Articles avec le tag ‘classe’

28 septembre 2011

COMMENT RESTER CLASSE EN VÉLO (À PARIS) par ISABELLE

La petite parisienne pressée adore ce moyen de transport à l’excellent rapport style/vitesse et sans rejet de particules.
Parisiens masculins, bien sûr vous pouvez aussi mettre un truc cool entre vos jambes ! Vous constaterez d’ailleurs qu’il est 1000 fois plus efficace de draguer avec un beau fixie qu’avec une voiture à 300 000€. Théorie entendue la nuit avenue Marceau, donc théorie vérifiée.

Mais si vous permettez, je me baserai sur mon expérience -de fille, donc-, pour cette petite revue en 8 points :

1/ Les fesses. Plus on pratique, plus elles sont fermes, il n’y a pas meilleur exercice. L’ennui, c’est que certains hommes qui viennent inévitablement à passer près de votre postérieur en action pensent que cette paire se dandine en leur honneur. Oui, être fille en vélo attire les commentaires passionnés. Pour ma part, je réagis parfois avec un truc pas classe DU TOUT, même rattrapé d’un petit sourire moqueur, à savoir lever une des cinq excroissances de la main.

2/ La tête. En principe, on devrait l’utiliser pour mettre un casque, comme James Cracknell nous montre sur cette video. Honte à moi qui ne suis pas encore passée à cette étape. Bref, ne faites pas comme moi, portez un casque.

3/ Les pieds. Grâce à Léa & Irina, qui ont fait une démo très élégante lors du Véloff, j’ai osé pédaler en talons. C’est beaucoup plus facile qu’on imagine, il suffit de caler tout à fait normalement le bout du pied sur le pédalier. Et ce fut la révolution. Je ne vous dis même pas les économies de taxi.
Marcher dans la rue en stilettos, c’est le summum de la vulgarité. Le vélo en stilettos, c’est beau.

4/ Les mains. Il va falloir les protéger pour l’hiver. Gants en cuir, parce qu’en laine, ça marche pas du tout.

5/ Les jambes. Le vélo c’est bon pour les fesses, mais pas pour les pantalons. Mettons donc des jupes. Ayons donc de préférence un vélo de fille, très échancré au niveau du cadre, et hop c’est parti. Sauf que, la jupe, ou le manteau, c’est risqué ! Il faut les attacher, les boutonner, sous peine de les emmêler dans la roue arrière. Avec comme conséquences, au mieux : le vêtement tout déchiré et plein de cambouis ; au pire : vous êtes toute déchirée et pleine de cambouis, à l’hôpital. Pas classe.

6/ Les dents. Les pavés des Champs Élysées font sans doute le bonheur des dentistes de cyclistes. Il n’y a toujours pas d’autre chemin pour aller du centre vers le 17ème. Sans parler de la circulation chaotique. Alors, bientôt une piste cyclable sur la « plus belle avenue du monde », Monsieur le Maire de Paris ?

7/ Le doigt. Celui dont j’ai parlé plus haut. Et le langage châtié. Je dois dire que je suis en général peu portée sur les grossièretés, mais rester sereine, calme et stoïque face à la débilité dangereuse de certains scooters qui slaloment aveuglément, puis vous passent devant aux feux, en vous gratifiant des douces vapeurs de moteur à explosion, et qui, après une remarque tout à fait polie, vous insultent copieusement ; les piétons qui zigzaguent sur les pistes cyclables au feu vert ; les conducteurs de camions qui collent le trottoir de droite puis celui de gauche quand vous voulez les doubler de l’autre côté ; les automobilistes qui pensent qu’ils ont priorité de toute façon sur un véhicule aussi ridicule que ce mini deux-roues qui n’a même pas de moteur… c’est dur.

8/ Le vélo. J’allais l’oublier. Ou plutôt les vélos. Comme les sacs à main, on peut en changer,
non ? Choisissez-le vintage -et donc super écolo- chez Centre Commercial, coloré chez En Selle Marcel, à pignon fixe chez Cyclope, sur mesure et made in France chez Heritage.

Nota : merci à tous ceux qui m’ont envoyé cet article que je n’ai toujours pas tout à fait compris. Est-ce qu’un cycliste possède forcément aussi une voiture ? Mystère. En tout cas, l’empreinte carbone d’un(e) cycliste est 4 fois inférieure à celle d’un passager de la ligne de métro écolo de Boston. Et Bam.

paulina-fait-du-velo-a-paris

Illustration par la géniale Paulina Léonor, voir sa Bédé de Paulina ici.