibaut et Tiffany ! Merci l’institut Bonheur, Rasmus, Rocco,
les 4 jumeaux ! Merci fabuleux Coursiers à Vélo de Paris !

_velo-ecolo-bagatelle

_bagatelle-smile-cycle

_bagatelle-smile-velo

_rasmus-bagatelle-smile-cycle

_rocco-thibaut-velo-bagatelle

_bagatelle-gagnant-velo

Bravo aux deux gagnants, Koen et Martyn, qui représentaient la Hollande, l’autre pays du vélo.

Ils ont reçu des cadeaux green et précieux : Merci à Sentara, pour ses merveilleux cosmétiques bio, à Honoré des Prés, pour ses parfums délicieux, et ses verrines distribuées en exclusivité chez Colette, merci à LØV Organic pour son thé bio, et à Misericordia pour ses Tee Shirts en coton bio.

_cadeaux-smile-cycle-bagatelle

Vive le vélo écolo, qui fait de belles fesses, et de BELLES FÊTES !

Re-merci à Tiffany pour ses © photos.

7 décembre 2010

I LOVE SENTARA par ISABELLE

Mayia a la peau dans la peau. Elle a suffisamment tripoté celle des plus grands mannequins et artistes, comme maquilleuse, pour savoir de quoi ces épidermes maltraités ont besoin.
De simplicité, de consolation, de pureté, de… paix et bonheur.

Cela lui a pris 7 ans pour élaborer la gamme de soins Sentara. Elle a choisi un nom basque, -comme ses origines-, qui veut dire « Bon Sens ».

J’aime vraiment son approche. Non seulement Mayia est jolie, mais elle dégage quelque chose de BIEN. Et si je lui dis que je ne mets presque rien sur ma peau, elle me répond que j’ai raison, c’est mieux d’utiliser très peu de produits cosmétiques ! Pour celle dont c’est désormais le fond de commerce, je trouve ça culotté.

Il faut savoir que la peau est perméable et absorbe une bonne partie de ce qui nous passe sur le corps. Donc on en met peu, mais rien que du meilleur. Du « sans » chimie ou allergisants, et du « avec » hydratants et traitements à la fois très technologiques et 100% naturels et/ou biologiques.

La gamme est composée de quatre produits. Le design bien pensé, aux codes luxueux, aux emballages en plastique recyclé et recyclable, prouve encore que la « conscience verte » n’est pas un style, mais bel et bien le respect de la nature et de l’humain. Les textures, elles, sont sensuelles, et les parfums subtils et gourmands. J’ai totalement adopté le baume contour des yeux et/ou des lèvres, au petit tube très mignon. La « Crème de tout temps » est géniale, un cold cream qui vous répare en moins de deux, avec en prime ce parfum merveilleusement suave, super discret mais super résistant. Son nom m’a donné l’idée de l’utiliser comme protection contre le crachin parisien lorsque je cours, et ça marche !

Bref, si vous aimez les cosmétiques, -ou pas-, mettez-vous sous la protection de Sentara, et de Mayia par la même occasion. C’est sur http://www.sentaraskincare.com, et chez Natural Glam dont nous avions déjà parlé ici, un site qui choisit décidément bien ses marques, si vous voyez à qui je pense.

Ci dessous le quatuor à plein de cordes à son arc. Aussi beau que bon.

Gamme_Sentara_3002

2 décembre 2010

MON SLOW SHOPPING AU CENTRE COMMERCIAL par CECILE

Centre commercial // Définition : groupe nominal masculin désignant un monstre boursouflé d’escalators, un îlot artificiel de surconsommation hystérique, gonflé aux hormones d’enseignes transnationales (oui c’est le mot ad ‘hoc, on ne dit plus multinationales… ce n’est pas moi qui pérore, c’est le dernier  atlas des mondialisations du Monde).

Le nouveau concept-store ironiquement baptisé Centre Commercial, au 2 rue de Marseille – Paris X, c’est tout sauf ça ! Forcément,  ce sont 150 mètres carrés de pure épure et de commerce engagé, tout juste inaugurés par les deux fondateurs de Veja. Les puristes du développement durable affectionnent déjà la marque pour sa conscience, et les autres y viennent par l’esthétique. Les ingrédients de la boutique sont les mêmes ; on y retrouve forcément les sneakers en coton bio et caoutchouc naturel et les sacs Veja mais aussi une sélection pointue de créateurs de mode, cosmétiques (mention spéciale pour le choix de Doux Me, LA bio-marque française historique) et bijoux retenus pour leur plus-value humaine ou environnementale.

Centre-Commercial_Veja_1

Soyons clairs, je n’aime pas la mode éthique telle qu’on me la sert encore trop souvent, à coup de blouses déstructurées ou de chandails qui grattent et  j’«entorse» par conséquent mon règlement écolo intérieur juste pour parer mon extérieur.

Chez Centre Commercial, j’avais envie de tout ; et l’accro au shopping (mal assumée) qui sommeille en moi,  ne regrette pas ses moufles en laine d’agneau de la suédoise Camilla Norrback et ses bottes gardiannes au tannage végétal  « made in Camargue ». Car c’est là aussi qu’ils sont malins chez CC ! La valorisation des matériaux écolos c’est bien, le respect et la revalorisation des savoirs-faire locaux (français, anglais, danois…) c’est, si ce n’est mieux, complémentaire.

Centre-Commercial---La-Botte-Guardian

Chez Centre Commercial, on se cultive aussi : le ton est donné dès l’entrée avec, entre deux chemises en coton bio, un des livres de JR, l’artiste français qui a fait de la rue la plus grande galerie d’art et qui a signé cette année un superbe premier long métrage Women are Heroes que Smile vous recommande plus qu’ardemment. Une grande claque sur la dignité des femmes projetée à Cannes mais aussi pour mon grand bonheur cette semaine en clôture du Festival International du Film d’Environnement à la Pagode. Un peu plus loin, sur une table (belle et vintage elle aussi ), une sélection alternative d’écrivains et essayistes et toute la collection de l’excellent magazine XXI.

L’équipe nous annonce également des expositions temporaires et interventions  artistiques, et cela devrait être très chouette au milieu de l’offre permanente de mobilier, luminaires et porcelaine chinés par des brocanteurs : exposés pour l’ouverture, les néons de l’artiste brésilien Kleber Matheus font mouche.

Centre-Commercial-boutique

Mon prochain achat : l’une des très belles bicyclettes récupérées  et restaurées par l’association d’insertion Ateliers Sans Frontières (ASF), mais j’attends qu’on me vole mon vieux bicloune pour me l’offrir légitimement et continuer à « ralentir le rythme de notre société de vitesse » l’adage des deux fondateurs de Centre Commercial…

Centre Commercial

2 Rue de Marseille

75010 Paris

Ouvert du mardi au samedi de 11 heures à 20 heures et le dimanche de 14 heures à 18 heures.
Tél. : 01 42 02 26 08.
www.veja-store.com

30 novembre 2010

C’EST HYPER TROP CLEAN par ISABELLE

Tout a commencé avec un tweet sans intérêt. J’ai une petite tendance à divulguer le contenu de mon panier bio sur twitter, car il faut bien alimenter le flux sinon on perd des followers, ce qui est très difficile à supporter psychologiquement.

Donc, dans ce tweet, j’annonçais que j’avais découvert une jolie petite chenille verte dans une laitue de la même couleur. Nous avons décidé, mon fils et moi, d’élever la chenille. Et là, ON me tweete, « beurk, si tu veux je peux te filer des mites, j’en ai plein ».

D’abord, une jolie chenille qui deviendra papillon, ce n’est pas la même chose qu’une connasse de mite qui a saboté un cachemire et un manteau. Nuance. Ensuite, je ne vois pas pourquoi c’est dégoûtant, une chenille ! Bon, je n’irais pas jusqu’à la manger, mais dans un petit récipient aménagé spécialement à cet effet, elle était trop mignonne sur son lit repas de salade verte. Car je peux vous dire qu’une chenille, ça mange. Et beaucoup, et vite. Et ça QUINTUPLE de volume en 3 jours. Maintenant, elle s’est enfermée dans son cocon, et elle dort.

Laissons-la tranquille et penchons-nous sur cette réaction de dégoût. La salade bio, il faut la laver (ça j’avoue j’ai appris à le faire récemment) avant de la manger. Il y a de la terre dessus, et parfois des petits animaux, et sans doute de nombreuses bactéries. La salade emballée toute prête du supermarché, elle, n’héberge aucun animal. Et aucune bactérie, si ça peut vous rassurer ! Et oui, elle est passée au désinfectant avant d’être emballée. Alors c’est quoi, le plus répugnant, de manger des feuilles de salade nourrie au substrat chimique hors sol, imbibée de chlore, ou une salade qui a poussé dans la VRAIE terre, saupoudrée de petites bactéries -pas du tout nocives bien au contraire- mêlées de résidus de déjections de chenille ?

Pour ma part, l’idée de vivre dans un hôpital aseptisé me dégoûte. J’ai choisi la bave de chenille. Slurp.

-

*** La petite chenille, « noctuelle » de son nom scientifique, fait également beaucoup caca, et c’est pour ça qu’on lave quand même la salade. Et aussi, pour éviter que ça (la terre, la vraie) croustille sous la dent.

petite-chenille-de-salade

-

4 octobre 2010

SLOW TEA par ISABELLE

Un téléphone à un euro, des couverts en plastique, des gobelets ou des mini bouteilles, des canettes, des lingettes jetables, des serviettes de table en papier, des échantillons cosmétiques, un sachet de thé… nous avons pris l’habitude de prendre pour « donné » ce qui est gratuit ou presque.

Parce qu’il n’y a pas d’incidence sur notre pouvoir d’achat nous imaginons que nous pouvons user et abuser à l’infini de tous ces trucs et habitudes qui ont plombé notre quotidien de déchets énormes. On croit gagner beaucoup de temps, mais comment peut-on se laisser avoir par des petits procédés industriels gadgets… Ces tout petits « avantages » ont en réalité une GRANDE CONTREPARTIE négative sur la balance écolo.

Le thé emballé en sachets individuels pré-dosés est-il réellement plus pratique ? Pour ma part je trouve ça moche et dégueulasse. J’aime tout simplement le BON thé BIEN infusé, à la BONNE température, dans une vraie BELLE théière. L’avenir, ou la modernité, ce n’est pas forcément du jetable. C’est certainement du beau, du bon, du durable, et du simple.

D’ailleurs, il vaut mieux se méfier des emballages « ouverture facile »… Vous aussi, vous avez remarqué ?

Meret Oppenheim / « Déjeuner en fourrure » / 1936

MERET-OPPENHEIM-TEA

12 septembre 2010

NU JEANS par TIFFANY

Gerard (dos)

If you are like me, you wear your jeans everyday a lot. Given that my jeans are like a second skin, I like the idea of wearing something organic. I was happy to discover Nu jeans.  Jean-Philippe, one of the co-founders of Nu believes that we have a lack of respect for the creation of the products we consume. He and his business partner Maxime are trying to change this mentality by offerering jeans that should be “worn to death”. And since my jeans are in heavy rotation, I like what Nu is all about.

I asked Jean-Philippe the question, “Why jeans?’. He explained that jeans are a critical product that symbolize the problem of fast fashion. The main goal of Nu is to produce high quality essential pieces that are organic and ethically produced. Jean-Philippe knows a lot about this because he studied sustainable development, and is interested in how we can apply these ideas to fashion. What is impressive to me is that Nu boasts a small area of production. There is a mere two hundred kilometers between cotton field and production. The denim itself is raw—a very rare quality in these days of worn-in, whiskered denim that you can buy off the shelf.  It’s these chemical treatments that have devastating effects on the environment, and on the people who are making them. And to emphasize how silly this used-denim trend really is, Jean-Philippe says, “If you buy a car, you don’t buy one that is a bit broken.”

Nu hopes to go beyond the concept of organic, and affect the way we consider clothing consumption. They have strong beliefs balanced with a good sense of humor (read their ten commandments), as well as a passion to create products of quality that aren’t just another pair of jeans.

12 septembre 2010

LA BEAUTE BIO A TROUVE SON PLUS BEL ESPACE par CECILE

Si l’e-boutique Natural Glam avait des mètres carrés dans le monde réel, elle serait un loft accueillant et définitivement labellisé haute qualité environnementale. Ce concept-store en ligne que les filles ont bonheur et enthousiasme à parcourir,  propose en effet une mise en lumière appétissante et exigeante des plus belles marques de cosmétique haut de gamme.

Un espace green jusqu’au bout des ongles comme sa fondatrice, Florence Fouillet, qui a  posé ses cartons recyclés dans le « Loft des Filles » qui accueille à son initiative dans le 3ème des entrepreneuses de la mode, du bien-être et du net avec un supplément d’âme durable.

Image1

Scientifique de formation et après plusieurs années à affûter ses armes bio dans le secteur de la beauté, la belle Florence, maman et chef d’entreprise épanouie à la passion contagieuse, a consulté et étudié plus de 300 marques avant d’en proposer sur son site une sélection inédite et rigoureuse, comme elle la recommanderait à ses amies et voisines… de loft.

Si les produits sont « sans » (parabène, phénoxyéthanol, PEG, sans colorant ou parfum synthétique) le site est formulé avec un multitude de  « plus » généreux :  charte, diagnostic beauté personnalisé, et engagements auprès de l’ONG WWF dont Natural Glam a été le premier partenaire sur le marché de la beauté et du bien-être.

cr_caroline_quadri

Les marques Beo, Sheerino’kho , Doux me, Senke, Organic Luxury Cosmetics, Patyka, 2moss, Balm Balm , pour ne citer qu’elles, sont toutes à portée de clic et livrées dans la journée à coursier vélo pour les parisiennes. Une mention spéciale pour la section Cadeaux, testée et chaudement recommandée pour satisfaire vos copines les plus green ou convertir les « vert pâle ».

www.naturalglam.com

 

 

22 juillet 2010

GUIDE FOURSQUARE DES RESTAURANTS GREEN par ISABELLE

N’ayons peur de rien, mélangeons bio et techno. Après mon Guide Foursquare du Vintage, voici son pendant version restaurants. Ce choix est absolument subjectif, en fonction de mes goûts qui sont parfois décrits comme un peu bizarres.
Come on, Foursquare users, go green, eat local and organic !

A LONDRES : MILDRED’S
C’est ici même que j’ai avalé le meilleur potage tomate/coco de ma vie.
Petit clin d’oeil privé à mon amie qui se reconnaitra.
here

A NEW YORK : IL BUCO
Il Buco a fait son « trou » depuis longtemps lower east side. J’aimais vraiment y aller, même avant que les légumes passent bio, les ingrédients étaient très bien choisis. Maintenant le chef fait son marché organic et local de Union Square, mmmmmmh.
here

BOB’S KITCHEN
Ma cantine du midi. Pas 100% bio mais 100% végétarien. Je n’ai jamais été déçue par les veggie stews, qui changent tous les jours selon l’inspiration, indien, italien, thaï… Basique pas cher et super bon. Le thé au gingembre est servi à volonté, je l’adore.
ici

TWINKIE
Un OVNI à Paris. Dans le quartier piéton Montorgueil/St Denis, une terrasse ensoleillée. On peut y aller dès potron minet pour un grand petit déjeuner, le week-end pour un brunch, le midi pour une assiette, l’après-midi pour un goûter. L’équipe est cool, le lieu est beau, les ingrédients bio en majorité et en tout cas d’excellente qualité, notamment les jus de fruits pressés. Le meilleur pomme/carotte de Paris est chez Twinkie.
L’endroit est assez proche de Smile and save the planet, mais je me suis fait piquer mon mayorship. Zut.
ici

ROSE BAKERY
100% bio, vraiment green. C’est bon mais un peu cher.
Si on veut une place sans trop attendre mieux vaut aller dans le 9ème.
ici
et ici

SOYA
L’espace tout simple ressemble un peu à un loft, on s’y sent bien, les plats ont un petit goût new age aux influences asiatiques, l’ambiance est un peu sérieuse mais sympathique.
ici

COCOKOOK
Chez Smile on aime beaucoup Cococook qui nous avait régalés de cakes lors de notre Blitz Bingo. C’est simple, bio, et bon. Je n’ai pas encore testé le nouvel endroit rive gauche, avec parait-il une terrasse. Bio + terrasse, vite allons-y.
ici

BIOBOA
À l’époque où tous les restaurants bio de paris arboraient des nappes fleuries aux couleurs improbables, Bioboa s’est installé dans un décor « contemporain ». Pour ma part je trouve le lieu un peu aseptisé/cantoche, mais ça reste 1000 fois mieux que n’importe quel « fast salad bar ».
ici

LE PAIN QUOTIDIEN
J’y aime les soupes en hiver et les salades en été, mais c’est surtout ma boulangerie préférée. La baguette ou le pain au froment, c’est du miam pur. Les brunchs sont intéressants mais j’ai encore du mal avec les grandes tables alimentées des conversations de touristes.
ici
-
SUPERNATURE
Je ne l’ai pas encore testé mais je vous garantis qu’on peut faire confiance à Mr Lung.

ici

LE COMPTOIR
Un restaurant/bar tout neuf, très « friendly ». Thomas, notre grand green guru, y a ses quartiers. L’assiette n’est pas 100% bio mais est un bon compromis pour que les prix restent corrects. J’aime bien que les plats correspondent à une vraie culture culinaire traditionnelle, versus certains mix « hippie » pas toujours réussis.
Au printemps 2011, si tout va bien, la terrasse déjà très agréable donnera directement sur la première partie rénovée du parc des Halles. Petit air frais dans les cheveux, vue sur la végétation. Mmmh
ici

le-comptoir-rue-berger-restaurant-bio

6 juin 2010

HONORÉ DES PRÉS par ISABELLE

Comme je m’en suis toujours vantée c’est plutôt par égoïsme que je suis (re) passée écolo. Pour entre autres préserver ma santé. Je suis évidemment au courant depuis longtemps de la présence de substances nocives et persistantes dans les parfums, et de la perméabilité de la peau. Malgré ces mauvaises nouvelles, j’aurais moins de peine à abandonner un chien sur l’autoroute que de laisser mon parfum. Il sent bon, je l’aime. Contrairement à ceux qui ignorent le danger, je me frotte consciemment au risque, mesuré, tout de même : dans les cheveux ou sur les vêtements, le plaisir est là sans trop d’inconvénients.

Mais le monde change. Un parfum bio est né, et même toute une collection. Les jus Honoré des Prés n’altèrent pas la santé de leurs utilisateurs mais ce n’est pas pour ça qu’on les portera.

On les aimera parce qu’ils sont beaux (Wallpaper ne s’est pas trompé), intelligents, et surtout, surtout, ils sentent bon.

Vous avez forcément déjà rencontré ou porté une des nombreuses créations de la belle Olivia Giacobetti. De grandes maisons font appel à son talent, c’est d’ailleurs elle qui a été chargée de parfumer la nouvelle Mamounia à Marrakech. Olivia, qui s’est adonnée aux parfums dès l’âge de 17 ans, est le nez exclusif et sans doute l’âme de cette nouvelle marque. Amoureuse de la nature comme de la ville -SA ville, c’est NY-, elle puise l’inspiration dans son quotidien et compose ses parfums comme si elle allait les manger.

Ils se nomment « Chaman’s Party », « Bonté’s Bloom », « Sexy Angelic », « Vamp à NY ». Mon préféré : « I love les Carottes », au beau logo noir + rouge battant, et la sensation de croquer dans un juteux légume du marché bio de Harlem, en mille fois mieux : il s’agit d’un véritable parfum, et c’est parti pour un long voyage.

www.honoredespres.com
Cup-Carotte-i-love-les-carottes-honore-des-pres

21 mai 2010

DAVID LYNCH’S ORGANIC COFFEE par ISABELLE

« Everyday, once a day, give yourself a present. Two cups of good, black hot coffee. Like this. »

David Lynch aime indiscutablement le café, jusqu’à en vendre sur son site www.davidlynch.com -au design très Lynchien et léché-.

Les bénéfices sont reversés à la David Lynch Foundation, pour aider les enfants en Colombie, et les cafés sélectionnés sont tous BIOLOGIQUES. « You, know, this is… excuse me… a damn fine cup of coffee. »