Archive pour la catégorie ‘RECYCLAGE’

26 septembre 2015

SWEATER DRESS DIY par ISABELLE

upcycled-sweater-dress

(↓READ ENGLISH VERSION BELOW↓)

Voici un DYI pour une robe simple et toute douce et chaude, parfaite pour l’automne. À créer avec des sweatshirts vintage en bon état (si vous allez les acheter neufs chez H&M, vous n’avez pas tout à fait compris l’idée).

Donc avec 2 sweatshirts, plus une ou 2 bandes de tissus similaires, le tout avec des couleurs qui vont bien ensemble, vous êtes paré.

Petit rappel : pour coudre deux tissus ensemble, il faut les mettre dos à dos. Bien mesurer les morceaux de tissus. Quand on coupe, prévoir 1 cm pour chaque couture. Poser les éléments ensemble sur le sol pour voir ce que ça donne. Quand la robe est finie, il faut bien la repasser, c’est ça qui fait que c’est clean.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Here’s a DYI for a sweater dress –perfect for fall–. You will need 2 reclaimed sweatshirts (don’t go buy them at H&M) and similar fabric small pieces, with a nice color match.

Remember to leave a 1 cm margin on each side for the seams, and to put the fabrics face side against face side when you sew.

When you’re finished with the dress, iron it to make it perfect, and then you’re done!

Have fun!

upcycled-sweater-dress-DIY_need

upcycled-sweater-dress-DIY_cut

upcycled-sweater-dress-DIY_sew

isabelle_robe-DIY_SweatShirtok

23 mai 2014

WE LOVE GREEN 2014 par ISABELLE

IMG_0944 1

C’est ainsi que We Love Green a eu lieu le 31 mai et 1er juin. L’équipe Smile y était (en transe, bien sûr), nous avons un peu oublié de poster sur notre Instagram, mais voici un mini reportage. C’était bien !

Ce qui me fait le plus plaisir, c’est que ce festival ose axer sa communication entièrement sur le « Green ». Là où plein d’autres institutions et entreprises se garderaient de parler de ce sujet prétendument « anti glam », chez We Love Green, on revendique un parti pris écolo. Apparemment, ça ne fait pas fuir les gens, bien au contraire !
Et cette très bonne image attire même une population troooop mignonne. Ils sont beaux, souriants, et plein de love.

Alors, ce festival est-il vraiment green ? Une partie de l’énergie vient de panneaux solaires. Pour les déchets, on a le choix entre 3 poubelles bardées d’une signalétique suffisamment explicite pour qu’un festivalier sous emprise de la « musique » puisse s’y retrouver. Sur les stands sont présents Greenpeace, et d’autres marques et associations plus ou moins éco responsables. Côté alimentation, tout est bio, mais très peu végétal. D’ailleurs, comme il y avait un monde fou le samedi, ironiquement j’ai dû faire une exception et n’ai pas mangé végétalien, ni même végétarien. C’est pas grave, on va pas chipoter, c’était bio, c’était bon, et nous étions heureux. La Guinguette d’Angèle et Sol Semilla a tout de même servi les plus chanceux, et ça c’est bio, raw, super alimento, tout ça…

Et il n’y a pas de parking ! On peut venir en métro, ou même en vélo, ce n’est pas si loin, ooooh ça va ! Quand j’ai découvert le parking à vélos gardé, j’ai eu un petit mouvement de contrariété devant l’aspect pas très pratique et bricolé avec les moyens du bord. Mais ça s’est très bien passé, et j’ai fini par saluer cette nouvelle façon d’upcycler l’existant (des grilles et des arbres se transforment en parc à vélo, baguette magique ! ) et donc, de minimiser l’impact.

WeLoveGreenFestival_ParcVélos

Alors, pour quoi on était là, au fait ? Ah oui, la musique <3 ! Le line Up était foufou. Découverte de Moodoid, au look génial et vraiment cool en live. Lunice : il déchire tout ! Little Dragon, trop mimi, London Grammar toujours aussi vibrant, et le reste était très mignon, bref, ce festival est de loin le plus cool de Paris.

WeLoveGreenFestival_3

WeLoveGreenFestival_LondonGrammar

Cat Power et les tipis.

WeLoveGreenFestival_cendrier

Les petits cendriers portables

WeLoveGreenFestival_1

Les toilettes sèches

WeLoveGreenFestival_StandPopCaseLes activités du stand Pop Case

WeLoveGreenFestival_3Amah_comptoirGénéralLes belles jambes d’Amah, au stand Comptoir Général

IMG_0934 1Le chanteur/Guitariste de Moodoid joue également de la poêle à frire.

WeLoveGreenFestival_2

WeLoveGreenFestival_6

WeLoveGreenFestival_5

WeLoveGreenFestival_4

www.welovegreen.fr

21 mai 2014

STUDIO ORTA: FOOD / WATER / LIFE par ISABELLE

Food, Water, Life, qu’y a-t-il de plus essentiel ? Coup de foudre hier soir au vernissage de l’exposition par le couple d’artistes Lucy + Jorge Orta. Cela fait longtemps que j’aime leur travail, pour son esthétique, son audace, mais aussi son intime lien à l’environnement. Le binôme, et c’est une originalité, considère son œuvre comme un catalyseur, une ouverture vers des questionnements sur l’avenir et la prise de conscience collective vers des solutions pour la lutte contre les dérèglements climatiques, la raréfaction de l’eau et de la nourriture. Par exemple, avec le projet « Antarctica » autour de la survie et la préservation du Pôle Sud. L’exposition, tout en métaphores, se compose d’installations hyper poétiques, colorées, mystérieuses, excessivement esthétiques, qui ne peuvent laisser personne indifférent. Pour ma part je suis totalement in love.

Sur place, on peut faire établir son World Passeport « Antarctica », pour devenir un Citoyen du Monde et s’engager à défendre la Planète.

Exposition du 21 mai au 21 Septembre 2014, Pavillon Paul Delouvrier, Parc de la Villette.

www.villette.com

www.antarcticaworldpassport.com

FoodWaterLife_Orta-Lavillette


FoodWaterLife-Lucy-Jorge_Orta-lavillette

FoodWaterLife-studio_Orta-drapeaux-lavillette

FoodWaterLife-LucyAndJorge_Orta-villette

FoodWaterLife-studio_Orta

sutio_orta-PavillonPaulDelouvrier

FoodWaterLife-LucyJorge_Orta-lavillette

AntarcticaWorldPasseport_orta

10 novembre 2013

WANTED: COLLECTION BOIS², WAITING/SÜN par ISABELLE

J’avais déjà évoqué Waiting For The Sün sur ce blog il n’y a pas si longtemps, mais je ne peux résister à partager ce nouveau projet ! Sur le salon Don’t Believe the Hype (dont la seconde édition, axée sur les savoir-faire, en fait de loin le plus intéressant salon de mode cette saison), j’ai découvert la nouvelle collection de lunettes intitulée BOIS². Magnifique. Les formes sont épurées et parfaites, le matériau très doux intrigue avec une très légère opalescence, et de minuscules incrustations se fondent dans une palette de tons neutres, noirs, bruns et beiges.

En fait, il s’agit du projet originel des deux créateurs de la marque, Julien et Antoine. Ce matériau ayant pris beaucoup, beauuuucoup de temps à développer, les deux lascars ont d’abord inauguré la création de leur marque, en 2009, avec une première collection qui a déjà séduit 800 points de vente dans le monde. Puis cinq ans de recherches ont abouti à une matière 100% recyclable et biodégradable : il s’agit de véritable sciure de bois, compressée dans une acétate nouvelle génération, composée à 70% de coton et de cellulose. Et, cerise sur le gâteau, tout est produit en France ! Quand je demande à Julien d’où vient ce souci pour le respect de l’environnement, il me répond tout simplement que c’est « dans leurs gênes ». Ces amoureux de la nature, et spécialement de la mer (Julien passe son temps à surfer les vagues atlantiques depuis tout petit) ne se posent pas plus de questions que ça, ils FONT, et puis voilà. Le but n’est pas de créer une marque « écolo », mais de concevoir des accessoires qu’on a envie d’utiliser, solides, agréables, bien manufacturés, et beaux. B.R.A.V.O.

WAITING-FOR-THE-SÜN-BOIS2


Et ce n’est pas tout, puisque chaque saison, la marque invite une personnalité du milieu créatif Parisien à venir faire reproduire ses lunettes fétiche. Le premier sur la liste est Anto Hinh-Thai, photographe et réalisateur, avec une paire ayant autrefois appartenu à son père, qui lui avait offert lors de sa première prescription d’ophtalmologiste, à 18 ans. Ironie du sort, Anto a
perdu les lunettes originales dans l’eau, en Normandie, lors d’un shoot pour Waiting for the Sün, une semaine avant l’arrivée des nouvelles…

www.waitingforthesun.fr

IMG_0002s

WaitingforTheSunxAntoHinThai

anto-hinh-thai

24 juillet 2012

PIETER HUGO | PERMANENT ERROR par ISABELLE

pieter-hugo-permanent-error_1

In case you ever wanted to know what happens to your old computers when they are « recycled », go see this absolutely stunning exhibition at Musée de L’Élysée in Lausanne, Switzerland.

Pieter Hugo -who has previously been mentionned in this blog by Vincent- is a South African photographer. It is precisely in Lausanne that I first discovered his powerful portraits of Albinos, in 2005. I love these large format photographs, mostly of African characters. This technique requires a lot of patience and trust between the photographer and his subjects and their interactions are very well described through three still videos featured in the exhibition.

Pieter Hugo’s work is incredibly intense picturally speaking, but is also emotionally, socially and politically engaged. In this first retrospective, the Serie « Permanent Error » evidences the pervertion of « recycling programs ». I recommend.

« During 2009-2010 Hugo photographed the people and landscape of an expansive dump of obsolete technology in Ghana. The area, on the outskirts of a slum known as Agbogbloshie, is referred to by local inhabitants as Sodom and Gomorrah, a vivid acknowledgment of the profound inhumanity of the place. When Hugo asked the inhabitants what they called the pit where the burning takes place, they repeatedly responded: ‘For this place, we have no name’.

Their response is a reminder of the alien circumstances that are imposed on marginal communities of the world by the West’s obsession with consumption and obsolesce. This wasteland, where people and cattle live on mountains of motherboards, monitors and discarded hard drives, is far removed from the benefits accorded by the unrelenting advances of technology.

The UN Environment Program has stated that Western countries produce around 50 million tons of digital waste every year. In Europe, only 25 percent of this type of waste is collected and effectively recycled. Much of the rest is piled in containers and shipped to developing countries, supposedly to reduce the digital divide, to create jobs and help people. In reality, the inhabitants of dumps like Agbogbloshie survive largely by burning the electronic devices to extract copper and other metals out of the plastic used in their manufacture. The electronic waste contaminates rivers and lagoons with consequences that are easily imaginable. In 2008 Green Peace took samples of the burnt soil in Agbogbloshie and found high concentrations of lead, mercury, thallium, hydrogen cyanide and PVC.

Notions of time and progress are collapsed in these photographs. There are elements in the images that fast-forward us to an apocalyptic end of the world as we know it, yet the alchemy on this site and the strolling cows recall a pastoral existence that rewinds our minds to a medieval setting. The cycles of history and the lifespan of our technology are both clearly apparent in this cemetery of artifacts from the industrialised world. We are also reminded of the fragility of the information and stories that were stored in the computers which are now just black smoke and melted plastic. »

www.pieterhugo.com

pieter-hugo-permanent-error-4

pieter-hugo-permanent-error-5

pieter-hugo-permanent-error-7

pieter-hugo-permanent-error-1

pieter-hugo-permanent-error-8

18 avril 2012

WANTED: STELLA MACCARTNEY SS2012 SUNGLASSES par ISABELLE

I don’t think I have ever mentioned Stella Mc Cartney on this blog before, although I love her organic cotton shirts. She is a vegetarian, never uses leather in her collections that are eco friendly produced. I just discovered the SS2012 Eyewear collection, here is a little preview. I don’t know how far they are sustainably produced, but I believe they look very good anyway.

stella-5

stella_4

stella_6

stella-1

stella_2

stella-3

http://www.stellamccartney.com

31 octobre 2011

TOP TEN DES UPCYCLINGS LES PLUS TRASH par ISABELLE

L’upcycling, c’est transformer un déchet en truc utile.
C’est écolo parce que non seulement on diminue les déchets à traiter, mais on diminue également la pollution générée par la fabrication, matières premières et transports des trucs neufs que nous, braves matérialistes que nous aimons être, ne manquons pas de nous procurer.
C’est beau et très créatif quand c’est traité comme ça. Sinon, en ce moment, il y a une activité « do it youRself » avec Régis, le roi de l’upcycling, dans le cadre de l’exposition « Green Attitude » au Centre Pompidou. Vraiment bien !

Mais attention aux faux-pas, qui peuvent être… un peu comme si on vivait dans une poubelle ?  Voici ce que j’ai trouvé de plus trash, et qui m’a fait sourire, sur la toile. Je ne dénonce personne avec des crédits ou des liens, sinon ce serait vraiment langue de pute comme post.

Les 10 gagnants des objets upcyclés les plus trash :

1/ La lampe en bouteilles en plastique
01A7010F03598480-photo-visuelpet

2/Le pied de table en magazines
30295_1_468

3/ La robe en vinyles
upcycled-fashion-museum-trend

4/ La sneaker Nike en circuits électroniques
20110603032411_UPCYCLED_LEFT9_R_1

5/ Le stiletto devenu pot
upcycled-stiletto-planters-6_NN5Xn_24429

6/ Les sièges en poubelles
Garbarage_longtonchairs

7/ Les BO en canettes de bière
trashedearrings-1

8/ Les porte-clefs en couverts
tumblr_lhhk8uEfg71qhvp8bo1_400

9/ Les fleurs en papier
PH_38

10/ Palme d’or : le boxer en circuits informatiques.
circuit-board-boxers

14 avril 2011

UN CABAS VERT SIGNÉ YVES SAINT LAURENT par ISABELLE

C’est toujours un énorme plaisir de voir des marques de luxe se pencher sur le développement durable, à priori pas très compatible avec leur image. À priori seulement. Découverte aujourd’hui d’un nouveau cabas YSL : le « Muse two », dans une version éthique et écologique.

Il est fabriqué par des femmes du Burkina Faso, dans une matière hybride entre plastique recyclé et coton tissé. On ne pourrait faire upcycling plus séduisant…

http://ysl.com

muse-two-artisanal_Yves-saint-laurent

2 novembre 2010

SECOND LIVES par ISABELLE

Je suis tombée sur un article du New York Times à propos de cette fabuleuse exposition, que j’avais vue à l’inauguration du Museum of Arts and Design (MAD) fin septembre 2008. Magnifiques, ce lustre en lunettes « cul de bouteille » et ce meuble « drawers »… J’aimais aussi la poésie, la justesse, et la minutie du travail de recyclage, exercice pour le moins délicat, grâce auquel nombre de trucs moches et inutiles -parfois même en plastique made in China acheté au supermarché-, ont vu le jour.

Les artistes et designers présentés : Ingo Maurer, the Campana Brothers, Tejo Remy, Tara Donovan, Xu Bing, Do Ho Suh, El Anatsui, ont prouvé que le recyclage, bien pensé, est un véritable terrain de jeu qui pousse à inventer des univers tout neufs.

Clôturée depuis 2 ans mais toujours d’actualité, donc, cette exposition se visite maintenant sur le www.nytimes.com et sur www.madmuseum.org.

26live_records-museum-of-arts-and-design

26live_light-mad-new-york

26live_glasses-mad-new-york

26live_hikidashi

28 août 2010

SAVE OCEANS USE LESS PLASTIC par ISABELLE

3 février 2010

LOMBRIIIIIIBOX! par CELINA

lombribox

Ca y est!  J’ai enfin acheté ma LOMBRIBOX, et reçu mes lombrics quelques jours plus tard (au bureau, désolée pour mes collègues car je les ai laissés dans le frigo avec les Tupperware de nos déjeuners respectifs). Après un petit stress lors du montage (mais est-ce que je l’ai bien fermée? ne vont-ils pas s’échapper? comment faire pour ne pas qu’ils se noient? etc), les voilà bien en forme…

Comment le savoir ? Eh bien au vu de la quantité de nourriture qu’ils reçoivent, ils ont l’air d’être super actifs!! Parce que le mode d’emploi disait qu’il fallait attendre 2-3 mois avant d’avoir du compost et c’est bien le cas…

Pour tous ceux qui ne savent pas ce qu’est une Lombribox : c’est un composteur de petite taille qui ne nécessite aucun jardin, car ce sont des vers de terre qui digèrent les déchets végétaux (au lieu des microorganismes présents dans la terre des jardins). Plusieurs bacs sont superposés, dans lesquels les déchets sont déposés, du bac le plus bas, où se trouvent les lombrics, au bac le plus haut, vers lequel ils montent au fur et à mesure qu’ils digèrent les déchets. La Lombribox peut être installée sur une terrasse, un balcon, ou même dans la cuisine. C’est un « composteur urbain ». Et je confirme qu’aucune odeur désagréable ne perturbe les voisins. Au cas où, je l’avais quand même placée sous mon buisson de lavande…

lombriboxC’est finalement simple à monter, et simple à utiliser, dés qu’on en prend l’habitude. Tout le monde dispose des déchets nécessaires à nourrir les petites bêtes : épluchures de fruits et de légumes, feuilles mortes (pour ceux qui ont des plantes), coquilles d’oeuf (il paraît que c’est bon pour pour leur digestion, dixit la notice), mais il n’est pas recommandé de leur donner d’aliments cuits ou de pelures d’agrumes qui sont trop acides.

Ce qui est un peu plus délicat, c’est de récupérer le compost. En théorie, les lombrics montent dans le bac supérieur et l’on peut prendre le compost « tout frais » du bac inférieur pour le mettre dans ses pots de fleurs. En pratique, il faut bien faire attention à ne pas prendre les lombrics avec le compost, car certains (les fourbes!) restent dedans… Il faut donc y aller avec des pincettes (ou ses doigts) pour les enlever un à un. Pas de panique tout de même pour ceux qui perdent leurs lombrics, car on peut en recommander chez le fournisseur!

On peut acheter une Lombribox chez Truffaut et chez Nature & Découverte (en France).

……………………………………………………………………………………………………………………

Done! At least, I bought  my  LOMBRIBOX, received my earthworms by mail few days later (sorry to my colleagues because I put them in the fridge of our office, with our lunch). After the little stressing for build and fix it (did I correctly closed it? will they escape from it? how can I do for preventing them to die? etc), they seem to be well installed…

How should I know that? Hey… by the great amount of food I provide, they are very active! I have been told they need 2-3 months to make the compost…

For all who discover what a Lombribox is : it is a small compost maker device that does not need any garden, thanks to earthworms that digest plant-derived wastes (instead of micoorganisms in the garden’s soil). It thus should be installed on a terrace, a balcony, a garden, or even in the kitchen. Actually, it is a « urban compost maker ». I confirm, it does not smell. But in cas of it would have been the case, I put it under my lavender bush…

It is quite simple to build, simple to use, as soon as it becomes a habit. Everyone has the necessary wastes to feed these worms : fruits and vegetable peelings, dead leaves (for the ones havings plants), egg cockles (said to enhance worms’ digestion), but it is not recommended to give them cooked vegetables or citrus fruit peels, that are too acid.

What is more difficult is to get the compost. In theory, the worms go up in the upper level and the compost may be taken and directly used for your plants. In practice, pay attention not to take the worms with the compost, because some of them hide in it… You will have to take them one by one with your own hands. Don’t panic if you loose some worms, you may command new ones to the supplier!

We may buy the Lombribox in Truffaut and Nature & Découverte (in France).

3 février 2010

UNE APPLI POUR LE TRI par ISABELLE

Le système de recyclage est souvent très décrié parce qu’une grand partie des déchets placés dans les bacs est renvoyée dans le circuit de traitement standard.

Pour ceux qui veulent sauver la planète, rien de plus frustrant que de ne pas savoir où déposer ses déchets ! La société Eco-Emballages a développé une application très utile pour l’iPhone. Ce guide très complet permet de savoir où déposer ses déchets, qu’ils soient recyclables, textiles, organiques, ou même toxiques. Un plan interactif localise les déchetteries alentour. Les control-freaks du déchet pourront dormir tranquille, et les autres pourront enfin s’y mettre sans hésiter entre la poubelle jaune, verte ou blanche.

L’application est disponible gratuitement sur l’Appstore ici.

application-iphone-guide-tri-eco-emballage

30 décembre 2009

YSL NEW VINTAGE II par ISABELLE

Le luxe, la mode, le développement durable. Non, il n’y a pas d’intrus.

Stefano Pilati, génial directeur artistique de la marque Yves Saint Laurent, lance la deuxième édition « New Vintage ». Une collection capsule dont la volonté fièrement affichée est de piocher dans les restes de tissus des années précédentes pour la production de pièces luxueuses en toute petite série.

La résolution anti-gaspi de Monsieur Pilati pourra ainsi réduire les émissions de gaz à effet de serre et la pollution industrielle générés lors de la fabrication des matières. La saison automne hiver 2009 présentée en juin dernier avait à juste titre rencontré un succès commercial somptueux, ce qui démontre -encore une fois- que le développement durable peut être attractif et rentable. Smile, à l’époque à l’état de gestation, était resté muet au sujet de l’événement, mais se rattrape aujourd’hui en encourageant celles qui voudraient s’adonner à la « slow life » en même temps qu’à Yves Saint Laurent.

yves-saint-laurent-new-vintage-II-save-the-planet

« NEW VINTAGE II » est en vente dans les boutiques Yves Saint Laurent de Paris, New York et Londres en édition limitée et numérotée. www.ysl.com

Je ne dispose d’aucune image de la collection pour habiller ce post. Vous devrez vous contenter de la mythique photo du maître dans son plus simple appareil, immortalisé par Jean-Loup Sieff en 1971.

yves_saint_laurent_par_jean_loup_sieff

www.jeanloupsieff.com

29 décembre 2009

POST XMAS VERSUS XMAS POST par CECILE

Trop tard pour un plan spécial cadeaux green et décomplexés ? Ben non  !

Trois excellentes excuses pour continuer à faire plaisir et se faire plaisir, quelques bons plans et une astuce bonne conscience.

50-cadeaux-bio_xd4

- Vous en avez reçu combien cette année des cadeaux idiots ? Visiblement pas mal si l’on en croit l’étude française de TNS réalisée pour eBay. Plus de quatre internautes sur dix ont l’intention de céder en ligne leurs cadeaux non souhaités, soit 20% de plus qu’en 2008. Et c’est déjà parti, les compteurs explosent !!! Le recyclage et le tri c’est aussi ça…. Et comme par magie, cela fait une proportion très acceptable de la population qui sait enfin séparer le bon grain de l’ivraie.

- Gâter toute l’année c’est bon pour la santé. C’est un article du Monde du 27 décembre dernier qui le dit, d’après les conclusions d’une étude du très sérieux Science : la gentillesse et son expression la plus concrète, la générosité, ont plus que jamais le vent en poupe. Ceux qui donnent à leurs amis ou aux associations seraient plus heureux, à revenu égal, que ceux qui gardent tout pour leur pomme. Une bonne résolution pour 2010 !

- Les cadeaux écolos ne se résument plus aux jouets Vilac pour les enfants et aux CD de cris d’oiseaux qui endorment votre père et font flipper votre mère. Preuves à l’appui !

Pour le geek sympa : la première souris vraiment verte, sans fil et sans pile

souris verte

Pour ceux que le bug de l’Eurostar a effrayés : le best-of de la gastronomie anglaise (si si ça existe) labellisée fair-trade.

panier-anglais_yjt

Pour un globe trotter écolo : un sac de voyage Bilum, le dernier né des modèles de  la marque sympa qui n’utilise que des bâches publicitaires et ceintures de sécurité recyclées

Bilum11[1]

Pour votre frère qui se la pète : un chapeau en vieilles bandes de cassettes audio, même pas moche !

recycled-cassette-tape-fedora-2_cwq

Pour ceux qui ont encore un PEA: le canapé « car-crash », une belle pièce fabriquée en carrosserie de voiture dans la médina de Dakar.

canape-car-crash_a8k

Tous les articles sont à retrouver chez marcel : http://www.marcelgreen.com

Et enfin, vous pouvez aussi faire un cadeau  à votre sapin !

Si vous êtes parisien, vous avez jusqu’au 24 janvier 2010 pour déposer votre arbre tout sec dans l’un des 96 points de collecte mis à disposition par la municipalité et lui offrir  une seconde vie. Il est pas mieux transformé en paillage pour les massifs de fleurs qu’endeuillant les trottoirs de la capitale ?

sapin

Pour connaître l’ensemble des points de collecte et exploser les records des années passées (15 000 sapins recyclés en 2007, près de 25 000 en 2008) rendez-vous sur le site de la mairie de Paris, rubrique « Offrez une deuxième vie à votre sapin ».

http://www.paris.fr

14 décembre 2009

DANS LE SAC par ISABELLE

Certains sacs à main ont vu couler beaucoup d’eau sous les ponts. Armée d’un marqueur fluo et de son ironie, en un tour de main Eveline les transforme en objets uniques et de convoitise.

On leur reconnaît l’allure des it bags du moment, ils ont en plus un petit air arty, super joli, impact sur l’environnement degré mini.

Bio rime aussi avec fluo !

smile_sac_evelyne_paris_9eme_kelly

smile_save_the_planet_sac_evelyne_paris9eme

Une petite mention pour le E et le coeur enlacés de la signature, et pour la greenitude d’Eveline qui a troqué sa voiture pour un vélo.

Plus d’infos sur evelineparis9eme.bigcartel.com

24 novembre 2009

COLOR DIET par ISABELLE

non_colour_can_Eco_friendly_Package

What you first notice is the beautiful design of this aluminum can embellished with the most famous brandmark in the world. However this package not only looks gorgeous, but could help save tons of chemicals and tremendous energy when recycled. An embossed logo substitutes sprayed toxic paint, which allows the pack to be composed of one unique material : plain recyclable aluminum.

The idea was born in New York, at RYAN HARC, a design studio founded in 2009 by Ryan Yoon and Harc Lee, both industrial designers. Their approach is unusual, international and human centered.
They believe « design starts from culture, which affects human beings on the individual level and the society they belong ».

This design project is not released yet. Let’s wish the best for such a wonderful idea.

More info at www.7760.org

23 novembre 2009

AQUA SIMPLEX par ISABELLE

J’applaudis fort cette initiative culottée : à partir du 31 décembre 2009, Biocoop, le premier réseau de magasins bio en France, arrêtera de vendre de l’eau en bouteille. 1,6 millions de bouteilles d’eau seront ainsi annuellement économisées, soit environ 70 tonnes de plastique. J’essaie de visualiser cette énorme quantité, j’avoue que ça me parait mo-nu-men-tal. J’imagine le manque à gagner conséquent. Bravo.

Mais voilà, l’eau du robinet, si elle est propre, n’est pas toujours top top top pour la santé. Chlore, et parfois métaux lourds comme le plomb dans certains immeubles anciens, font partie de sa composition. La solution est d’opter pour le filtre à eau chez soi. Pour sortir, il suffit de remplir une petite bouteille qu’on a amoureusement gardée de côté plutôt que d’en acheter une pleine. -J’avoue que je ne suis pas encore adepte de la gourde de montagne en toutes circonstances-.

Le pichet Brita est tout simplement magique. Il filtre en quatre temps les particules, le calcaire, le chlore, certains pesticides, les impuretés organiques, et réduit de manière significative la teneur en métaux tels que le cuivre et le plomb. Il donne à l’eau un goût agréable idéal pour le café et le thé, et sert de carafe.

J’ai adopté ce petit compagnon depuis une éternité, et n’en suis pas lassée malgré son manque évident de… glamour, matière pour laquelle il obtient une note d’environ 1/20. Et encore je suis généreuse.

pitcher_chrome

www.brita.com

Il sort honteusement de sa planque réfrigérée pour atterrir sur le comptoir de la cuisine, ou se recroqueviller tout penaud sur la table du dîner.
La marque allemande existe depuis 1966, et personne n’a encore pensé à un design un peu sexy…
Vite un beau Brita que tout le monde s’arrache, qu’on puisse enfin décrocher du plastique !

Voici donc le traitement que je réserve aux amis qui passent dîner : de la bonne eau Brita, dans des carafes de laboratoire chinées au puces. Mais non je ne leur empoisonne pas la vie, avec mes histoires de biobio girl !

smile_and_save_the_planet_with_water

17 novembre 2009

MORE RP ENCORE ! par ISABELLE

Stunning fashion accessories made out of dead animals, that’s what Reid Peppard crafts and designs.

People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) please stay calm. She collects them in London streets when they’re already passed away -unfortunately-.

Reid, who happens to be a vegetarian, is originally from California, but now lives and works in London. She is a supercreative stylist and taxidermist. See for yourself with this wonderful pigeon wing hair comb :

taxidermy-accessories-3

and head piece :

rp encore pigeon wings hair pieceNecklaces, hairpieces, brooches, cufflinks, bow ties… all are made with natural materials like sterling silver and gold, or organically sourced leathers.

Beauty+Death=RP Encore !

Check the website : rpencore.com

15 octobre 2009

RECTOVERSO par ISABELLE

Le papier est utilisé à foison. Même recyclé, il pollue. Quelques tactiques simples pour éviter le gaspillage :

1/ l’impression recto verso

2/ l’impression au format 2 ou même 4 pages sur un A4

3/ le recyclage des déchets qui serviront de brouillons.

photo Franck Juery - www.franckjuery.com

Photo Franck Juery @readymade-images

Si vous êtes dans un bureau vous pouvez essayer de faire du prosélytisme avec cette affiche A4 à télécharger ici :

rectoverso

télécharger le pdf A4

Une seule page qui pourrait en sauver beaucoup…

14 octobre 2009

ET MAINTENANT LE SLOW WEAR par ISABELLE

« Mes placards débordent, mais je n’ai plus rien à me mettre. » Classique… Qui n’a jamais hésité à se débarrasser d’un vêtement adoré mais néanmoins jamais porté ?

Vestiaire de Copines est un site sur lequel on peut vendre, acheter, échanger des vêtements et accessoires. Autrement dit, du recyclage sur mesure : concept développement durable !

Mais pour ça on a déjà e-bay, non ? E-bay,  c’est un dinosaure… Sur VdC chaque article est validé en amont -un tri sélectif en quelque sorte- ; vérifié conforme lorsqu’il est vendu -traque de défauts et de faux- et enfin joliment emballé avant d’arriver chez son heureux(se) destinataire.

chaussures-vestiaire-de-copine

Le site fonctionne aussi comme un réseau communautaire, encourageant conseils entre copines, et questions entre acheteuses et vendeuses. Il est donc le chaînon manquant entre e-bay, net à porter, et même facebook. Et surtout, un moyen de valoriser les « plantages fashion » : ce qui ne va pas à l’une sera à tomber sur l’autre.
On pourra évidemment trouver des perles rares dans ce nid à trésors. Ce qui donne raison, encore, à  la grande et visionnaire Mademoiselle Chanel : « la mode se démode, le style jamais ». La première à parler de slow wear, en fait.
www.vestiairedecopines.com